Représenter la danse comme une émancipation à travers les couleurs dans la bande dessinée chez Pénélope Bagieu et chez Arianne Melone d’après le texte de Véro Cazot

Article rédigé par Yuna Kerino, étudiante en M1 LGC

« Faut te dépêcher dis ! Le bal, c’est dans deux semaines ! »

Arianna Mélone, Véro Cazot, Le Bal des folles page 43

Culottées, des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent est un recueil de deux bandes dessinées pensées et dessinées par Pénélope Bagieu. Son travail est publié en septembre 2016, et devient très vite un classique de la bande dessinée féministe francophone. La dessinatrice obtient un Eisner Award dans la catégorie « meilleure édition américaine d’un ouvrage international ». Culottées est traduit en 17 langues et autant dire que son rayonnement culturel est important. Ce recueil regroupe plusieurs histoires de femmes oubliées ou plus connues qui ont choisi de s’émanciper. Nous parlerons ici du tome 1 de Culottées, dans lequel se trouve l’histoire de la danseuse Joséphine Baker.

Le Bal des folles d’Arianna Mélone et Véro Cazot est une bande dessinée adaptée du livre de Victoria Mas. Si le roman de la jeune écrivaine a eu un grand retentissement dans la sphère littéraire en recevant de nombreux prix, la bande dessinée semble être passée inaperçue : elle est publiée en septembre 2021, quasiment en même temps que l’adaptation sérielle de Mélanie Laurent. L’histoire se déroule au XIXe siècle, à Paris dans l’hôpital de la Salpêtrière dans lequel chaque année a lieu un bal à la mi-carême, le bal des folles. Dans cette bande dessinée, nous suivons quatre femmes : Louise, Thérèse, Geneviève et Eugénie. Nous parlerons dans cet article du personnage de Thérèse. Entre indignation et opposition, nous suivons les destins de personnages particuliers qui décident de se soulever contre des pouvoirs établis.

« Elles devaient commencer par déjà se défaire des présupposés de leurs parents, de l’école, d’un mari… avant de commencer le même combat que les hommes, elles devaient mener un premier combat pour la légitimité, la crédibilité… »

Pénélope Bagieu, « Le combat des “Culottées” n’est absolument pas terminé », article de juillet 2019, par Hélène Combis de France Culture.

Dans Culottées, le narrateur est omniprésent. Nous pouvons aisément affirmer que c’est la voix de l’auteure. Elle s’attelle à l’exercice de la biographie de la danseuse. Les bulles sont pauvres, Joséphine ne parle pas, elle danse. Un choix peut être esthétique de la part de Pénélope de Bagieu afin de laisser une place plus importante au dessin qu’au dialogue.

En revanche, dans Le Bal des folles, le narrateur est inexistant. Les personnages vivent pour ce qu’ils sont et racontent leurs passés à Eugénie. Les dialogues sont souvent brefs afin d’éviter de remplir la case. D’autant plus que ceux-ci se détachent des dessins, ils sont comme suspendus, il ne s’intègre pas au style artistique de la dessinatrice.

Le Bal des folles, Arianna Melone, Véro Cazot, page 45

Les femmes dans ces histoires, dansent afin d’échapper à un avenir qui leur est tracé et qu’elles refusent. Dans chacune de ces bandes dessinées, la danse est perçue comme un outil, permettant d’atteindre ses propres désirs. De plus, cet art est toujours perçu comme la clé afin de continuer le combat.

« Raconter une lutte dans son ensemble, ça permet aussi de voir à quel point elles sont toujours changeantes […] »

Pénélope Bagieu, « Le combat des “Culottées” n’est absolument pas terminé », article du juillet 2019, par Hélène Combis de France Culture.

L’exercice biographique permet de raconter, comme le dit Pénélope Bagieu, « une lutte dans son ensemble ». Joséphine Baker, outre sa qualité de danseuse, est aussi un modèle éminemment politique. Elle délaisse la danse, qui l’avait libérée, pour s’engager dans la résistance ou encore dans la lutte contre la ségrégation. Mais elle n’oublie jamais que c’est parce que son pays de cœur a reconnu son talent de danseuse qu’elle a pu s’élever.

« J’étouffais, aux Etats-Unis. Paris m’a libérée ! »

Pénélope Bagieu, Culottées, Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent, tome 1, page 78

« C’était important également de parler d’émancipation, de sororité, de solidarité féminine. Ce roman parle du pouvoir des hommes sur les femmes, mais ils sont en arrière-plan. Ces femmes vont s’entraider et devenir libres, chacune à leur manière. »

Entretien avec Véro Cazot pour Le Bal des folles, par Comixstrip.

Dans Le Bal des folles, on apprend très vite que l’internement de Thérèse est terminé, elle va pouvoir rejoindre « le monde ». Elle refuse, silencieusement, le choix des médecins. Pour elle, sa vie, c’est l’hôpital de la Salpêtrière. Ce choix, Thérèse le vit comme un drame. Malgré tout, elle éduque avant son départ les jeunes filles comme Eugénie et Louise des dangers des hommes, mais les pousse à agir d’elle-même. Malgré son caractère cynique, Thérèse reste très attachée à ces jeunes femmes.

« […] Tu vois, j’me suis jamais sentie aussi tranquille qu’entourées de folles. Les hommes m’ont maltraitée. J’ai le corps tout cabossé. Ici, je suis protégée. Les vrais fous, ma p’tite y sont dehors, en liberté. […] Non dehors, plus jamais. »

Arianna Mélone, Véro Cazot, Le Bal des folles, Thérèse page 48
Le Bal des folles, Arianna Melone, Véro Cazot, page 69

« [J’]ai parlé [à Victoria Mas] des contraintes de la bande dessinée, qui obligent à faire les choses différemment, comme mélanger certaines intrigues pour raconter l’histoire autrement, tout en restant fidèle […]. On peut également faire passer des émotions visuellement. Le travail de couleur d’Arianna montre la colère, les crises, le dédoublement de personnalité, les cauchemars. Il est très sensible et correspond bien à cette histoire. »

Entretien avec Véro Cazot pour Le Bal des folles, par Comixstrip.

La présence des couleurs est pensée et très travaillée dans ces œuvres. Nous nous concentrerons sur les deux premières planches de Joséphine Baker pour Culottées. En revanche, nous étudierons Le Bal des folles  dans son ensemble.

Joséphine Baker, est coloriée lors de ses moments d’affranchissement et quand elle danse. Pénélope Bagieu utilise des couleurs spécifiques pour représenter la danseuse. Plus particulièrement les tons chauds. Aussi, nous pouvons noter que les mouvements de la danseuse ont plus de courbes, ils sont plus déformés permettant ainsi de remarquer la jeune femme sur la planche. En revanche le style de dessin de Pénélope Bagieu semble figer le personnage dans le mouvement de danse.

Les personnages d’Arianna Mélone quant à eux semblent en permanence en mouvement.

Le Bal des folles, Arianna Melone, Véro Cazot, page 113

La dessinatrice utilise une technique particulière. Elle mélange les crayons de couleurs ainsi que l’aquarelle, afin de créer cet effet nébuleux. Arianna Mélone avec Véro Cazot ont décidé de représenter les femmes dans des tons froids, lorsqu’elles sont seules, lors de conversations graves ou avec des personnages malveillants. Mais elles utilisent des tons chauds, lorsque les internées rencontrent le monde extérieur, dès que les conversations sont plus légères et que les personnages sont hors de la Salpêtrière. Les couleurs s’atténuent quand Thérèse danse. 

Lors du bal, les couleurs semblent se mélanger afin de créer un désordre. Après l’événement, les tons sont plus  doux, l’atmosphère semble plus apaisée, il n’y a plus de polarisation.

“Ce qui est intéressant, c’est que c’est une histoire de femmes, écrite par une femme mais qui n’est pas réservée qu’aux femmes. C’est important de la transmettre à plein de publics différents. Celui de la bande dessinée n’est pas le même que celui du roman. Cette histoire peut donc se transmettre à plein de lecteurs différents.”

Entretien avec Véro Cazot pour Le Bal des folles, par Comixstrip.

A travers la bande dessinée, Pénélope Bagieu ainsi que Véro Cazot au travers d’Arianna Mélone, traduisent la colère de ces femmes, elles la représentent matériellement. Et comme le rappellent les personnages dans Le Bal des folles, la danse peut être un moyen d’affirmer son indépendance mais elle peut aussi déranger les plus hautes instances.

“Louise… je crains que le bal n’ait pas lieu l’an prochain.
– Oh ce n’est pas grave madame Geneviève. On dansera entre nous.”

Arianna Mélone, Véro Cazot, Le Bal des folles page 131

Yuna Kerino


Bibliographie : 

BAGIEU, Pénélope, Culottées. Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent, tome 1, septembre 2016, édité par Gallimard Bande Dessiné, Paris.

CAZOT, Véro, MELONE, Arianna, Le bal des folles, septembre 2021, édité par Albin Michel, Paris. 

COMBIS, Hélène, Pénélope Bagieu : « Le combat des “Culottées” n’est absolument pas terminé » , juillet 2019, France Culture.

DEBIAIS, Yoann, KARIUS, Claire, Entretien avec Véro Cazot pour Le bal des folles, octobre 2021, Comixstrip.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search