Le ballet des carcasses

Article rédigé par Matthieu Gallouédec, étudiante en M1 LGC

La poésie est à la littérature ce que la danse contemporaine est à l’art vivant ; elles sont des pratiques qui se ressourcent à même la genèse de leurs moyens d’expressions et en intensifient jusqu’à l’extrême limite. Les corps et les mots embryonnaires s’y exposent, pressés de refondre leur matière dans le magma. Si la danse a toujours été en décalage avec la poésie, en raison d’une reconnaissance tardive qui viendra par des écrivains comme Mallarmé ou Baudelaire, c’est aussi parce que la danse et à travers elle l’expression du corps ont été longuement et intellectuellement méprisés et taxés de frivolité divertissante ou d’inconséquence artistique. Je ne pourrais pas vous expliquer la raison de cet essor tardif de la comparaison. Force est de constater que j’éprouve une certaine méfiance qui se manifeste par une ignorance du sujet : la danse est pour moi une littérature de langues différentes. La danse est non-verbale. Pourtant, de la danse émane un langage universel qui n’a nul besoin d’être traduit ou comparé.

Ecrire la danse est un sujet complexe et avance parfois sur un terrain impraticable, un champ de mines : la danse jouirait alors d’une liberté conditionnelle par son manque de reconnaissance institutionnelle. Lire la poésie de Joseph Ponthus et la comparer à une forme de danse contemporaine a été le médium d’une ouverture critico-poétique. Entre ses mots et la danse, il y a un escalier sans marche, une usine sans ouvrier. Représenter A la ligne reviendrait partant à opérer la question du déplacement de la chose même. Et les vers de Ponthus, bien qu’ils soient libres, se heurtent au processus de transitivité du représenter. Ce paradoxe tient au fait que la poésie se veut être et parole, et la danse ne recouvre que le spectre d’une performance de l’intuition.

La danse macabre de Joseph Ponthus est pourtant un modèle, c’est elle qui permet la poésie, elle est à l’origine du lâcher-prise nécessaire à l’écriture poétique. Le lâcher-prise de Joseph Ponthus n’est pourtant pas représentatif d’une quelconque performance. Certes, on peut constater dans ses mouvements circulaires, répétitifs et expressifs une pantomime, un hymne jaillissant caractérisé par l’effort infernal, « si ce n’est pas encore l’enfer qui finira bien par arriver » : l’écriture poétique reste une écriture constante de la douleur. Et cette douleur est propre à l’ouvrier. Mais elle ne fait qu’inspirer les fantasmes du poète. Entre l’expression physique et l’expression littéraire se cache un abîme profond. Car ici il n’est pas question d’œuvre artistique. A la ligne n’est qu’une longue tirade d’un temps « qui ne passe pas », une succession de temps qui ne « change[nt] rien des journées précédentes ». Et au bout de la journée, de la nuit, on rentre chez soi, on bouffe, on se brosse les dents, on écrit un peu, même écrire devient machinal, on dort. On récupère ce qu’on peut.

Le territoire de l’usine, dans sa spatialité, est dépourvu de toute stabilité dans le temps. C’est une zone blanche et en même temps ténébreuse. Cette zone, cette scène, définit l’ouvrier étant à la fois dans le monde de l’usine, en face de ce monde, et en relation avec sa globalité. Le poète-danseur(-ouvrier) se constitue précisément dans cette oscillation de l’ordre du sentir et de l’ordre du connaître. Selon Bernard Noël, cette double ossature du monde donne consistance au corps : « Toutes les choses ont deux squelettes. L’un solide. L’autre pas. Le premier porte l’apparence, le second porte la présence. De l’un à l’autre va la dimension du corps. » Et la dimension du corps est à la douleur ce que la pénibilité est au travail. Si la poésie moderne est entrée en guerre contre ses images et ses propres signes, Joseph Ponthus offre le saisissant paradoxe d’une conquête de l’expression qui se ravitaillerait à même la violence infligée à ses muscles.

Pas de douleur, pas de poésie. Pas d’automatisme, pas de de danse.

Matthieu Gallouédec

Retrouvez la mise en musique de A la ligne par Michel Cloup Duo et Pascal Bouaziz dans le cadre de la 11e édition du festival Transversales


BIBLIOGRAPHIE

GODFROY Alice, Danse et poésie : le plus du mouvement dans l’écriture, Honoré Champion, Paris, 2015.
PONTHUS Joseph, A la ligne, éditions La Table Ronde, Collection Folio, 2019.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search