Point Cardinal de Léonor de Récondo : une critique

Article rédigé par Maé-William Barbance-Gontard, en M1 LGC

En écrivant Point Cardinal, Leonor de Recondo fait le choix de traiter le sujet de la transidentité. Que l’autrice en soit consciente ou non, en essayant de poser des mots sur la réalité d’une minorité en manque de représentations, elle se heurte à un risque : nourrir une stéréotypie qui pourrait alors se figer dans l’esprit des personnes qui liront son livre. Qu’en est-il vraiment ? 

Dès les premières lignes de Point Cardinal, nous pensons être plongés dans l’univers du drag aux côtés du personnage principal qui nous est introduit comme étant Mathilda. Lorsque s’ouvre le premier chapitre, cette dernière sort d’un bar dansant : le Zanzi. Elle cède sa place à Lauren[1] dès lors qu’elle se retrouve dans sa voiture et qu’elle retire tenue, maquillage, perruque. À ce moment-là, le lecteur a l’impression qu’une dissociation s’opère chez Lauren entre sa personne et un alter ego, Mathilda, renforçant l’idée que le livre sera autour de l’univers du drag. Or, la dernière phrase du chapitre marque brutalement un flou dans l’esprit du lecteur « Je suis Laurent, faire semblant. […] Disparaître, puisque Mathilda n’est pas » : la situation, soudainement renversée, nous fait comprendre que le personnage n’est pas du tout à l’aise avec son identité de genre, et que l’autrice ne se pencherait alors pas seulement sur le monde du drag, mais plutôt, on peut en faire l’hypothèse, sur le sujet de la transidentité. Le flou qui s’est abattu sur les lecteurs lors du premier chapitre va prendre de plus en plus d’ampleur quand la danse, qui ouvre le roman et qui a donc l’air d’avoir une place primordiale dans la vie du personnage, ne sera que partiellement – pour ne pas dire brièvement – évoquée dans la suite de l’histoire. La découverte de soi ne sera pas exploitée à travers l’expression artistique comme nous aurions pu le penser aux premiers abords. En effet, tout le reste du roman sera consacré à la transition de Lauren Duthillac et aux fractures que cette dernière va engendrer dans son cocon familial. 

Cependant, en nous rendant compte que le roman tourne autour de l’identité de genre, nous sommes rapidement frappés par le manque d’informations de l’autrice, perceptible dès le premier chapitre et qui va transparaître jusqu’à la fin de Point Cardinal

Comme expliqué plus tôt, le personnage est introduit en tant que Mathilda, l’autrice utilise donc pour la décrire la troisième personne du singulier au féminin. Cela dit, tout au long du roman, le personnage de Lauren sera tiraillé entre les « il » et les « elle », entre son deadname[2] et Mathilda, mais également Lauren, le prénom qu’elle finira par choisir. Ce mélange de pronoms assez maladroit et douteux pourrait être expliqué par le fait qu’au début du roman, cette dernière n’a pas encore transitionné et qu’elle ne s’identifie pas aux pronoms féminins. Cependant, cette théorie peut rapidement être écartée puisque par la suite, en pleine transition et lorsqu’elle demande à être genrée correctement, nous retrouvons de nouveau un personnage principal décrit, par la voie narratoriale, au masculin. Nous notons également que cela parait logique qu’avant de dévoiler sa véritable identité de genre, le personnage soit genré au masculin de leur point de vue. Bien évidemment, si par la suite ils souhaitent la genrer au masculin bien qu’elle soit out*, cela pourrait servir à démontrer la transphobie de ces derniers. Seulement, que l’autrice par le biais de la voie narratoriale jongle entre pronoms masculins et pronoms féminins pour décrire son personnage qui décrète être une femme, cela laisse deviner un parti-pris que nous trouvons discutable puisqu’il en vient à figer le lecteur dans une certaine perplexité. Ce mélange vient créer un flou sur l’identité de genre du personnage alors que ce dernier n’a pas lieu d’être – du moins pas dans tout le roman. Cette atmosphère curieuse est envenimée par le fait que Lauren, qui « devient » Mathilda, n’est considérée femme que lorsqu’elle se vêtit comme telle. Son identité de genre est « validée » par tous les accoutrements dits féminins ; perruque, vêtements (dans le livre : robes, tailleur), maquillage. Lorsqu’elle se maquille et qu’elle est en robe, la voix narrative ne jongle plus entre les pronoms donnés à son personnage et choisit exclusivement de la genrer au féminin. Ce traitement du personnage trans est problématique dans le sens où les artifices féminins font d’elle une femme et qu’elle laisse le lecteur dans l’incertitude vis-à-vis du genre de Lauren : comme si cette dernière était dans un « interstice homme-femme », comme Léonor de Récondo choisit de l’écrire (l’autrice dévoilant ainsi qu’elle n’est pas familière de l’idée que l’identité de genre se répartit sur un spectre[3]). À travers la quête de l’identité de genre de son personnage principal, l’autrice va décrire une nécessité vers la féminité qui fige non seulement les normes de genre, mais qui va également pousser son lecteur à croire qu’une femme transgenre a besoin de « se travestir » – mot désuet pour parler d’une personne trans – pour être considérée comme femme.

En somme, à la lecture de ce roman, nous pourrions penser que transitionner équivaut à devenir quelqu’un d’autre. Malheureusement, propagée et ancrée dans l’histoire du début à la fin, la notion de « devenir » pour parler d’une personne qui transitionne est hautement contestable. Ainsi, Lauren n’a de cesse de dire « Je suis en devenir ». Tout d’abord, Lauren est décrite comme si cette dernière portait une autre personne en elle, ce qui véhicule une vision erronée de la transidentité. Transitionner n’équivaut aucunement au changement intégral d’une personne mais une transition vers un autre genre. Lorsqu’une personne transgenre décide d’entamer une transition, il ne faut pas un temps ou bien des étapes à passer pour pouvoir lui accorder le respect nécessaire pour le ou la genrer correctement, cette dernière n’a nullement besoin de prouver quelque chose et de se conformer aux normes que la société lui impose pour être valide. Lauren se sent femme, elle est une femme. Un des nombreux problèmes présents dans Point Cardinal, et qui réunit d’autant plus ce que nous venons de dire, est que Lauren n’est considérée femme qu’à la toute fin du roman, lorsque cette dernière part se faire opérer en Belgique. Cela nous oblige à penser que, tant qu’elle n’est pas opérée et qu’elle n’a pas plus avancé dans sa transition, il est impossible de pouvoir la considérer comme la femme qu’elle est. Constamment, l’autrice instille au lecteur la désagréable idée selon laquelle le sexe équivaut au genre, idée qui ne peut quitter les pensées de son lectorat puisqu’elle y est omniprésente. La notion « d’aller jusqu’au bout » est également présente entre les pages de ce roman, étant tout autant problématique que celle de devenir. En effet, pourquoi parler d’aller jusqu’au bout ? Jusqu’où ? En employant ces termes, c’est considérer que sa transition aura une fin seulement quand Lauren sera opérée, ce qui nous renvoie une nouvelle fois aux parties génitales d’une personne alors que ces dernières ne définissent en rien l’identité de genre[4]

Cette focalisation sur les parties génitales ne sera pas seulement brève mais présente tout au long du livre, ce qui laisse deviner le fait que l’autrice reconduit les normes de genre qui apparaissent comme peu déconstruites dans le roman. Cela conduit à certaines phrases violentes et inappropriées. Ainsi, cela peut être perçu dans le personnage de Lauren lorsqu’elle demande honteusement à Solange :  « Quel corps ai-je à t’offrir ? […] Un presque corps. Ni homme, ni femme ». L’insinuation de « presque corps » est offensante envers une personne, et là encore, cela prouve que Lauren n’est pas considérée comme une femme. Bien entendu, elle pourrait penser cela d’elle-même du fait de la dysphorie de genre[5], néanmoins les exemples de ce type sont bien trop nombreux dans le roman et soulignent le fait qu’il s’agit d’un vrai problème de déconstruction de la part de Léonor de Récondo – d’ailleurs cette dernière n’emploiera jamais le terme de dysphorie de genre. Cela participe au renforcement d’une vision socialement normée. Le fait que l’on puisse posséder des organes génitaux différents du genre auquel on s’identifie et avoir une identité de genre pourtant bien valide n’effleurerait aucunement l’esprit de quelqu’un – n’ayant pas été éduqué sur le sujet – lisant son livre. La violence de la femme de Lauren, Solange, pourrait être considérée comme une représentation de la transphobie au sein d’un microcosme familial, seulement, une partie de sa colère est dirigée vers l’opération de Lauren, et là encore, ses parties génitales. Un chapitre entier et malsain est consacré à la tristesse de Solange à propos du fait que Lauren veuille à tout prix ne plus avoir de parties génitales masculines. Lorsqu’elles sont toutes les deux couchées, Solange ne cesse ainsi de se dire que « à côté d’elle, dans ce lit, il y aura un jour une femme, seins et sexe inclus ». De ce fait, cela marque encore une fois le fait que Lauren n’est toujours pas considérée comme une femme par sa compagne qui, de plus, semble totalement ignorer sa souffrance.

Pour en revenir aux normes de genre, il est difficile de ne pas porter un regard critique sur des arguments glissés comme des sous-entendus qui se rapporteraient à une justification de la transition de Lauren. Effectivement, on en vient à comprendre que Lauren a toujours détesté le foot – activité sportive dite masculine bien qu’elle ne doive être attribuée à aucun genre – et cette notion n’a pas l’air d’être là de façon anodine. Un parallèle constant est à souligner entre Lauren – portant une aversion particulière au foot et qui adore la danse désormais – et son fils, qui lui adule ce sport et qui va se montrer particulièrement véhément envers elle. Nous pourrions nous dire que ces éléments sont là par pur hasard, mais nous comprenons un peu plus tard qu’ils sont présents pour « justifier » la transition de Lauren qui est sans cesse ramenée à des détails basés sur les normes de ce que l’on attend d’une femme ou un homme cisgenre.

D’une façon plus générale, on ne peut qu’être frappé par le manque de réalisme dans le traitement de la transition médicale opérée par Lauren : on le constate dans la façon par laquelle elle accède avec une grande facilité, aux hormones. Évidemment, il ne faudrait pas oublier que cette œuvre reste fictionnelle, un livre peut être romancé. D’ailleurs, cela pourrait nous ouvrir les portes vers une réflexion plus poussée sur le rôle de la fiction dans l’éthique, et de l’éthique dans la fiction. Cela dit, depuis le début du roman, l’autrice a l’air de vouloir dicter les choses d’une manière assez réaliste : elle souhaite rester authentique avec la violence qui frappe la famille, alors pourquoi venir romancer des étapes clés d’une transition – qui est tout de même le centre du roman ? Lauren obtient un rendez-vous avec son psychiatre très rapidement, s’ensuit celui avec son endocrinologue qui, dans la foulée, lui offre sur un plateau une ordonnance pour son traitement hormonal. Son opération, quant à elle, est planifiée sans aucun souci. Ce récit manque donc de réalisme et fait l’impasse sur le traitement des personnes trans dans le milieu médical[6]. Cela nous laisse de fait légitimement douter d’à quel point l’autrice s’est renseignée sur le sujet avant d’écrire. 

De cette désinformation, découle la mise en scène d’une culpabilisation du personnage de Lauren, malmené pendant tout le roman – que ce soit par les membres de sa famille ou par l’autrice. Alors qu’elle aurait pu s’attarder sur le bonheur de Lauren, s’épanouissant dans son identité de genre, Point Cardinal insiste plutôt sur le sentiment de trahison que ressentent les membres de la famille du personnage transgenre. L’autrice arrive à faire passer la violence et la souffrance des autres personnages avant celle de Lauren dont les sentiments ne sont que très brièvement évoqués. C’est un choix discutable dans le sens où l’entièreté du livre tourne autour de quelque chose qui lui est propre : sa transition, son parcours, ses choix. Les ressentis de Lauren sont mis au second plan en quelques lignes alors que ceux de Solange, par exemple, sont étudiés dans plusieurs chapitres. En faisant cela, le personnage trans est culpabilisé constamment par rapport à sa transition et va de lui-même dire qu’il la fait subir à son entourage. Lauren se sentant coupable, s’excuse ainsi auprès de Solange :

Cette transition, je la vis seule à côté de toi. Tu la subis.

Le verbe subir est lourd de sens et fait passer la transition de Lauren pour quelque chose de pénible qu’elle exercerait sur Solange. Le malheur de celle-ci est vu, remué, mis en avant, tous ses états d’âmes sont explorés : de son inquiétude pour les parties génitales de Lauren qui vont disparaître, à son dégoût pour elle et sa considération de la transition comme une « maladie ». En soit, ce personnage pourrait être là pour incarner la violence transphobe au sein d’une famille après le choc d’un coming-out[7] et donc la démontrer, mais si cela était l’effet escompté, l’autrice aurait pu s’y prendre autrement. En omettant les sentiments de Lauren et a contrario en sur-développant ceux de Solange, elle fait passer la première pour la méchante qui détruit sa famille par simple choix, et la seconde comme une victime qui subit. Cependant, le fait que la transition ne soit pas un choix, mais plutôt une nécessité vitale pour Lauren n’est pas expliqué. La force et le courage dans lesquels puise Lauren pour finalement être elle-même ne sont pas présentés non plus. À la place, Léonor de Récondo a choisi d’exposer les failles que la transition de Lauren va creuser au sein de sa famille : avec une violence qui est certes réelle, mais qui n’est jamais remise en cause tout au long du livre. Solange va dire à Lauren à plusieurs reprises qu’elle « gâche tout », qu’elle veut volontairement « foutre en l’air » leur vie de famille, alors que ce n’est pas du tout l’optique de Lauren. Le coming-out de Lauren auprès de ses enfants est catastrophique, car elle n’est pas soutenue par Solange – qui aurait préféré garder ce secret honteux pour elle toute seule – et qu’en plus de cela, après avoir déclaré sa souffrance en une seule et unique phrase, son fils l’insulte de « fou », « cinglé », « furieux ». On peut lire la douleur et la trahison que ressentent Solange et son fils aux chapitres suivants et on peut également lire que pour sa fille, cette annonce la « projette dans le monde adulte d’un seul coup, sans la prévenir, sans qu’elle ait pu s’y préparer » ce qui sous-entend que les choix de Lauren sont égoïstes et destructeurs pour les gens qui l’entourent. 

Depuis le début, j’essaie d’avoir de la compassion pour toi, je me dis le pauvre il est malade, on va l’aider… Mais là j’ai compris que tu t’en foutais de nous, que tout ce qui compte, c’est cette petite femme en toi.

Solange va donc reprocher violemment à Lauren son soi-disant égoïsme après qu’elle a fait part aux enfants de son identité de genre. Là encore, le personnage principal pourrait expliquer à Solange qu’elle ne peut pas faire autrement, qu’elle doit être elle-même, qu’elle ne peut plus jouer un rôle : mais rien ne vient. Durant des chapitres entiers ce n’est que de la violence déferlée sur Lauren, la narration nous plaçant exclusivement du point de vue transphobe de Solange, pour nous faire comprendre à quel point la trahison qu’elle ressent est douloureuse – voire presque valide. Les ressentis des personnages cisgenres sont bien plus étoffés que les ressentis de l’unique personnage transgenre. Même le bonheur de Lauren n’est que brièvement abordé – comme nous l’avons déjà évoqué – quatre lignes étant dédiées à ce qu’elle ressent lorsqu’elle prend ses hormones, alors que la fin entière du chapitre est consacrée à Solange. Le livre ne s’attarde que très rarement sur ce que ressent Lauren. 

Comment voulez-vous qu’il élève des enfants ? Je ne sais pas qui il est et lui non plus !
(Solange)

Le fait que les idées de Solange ne soient jamais remises en question, ou bien même seulement tempérées, peut amener certains lecteurs à compatir avec celle-ci, sans jamais se mettre à la place de Lauren. Le livre laisse donc planer l’idée selon laquelle les personnages cisgenres souffrent le plus, ignorant totalement la souffrance que peut être celle du personnage principal. Cela est d’autant plus souligné par le fait que la seule personne respectueuse et avertie de la réalité que vit Lauren n’obtient que quelques lignes dans le roman, alors que cette dernière aurait pu contrebalancer toute la violence et la transphobie de Solange – et des autres personnages.

Toutes ces idées hasardeuses autour de la transidentité gravitant au cœur du livre ravivent la douleur de n’être que très peu et très mal représenté au sein de la société pour les personnes de la communauté trans. Étant donné que la représentation est minime, une œuvre comme celle-ci va servir à « éduquer » les personnes qui la liront puisque l’autrice, une femme cisgenre et hétérosexuelle*, aura la visibilité pour se faire entendre. Par conséquent, une représentation néfaste dans laquelle des paroles violentes ne sont pas remises en question, ni par les autres, ni par le propre personnage trans principal qui en est la cible, diffuse une image erronée dont la communauté trans n’a nullement besoin. La sensation que Lauren est un fardeau tout au long du roman renforce l’impression que ce récit a été écrit pour brosser un portrait péjoratif de son personnage. Point Cardinal participe à véhiculer une désinformation qui aurait pu être évitée par un travail plus précis de la part de l’autrice sur les enjeux des identités de genre. Pourtant, l’épigraphe « Elle revient de loin pourrait-on dire d’elle si on la connaissait », partait d’une bonne intention puisqu’il est vrai que les personnes trans reviennent de loin, comme il est tout aussi vrai que la transition est loin d’être un long fleuve tranquille… Le plus risible, ou bien le plus ironique dans tout cela est cette pensée que Léonor de Récondo prête à Lauren : « Rien autour de moi ne me définit. Ni vocabulaire, ni représentation ». Il est vrai que, comme évoqué plus tôt, il n’existe que très peu de représentations pour les personnes trans, surtout les femmes trans, mais la représentation faite dans ce livre, médiocre et offensante – pour éviter le fameux mot maladroit – aurait pu être évitée. Lauren peut être définie pourtant, l’autrice choisit – là encore une fois, c’est un choix de sa part – de la décrire dès le début comme quelqu’un d’indéfinissable. Ce que l’on peut malheureusement tirer de ce roman est la banalisation de la transphobie qui y est faite de façon constante. Le sujet aurait pu être abordé d’une façon bien plus respectueuse, si l’autrice avait fait l’effort de s’éduquer sur le chemin de la transition, la dysphorie du genre ou bien même la transphobie d’état ; et si elle avait évité des termes offensants et désuets (comme celui du « changement de sexe » par exemple).  

Nous ne voulons pas que cet article sonne comme une culpabilisation pour certaines personnes qui trouvent, tout comme Lauren, le besoin de se rapprocher au maximum de la binarité d’un genre en effectuant un cheminement qui leur correspond. Chaque expérience est bien évidemment valide et une personne qui entreprend une transition la mène comme elle l’entend. Le véritable fond du problème soulevé ici est que l’autrice a choisi d’écrire sur un sujet qui ne la concernait pas en faisant un portrait injuste de la transidentité, bafouant son personnage en la rendant fardeau – pour elle, ainsi que son entourage. Nous pourrions nous interroger sur la littérature et sa place dans la pensée morale, si, bien-sûr, nous pouvons parler d’une littérature qui peut ou doit posséder un devoir de moralité. Cela nous permettrait ainsi de soulever un enjeu littéraire majeur brièvement évoqué auparavant : l’éthique de la fiction, et les limites que cette dernière pourrait posséder – ou non. 

Maé-William Barbance-Gontard

Bibliographie

Butler, Judith, Trouble dans le genre [mars 1990], Paris, La Découverte, 2005. 

Tôn, Émilie, « Transphobie médicale : “On m’a suggéré d’être plus discrète” », L’Express, 17/05/2019, https://www.lexpress.fr/actualite/societe/transphobie-medicale-on-m-a-suggere-d-etre-plus-discrete_2076800.html

« Coming-Out » [en ligne], Wikipedia, 10 janvier 2007, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Coming_out&action=history

« Deadname » [en ligne], Wikipedia, 2 décembre 2020, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Deadname&action=history


[1] Par souci d’éthique, nous avons choisi tout au long de cet article d’utiliser le prénom Lauren.

[2] Prénom de naissance d’une personne qui n’est pas cisgenre, et qui, au vu de sa transidentité ou non-binarité, a décidé de changer son prénom, administrativement ou par l’usage.

[3] « De plus, même si la morphologie et la constitution des corps paraissent confirmer l’existence de deux et seulement deux sexes […], rien ne nous autorise à penser que les genres devraient aussi s’en tenir au nombre de deux. » Butler Judith, Gender Trouble, notre traduction, New-York, Routledge Kegan & Paul, 1990, p. 53.

[4] « Lorsqu’on théorise le genre comme une construction qui n’a rien à voir avec le sexe, le genre devient lui-même un artefact affranchi du biologique, ce qui implique que homme et masculin pourraient tout aussi bien désigner un corps féminin qu’un corps masculin, et femme et féminin un corps masculin ou féminin. »

[5] La dysphorie de genre est un terme qui décrit un sentiment de malaise qu’une personne peut éprouver pendant une transition en raison d’une inadéquation entre son corps et son identité de genre. Ce sentiment peut être si intense qu’il peut conduire à certains troubles (dépression, anxiété) qui peuvent nuire quotidiennement à une personne.

[6] Selon une étude menée par l’association Lutte contre les discriminations (LCD) auprès de 1 147 personnes, une personne LGBTI sur deux s’est déjà sentie discriminée lors d’un parcours de soins. Chez les personnes trans, ce taux grimpe à 72%.

[7] Expression parfois francisée « sortir du placard » : annonce volontaire d’une orientation sexuelle ou d’une identité de genre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.