Runaway – AURORA : quand le récit précède le voyage

“La voix du nord”, c’est ainsi que certains appellent cette artiste norvégienne dont la voix claire semble venir d’un autre monde. Aurora est une artiste, une artiste par inadvertance qui n’a écrit et chanté que pour elle-même pendant plusieurs années.

La chanson Runaway lui est apparue à l’âge de 11 ans, et elle y déverse le mal-être associé au fait d’être loin de chez soi, ce qu’on appelle communément “le mal du pays”. Elle décrit son envie de rentrer chez elle après avoir fait le tour de tout ce qu’elle avait à voir. Mais cette chanson n’est pas un récit de voyage, car Aurora n’est encore jamais partie au moment où elle écrit cette chanson. Alors, comment cela est-ce possible ? Nous allons le découvrir.


I was listening to the ocean

I saw a face in the sand

But when I picked it up

Then it vanished away from my hand

1er Couplet

Dès le premier couplet, Aurora décrit un malaise. Les éléments qui l’entourent deviennent de moins en moins réels, comme ce visage qu’elle voit dans le sable et qui disparait. Elle perd le contact avec la réalité et sent que les choses lui échappent.

On peut supposer qu’elle n’arrive même plus à se rappeler les visages qu’elle connaît. Tout lui paraît étranger.

Runaway – AURORA – Clip officiel

A ce moment-là, Aurora réalise que les choses ont une fin, qu’elle peut potentiellement tomber et disparaître de cette terre. Elle a pris conscience de sa propre mortalité. Il y a ici une autre forme de voyage, celui de la mort, avec l’idée que quelque chose nous attend peut-être de l’autre côté.

On retrouve également une référence à sa toute première chanson I had a dream qui l’a rendue célèbre.

I had a dream I was seven

Climbing my way in a tree

I saw a piece of heaven

Waiting in patience for me

2ème couplet

Un refrain suppliant

And I was running far away

Would I run off the world someday ?

Nobody knows, nobody knows

And I was dancing in the rain

I felt alive and I can’t complain

But no take me home

Take me home where I belong

I got no other place to go

I can’t take it anymore

Refrain de Runaway

La première partie du refrain porte sur le départ, le fait de partir vers un ailleurs, voire de fuir, puisque “runaway” suppose l’idée de partir loin de quelque chose pour le mettre à distance. “And I was dancing in the rain, I felt alive and I can’t complain” montre une certaine liberté, un abandon et une satisfaction que lui apporte la première partie de son voyage. Mais elle en parle déjà au passé. La ligne “Would I run off the world someday ?” pose la question de la finalité du voyage. Le voyage a-t-il une fin ou peut-il être infini et constituer une fin en soi ?

La seconde partie du refrain commence par “But no…”, ce qui vient annuler la partie précédente. Finalement, elle s’arrête dans son récit, elle ne veut plus continuer. Elle est arrivée au bout du voyage et a besoin de revenir à un ancrage. Elle supplie: “Take me home“, comme si elle avait besoin que quelqu’un la ramène chez elle. Elle ne peut pas rentrer par elle-même. Elle semble donc prisonnière de son voyage. “I can’t take it anymore” va encore plus loin, et montre que le voyage lui est devenu insupportable.

Cette chanson, Aurora l’a décrite comme étant “sortie de nulle-part”. Ce n’était pas le fruit d’une expérience vécue. Plus tard, à mesure que sa vie avançait, cette chanson prenait de plus en plus de sens pour elle. Lorsqu’elle est devenue célèbre de manière inattendue, à la suite d’une diffusion d’une vidéo où elle interprète une chanson originale, elle a sortie un album et s’est retrouvée à sillonner le monde pour donner des concerts. Elle va là où la musique la mène. Dans le documentaire Once AURORA, on la retrouve sur scène pendant sa tournée, à interpréter Runaway devant un public. A la fin de sa performance, juste après avoir chanté “I can’t take it anymore“, elle s’effondre sur scène. La chanson a finalement pris tout son sens. Elle veut rentrer chez elle, elle ne supporte plus d’être constamment sur la route. Elle a donc anticipé le voyage, comme une prophétie.


I was painting a picture

The picture was a painting of you

And for a moment I thought you were here

But then again it wasn’t true

3ème couplet

Ce troisième couplet fait écho au premier, avec le visage qui disparaissait dans le sable, et cette fois-ci la peinture qui n’est qu’une peinture, et non la réalité. Cette idée d’illusion nous montre que quelque chose, ou plutôt quelqu’un, lui manque. Elle essaie de se raccrocher à un repère familier, qu’elle a l’impression de voir partout.

Aurora commence à se rendre compte qu’elle s’est perdue. Elle a voulu croire que partir était une bonne idée, et qu’elle le supporterait. Mais finalement, elle n’a pas voulu voir qu’elle n’était pas vraiment heureuse, et elle commence à se l’avouer.

And all this time I have been lying

Lying in secret to myself

I’ve been putting sorrow on the farest place

On my shelf

4ème couplet

But I kept running

For a soft place to fall

Pont (x3)

Cette partie de la chanson, qui ne fait écho à aucune autre, est répétée plusieurs fois. Elle crée ainsi un effet de boucle, qui peut rappeler le tour du monde. Elle part en quête de quelque chose sans jamais arriver à l’atteindre. Une quête sans fin.


Un voyage intérieur

Dans ces paroles, Aurora ne cite jamais de lieux spécifiques, comme si son voyage n’était pas réellement physique mais davantage existentiel. Il y a l’idée de partir à la recherche de quelque chose dans le monde extérieur, quelque chose qui nous manque et que l’on espère trouver ailleurs. Mais la véritable quête serait en réalité intérieure, et ne dépendrait pas des circonstances extérieures. Son besoin de rentrer chez elle traduit soit le fait qu’elle n’a pas trouvé ce qu’elle cherchait et qu’elle s’est perdue, soit qu’elle s’est enfin trouvée et n’a plus d’autre choix que de rentrer.

Il s’agit ici d’un voyage non choisi, mais non contraint non plus, car rien ne l’obligeait à commencer une carrière d’artiste et à partir en tournée. Ainsi, elle a erré sans réellement savoir ce qu’elle cherchait, mais elle l’a fait. Cette œuvre étant née avant même que l’expérience ne soit vécue, il y a une contradiction avec l’aspect chronologique du récit de voyage. Nous pouvons alors nous demander si ce type de récit doit toujours succéder au voyage. Est-il possible de raconter un voyage par anticipation ? Le récit de voyage peut-il porter sur un voyage uniquement intérieur ?

Si la réponse n’est pas évidente, qui de mieux placée qu’Aurora elle-même pour en parler ? Ecoutez son point de vue sur la question:



Citer ce billet
luciepaysant (2022, 13 novembre). Runaway – AURORA : quand le récit précède le voyage. Festival Transversales. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uu9e

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search