La vie invisible d’Addie Larue : une itinérance dans l’espace et le temps

Attention, cet article contient des spoilers !

Au sein de cet article, j’aimerai aborder le cas d’un livre de V.Schwab, très prisé sur le booktok, nommé La vie invisible d’Addie Larue et publié chez les éditions Lumen. Ce livre est mon dernier gros coup de cœur et je trouve que celui-ci est à la fois fantastique, symbolique, puissant et poétique.

C’est l’histoire d’une jeune fille, âgée de 17 ans et vivant au XVIIe siècle, dans un petit village du nord de la France. Celle-ci doit épouser un homme prochainement mais ce n’est pas la vie qu’elle souhaite. En effet, elle rêve d’aventures, de voyages et d’une vie pleinement vécue et n’a aucunement pour projet la vie maritale ou la construction d’un foyer.

Au moment fatidique de son mariage, elle s’enfuit dans les bois, priant des dieux dans la forêt et elle conclut un pacte : avoir plus de temps contre la vente de son âme.

Ce pacte se révèle être une malédiction car en échange d’une vie prolongée par le don de l’immortalité, celle-ci deviendra un fantôme : personne ne se souviendra jamais d’elle. Ni ses parents qui n’ont donc plus conscience d’avoir un enfant, ni la vieille dame qu’elle côtoyait, Estelle, et qui la conseillait et jouait le rôle de grand mère, et qu’Addie admirait, et encore moins toutes les personnes rencontrées au cours de sa vie prolongée. Dès qu’une personne l’aperçoit, elle l’oublie aussitôt passée une autre pièce.

Personne ne se souvient d’Addie, mais elle se souviendra toujours de tout.

Ce pacte la pousse à vivre dans l’itinérance, notamment spatiale : elle ne peut pas avoir de foyer car tout le monde l’oublie, n’ayant pas d’endroit à elle, elle ne pourra y accumuler des possessions et ne pourra pas non plus construire de réelles relations, qu’elles soient amicales ou amoureuses.

C’est donc une jeune femme qui vit le sentiment constant de déjà vu, a rencontré des personnes cent fois sans jamais avoir été reconnue, et a donc appris de multiples choses comme le fait de mentir, voler, manipuler…

Son itinérance se présente donc comme un fardeau, elle ne sera pas un choix de notre protagoniste, car celle-ci sera profondément seule à travers de nombreux siècles : elle sera donc témoin d’événements marquants de l’Histoire, de l’avènement de royaumes ainsi que de l’effondrement de ces derniers. Elle sombrera d’ailleurs à certains moments dans la folie, car elle a toujours plus de temps, sans savoir quoi en faire et en subissant une solitude dont elle ne veut pas toujours.

Il s’agit donc de présenter les aspects négatifs de l’itinérance, à savoir la rencontre humaine sans possibilité de créer de lien, la diversité des paysages sans jamais pouvoir les dessiner, la fatigue accumulée par les siècles sans jamais pouvoir mourir…

Cependant, cette itinérance la poussera également à vivre : la vie d’Addie sera sans attaches, elle pourra aller partout où elle voudra comme elle le voudra, elle ne subira jamais de pression quant à son mode de vie ou quant aux attentes sociétales sur un personnage féminin.

La malédiction qui pèse sur elle aura quand même des effets positifs, que je ne développerai pas nécessairement dans cet article, car c’est une partie de l’histoire qui mérite qu’on la découvre par soi-même.

Elle vivra malgré tout une vie bien remplie : en effet, elle aura été témointe de l’Histoire elle-même, aura rencontré énormément de personnages historiques, aura laissé son empreinte sur beaucoup d’oeuvres artistiques et aura obtenu ce qu’elle voulait : plus de temps afin de vivre la vie qu’elle désirait réellement.

Je recommande à tout le monde de lire ce livre, je ne pensais pas pouvoir être surprise ou autant aimer celui-ci, le pacte avec le diable restant un schéma très classique de la littérature comme dans le classique Le Portrait de Dorian Gray. Mais ce livre est calme, le rythme est latent et posé, le lecteur suit les pérégrinations d’Addie et se trouve dans une dualité temporelle (entre chapitres du XVIIe siècle et chapitres de sa vie actuelle qui finiront pas se recouper).

L’autrice instaure également des ambivalences dans ses personnages : que ce soit chez Addie qui passe donc par énormément d’émotions mais aussi de phases différentes de sa vie, mais aussi avec la figure du diable, qui ne respecte pas nécessairement les clichés de l’aspect diabolique et effrayant.

La créature à laquelle Addie vend son âme au sein des premières pages du livre n’est d’ailleurs jamais clairement identifiée et nous ne le connaissons qu’à travers un pseudonyme qu’Addie lui aura donné : Luc.

Je trouvais donc intéressant de consacrer un article à ce livre car celui-ci joue donc sur plusieurs types d’itinérances, en présente des aspects à la fois positifs et négatifs ; il nous amène à une lecture lente mais appréciable, à des péripéties inattendues et à un panorama à travers l’espace et le temps.

J’ai adoré ma lecture de ce roman, et ce, même avec quelques instants de latence parfois.


Pour aller plus loin, nous vous recommandons la lecture de Tous les hommes sont mortels, de Simone de Beauvoir



Citer ce billet
sarahbenarib (2022, 16 octobre). La vie invisible d’Addie Larue : une itinérance dans l’espace et le temps. Festival Transversales. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uu90

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search