L’itinérance dans la littérature moderne anglo-saxonne à travers la poésie de T.S. Eliot

L’itinérance est un thème présent dans la littérature du monde entier, et elle peut être retrouvée sous différentes formes selon la définition que l’on décide de lui donner. Elle s’est révélée être un sujet riche et fertile pour de nombreux.ses auteur.rices à travers les âges et les contrées. Elle a traversé le temps depuis la Bible jusqu’à la poésie moderne anglaise de T.S. Eliot.

Dans la littérature moderne de manière générale, le thème de l’itinérance prend la forme d’un chemin personnel, d’une errance dans l’esprit humain à travers différents moyens littéraires. D’un point de vue historique, le mouvement littéraire moderne anglais a pris son essor durant l’industrialisation et l’urbanisation rapide du XIXe siècle, ce qui a notamment mis en lumière les villes et les changements qu’elles subissent. Elles sont devenues le théâtre de questions clefs appréciées par les auteur.rices modernistes telles que l’aliénation, le rythme de vie, le Moi par rapport à la foule, et l’évolution rapide de la vie moderne face à laquelle l’Homme est impuissant. Mais il n’y a pas que la ville qui prend de l’importance, il y a aussi le contexte géopolitique dans un monde entre deux guerres mondiales qui ont bien changé les sociétés. Dans ces récits, une idée revient souvent : l’être humain s’imprègne de son environnement, qui influence le Moi et peut changer et rendre plus vulnérable le.a protagoniste. Le thème de l’itinérance est donc particulièrement présent dans ces récits ; peut-être que l’exemple le plus parlant serait le fameux roman de James Joyce, Ulysses. Dans ce roman, la ville devient véhicule d’explosions de sentiments et d’émotions, et contribue à définir le roman et lui donner des lignes directrices. Le texte se focalise sur les méandres intérieurs du personnage de Leopold Bloom, un Ulysse moderne, à travers son périple dans Dublin sur le temps d’une seule journée.

Cependant, dans cet article, j’aimerais porter l’attention sur un auteur moins connu dans le monde francophone, T.S. Eliot, et dont l’œuvre représente également ces thèmes de l’itinérance et de l’errance. Les deux œuvres que j’ai choisies pour mon analyse sont les deux poèmes « The Love Song of J. Alfred Prufrock » et The Waste Land. Je proposerai une traduction des extraits choisis et des citations d’Eliot, ainsi que des liens pour écouter les poèmes lus en langue originale.

Qui était T.S. Eliot ?

Thomas Stearns (‘T.S.’) Eliot avec sa soeur et son cousin (photo altérée), prise par Lady Ottoline Morrell en 1934

Très brièvement, j’aimerais faire un petit point biographique de T.S. Eliot, qui est un auteur moins connu en France que dans les pays anglophones. Né en 1888 dans le Missouri aux Etats-Unis, il n’y resta pas toute sa vie et fut naturalisé britannique en 1927 et mourut en Angleterre en 1965. Sa vie même est teintée de l’itinérance : ayant quitté son pays natal, Eliot a voulu étudier en Allemagne mais à cause de la guerre a dû y renoncer ; il vivra un temps à Paris, avant de finalement s’installer en Angleterre. Son œuvre est aussi représentative de ces thématiques, par son appartenance au mouvement moderniste et par le contexte géopolitique qui l’entoure. Dans sa poésie, il est proche des poètes français Baudelaire et Gautier, et il était d’ailleurs influencé par le premier dans son écriture. Il a par ailleurs déclaré :

“The kind of poetry that I needed to teach me the use of my own voice did not exist in English at all; it was only to be found in French.[1]

“Yeats”, On Poetry and Poets, 1948

Dans « The Love Song of J. Alfred Prufrock», Eliot expose les pensées d’un quarantenaire, homme sans amour et seul, et démontre sa peur de mourir et de ne jamais être aimé. Le rôle de la ville, de la ville moderne surtout, dans ses tourments est abordé.

Dans The Waste Land, Eliot montre tout son talent dans ce long poème de plus de 400 vers et découpé en cinq parties. Ce poème, au(x) narrateur(s) changeant(s) et brusque(s), permet d’explorer le thème de l’itinérance dans une époque incertaine, et le rôle actif du.de la lecteur.rice pour trouver son chemin dans l’expérience d’errance que ce poème nous impose.

« The Love Song of J. Alfred Prufrock »

Avant de commencer, je vous invite à écouter une lecture de « The Love Song of J. Alfred Prufrock » par T.S. Eliot lui-même. Vous pouvez suivre ce lien pour lire le poème en français.

Il faut tout d’abord distinguer la dimension moderne du poème, qui a permis à son auteur de prendre la ville et l’itinérance comme thèmes centraux de sa création. La ville a permis au poète de mettre en avant certaines choses comme la fragmentation de la subjectivité, grâce à l’absence de narrateur unique. Surtout, il a su mettre en valeur la juxtaposition de fragments du présent et du passé, mettant en évidence la relation problématique entre les deux espaces temporels, ce qui va faire penser au procédé littéraire du courant de la conscience (en anglais, le « stream of consciousness »). Cette technique a été mise sur le devant de la scène avec des autrices comme Virginia Woolf et Katherine Mansfield, et consiste à retranscrire aussi fidèlement que possible le monologue intérieur de nos pensées, rendant parfois la lecture ardue pour le.a lecteur.rice.

Tout cela contribue à mettre en évidence le rôle de la ville dans l’itinérance du protagoniste. « The Love Song of J. Alfred Prufrock » affirme le sentiment de crise d’un individu aliéné dans une ville moderne. Cela peut rappeler au lecteur francophone Le Spleen de Paris de Baudelaire, dans lequel la ville éponyme est mise à l’honneur. Là où Baudelaire célèbre la figure du flâneur, T.S. Eliot nous dépeint un narrateur névrosé.  Le narrateur non identifié invite le lecteur à faire un voyage avec lui. « Let us go then, you and I, / When the evening is spread out against the sky / Like a patient etherized upon a table[2] » : l’auteur établit un parallèle drastique entre la nature et la vie moderne, qui semble à la fois compatibles et inadaptées l’une à l’autre.

Dans cette atmosphère particulière et sordide (« Of restless nights in one-night cheap hotels / And sawdust restaurants with oyster-shells: [3]»), le narrateur ne peut pas s’épanouir, et est contraint à errer. Il est complètement piégé à la fois dans l’espace physique dans lequel il vit et dans ses propres pensées. Son itinérance est forcée par son environnement ; une itinérance donc physique, le menant d’endroits sordides en endroits sordides, mais également mentale. Il passe par d’autres sentiments négatifs tels que le regret, ou le ridicule représenté par le symbolisme des sirènes (‘I have heard the mermaids singing, each to each. / I do not think that they will sing to me’[4]). En plus de représenter une sorte de beauté inaccessible, elle souligne le malaise du protagoniste, inquiet à cause de sa vie personnelle et de son environnement, les deux sont étroitement liés. L’itinérance mentale que subit le narrateur a lieu à cause de son itinérance physique dans cette ville étrange, dans laquelle il se perd, physiquement et métaphoriquement. Cela contribue à dénoncer une vie moderne effrénée, qui ne convient pas à l’Homme : comme le dit la fin du poème, « Till human voices wake us, and we drown[5] », la société moderne le tuera s’il s’y mêle, l’itinérance est la seule façon de survivre dans ce monde en perdition.

The Waste Land

Ce thème d’époque sombre est récurrent chez T.S. Eliot, et se retrouve dans son œuvre la plus connue : The Waste Land. Avant d’aller plus loin, je vous invite à écouter la lecture de la première partie du poème de Fiona Shaw, que vous connaissez sûrement mieux sous le nom de Pétunia Dursley dans les films Harry Potter. C’est une actrice anglaise de talent, et son interprétation du poème est magnifique.

Ce poème est perturbant par bien des aspects : déjà par sa forme, en vers libres, ainsi que par son manque de continuité narrative. Finalement, les différents narrateurs sont autant en situation d’errance que le.a pauvre lecteur.rice qui se lance dans sa lecture. Cet état d’itinérance se traduit également par la présence d’intertextualité et de langues étrangères. Cette instabilité de la langue renvoie l’idée d’une culture européenne qui n’est plus qu’un amas d’images brisées, et renvoie également à la vie même de T.S. Eliot entre plusieurs continents et pays. On retrouve par ailleurs l’idée de la ville chaotique qui perverti l’Homme à la fin de la première partie du poème :

Unreal City,

Under the brown fog of a winter dawn,

A crowd flowed over London Bridge, so many,

I had not thought death had undone so many.

Sighs, short and infrequent, were exhaled,

And each man fixed his eyes before his feet.

Flowed up the hill and down King William Street,

To where Saint Mary Woolnoth kept the hours

With a dead sound on the final stroke of nine.

There I saw one I knew, and stopped him, crying: “Stetson!

“You who were with me in the ships at Mylae!

“That corpse you planted last year in your garden,

“Has it begun to sprout? Will it bloom this year?

“Or has the sudden frost disturbed its bed?

“Oh keep the Dog far hence, that’s friend to men,

“Or with his nails he’ll dig it up again!

“You! hypocrite lecteur!—mon semblable,—mon frère!”[6]

Cet extrait évoque l’errance des survivants de la Première Guerre mondiale, l’envie de s’enfuir d’un Londres glauque et brisé par les bombardements, mais l’extrait nous perd avec la référence à Baudelaire dans le dernier vers. Cette intertextualité permet une réelle gymnastique mentale pour le.a lecteur.rice : en lisant The Waste Land, on pense au contexte original des références tout en leur donnant un nouveau contexte et sens. Le.a lecteur.rice est pris directement dans ce jeu d’itinérance, et rejoint cet état d’instabilité présent dans le texte. En étant ainsi interpellé dans le dernier vers, le lecteur ne peut que se sentir concerné et rejoindre l’itinérance des personnages de ce poème.

Dans la cinquième et dernière partie, T.S. Eliot propose une fin à la crise. On retrouve cette idée d’effondrement de la civilisation humaine, avec la métaphore de la tempête qui balaye la terre entière (‘Falling towers / Jerusalem Athens Alexandria / Vienna London / Unreal’[7]). T.S. Eliot a beau vouloir emmener le.a lecteur.rice dans son voyage tout comme dans The Love Song of J. Alfred Prufrock, le poème tombe en ruines devant nos yeux, il n’y a pas de réelle solution à cette itinérance. C’est au.à la lecteur.rice de mettre de l’ordre dans sa lecture, d’enterrer la civilisation passée et peut-être de trouver un semblant de solution dans le dernier vers de The Waste Land : ‘Shantih     shantih     shantih’, une expression en en sanskrit qui signifie « Paix, paix, paix ».

Conclusion

Pour conclure cet article, notons que le thème de l’itinérance se retrouve dans l’œuvre de T.S. Eliot grâce à son style d’écriture propre à la littérature moderne. Notons également l’importance de la figure du.de la lecteur.rice dans sa poésie, iel est toujours pris.e à parti et impliqué.e dans sa lecture afin de le.a faire réfléchir aux thématiques d’aliénation de Soi et d’errance. Si les thèmes de l’itinérance et de l’errance dans la littérature moderne vous intéressent, je ne peux que vous conseiller la lecture intégrale de ces deux poèmes, ainsi que les œuvres de Virginia Woolf, James Joyce et Katherine Mansfield. Je vous invite également à parcourir la bibliographie de cet article pour aller plus loin et en apprendre plus sur T.S. Eliot.

Bibliographie

Poetry Foundation. (1963). The Love Song of J. Alfred Prufrock by T. S. Eliot. Poetry Magazine. Consulté le 10 octobre 2022.

Poetry Foundation. (s. d.). The Waste Land by T. S. Eliot. Consulté le 10 octobre 2022.

‘Shantih Shantih Shantih’ – remembering The Waste Land on its centenary. (s. d.). Varsity Online. Josh Hack, consulté le 10 octobre 2022.

La Terre vaine – T.S. Eliot. (2014, 16 novembre). Carnet de lecture. Marc Brodier, consulté le 10 octobre 2022.

Pour en savoir plus sur la littérature moderne

[TED-Ed]. (2017, 5 octobre). Why should you read Virginia Woolf ? – Iseult Gillespie [Vidéo]. YouTube. Consulté le 11 octobre 2022.

[TED-Ed]. (2017b, octobre 24). Why should you read James Joyce’s « Ulysses » ? – Sam Slote [Vidéo]. YouTube. Consulté le 11 octobre 2022.


[1] « Le genre de poésie dont j’avais besoin pour m’apprendre à utiliser ma propre voix n’existait pas du tout en anglais : je ne l’ai trouvé qu’en français. » (“Yeats”, On Poetry and Poets, 1948).

[2] Allons-nous-en donc, toi et moi / Quand le soir est étendu contre le ciel / Comme un patient anesthésié sur une table

[3] Des nuits agitées dans des hôtels bon marché / Et des bistrots de coquilles d’huîtres, jonchés de sciure :

[4] J’ai entendu chanter les sirènes, chacune à chacune. / Je ne pense pas qu’elles chanteront pour moi.

[5] Jusqu’à ce que les voix humaines nous réveillent, et nous noient.

[6] Fantomatique City,

Sous le brouillard ocre d’une aurore hivernale,

Une foule coulait à London Bridge, tant et tant,

Je n’aurais pas cru que la mort en eût pourfendu tant.

Des soupirs s’exhalaient, courts et rapides,

Et chacun allait les yeux sur ses chaussures.

Ils remontaient la pente, puis dévalaient King William Street,

Jusqu’à l’endroit où Sainte-Marie Woolnoth mène sa vie carillonnante,

Avec un son sourd sur le dernier coup de neuf heures.

Là, j’aperçus quelqu’un de ma connaissance, et l’arrêtai en criant : « Stetson !

« Toi qui fus avec moi dans la flotte à Mylæ !

« Ce cadavre que tu plantas l’an dernier dans ton jardin,

« A-t-il commencé à germer ? Fleurira-t-il cette année ?

« Ou la soudaine gelée a-t-elle troublé sa couche ?

« O retiens loin d’ici le Chien, qui est ami de l’homme,

« Ou avec ses griffes il le déterrera encore !

« Toi ! hypocrite lecteur ! — mon semblable, — mon frère !»

Traduction de Marc Brodier sur son site.

[7] Des tours qui tombent / Jérusalem Athènes Alexandrie / Vienne Londres / Irréel


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Céline Guilleux dit :

    Bonjour,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une des portails fr.hypotheses.org et hypotheses.org.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

    • Festival Transversales dit :

      Merci beaucoup ! Nous sommes ravi.es et nous espérons que les lecteurs et lectrices de passage auront envie de nous laisser un petit commentaire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search