Réécriture historique et psychologique des sociétés sous le spectre de l’épidémie dansante chez Jean Teulé

Article rédigé par Yuna Kerino, étudiante en M1 LGC

« […] Et sinon, vous n’auriez pas quand même une bonne nouvelle ?
Le troisième Stettmeister prend la parole :
– Rue du Jeu-des-Enfants, des gens dansent.
– Ah bon, ils trouvent qu’il y a de quoi danser en ce moment ? Si ça leur chante … »1

Le premier février 2018 paraît le nouveau roman de Jean Teulé, Entrez dans la danse. Comme d’habitude la critique s’affole, articles dithyrambiques, éloges, louanges… C’est l’ouvrage à lire cet hiver. Mais contrairement à d’autres de ses succès comme Héloïse, ouille!, Ô Verlaine ou encore Rainbow pour Rimbaud, Teulé s’attaque à un événement de l’histoire française un peu à part, mais surtout complètement oublié du grand public : l’épidémie dansante de Strasbourg de 1518.

« Une étrange épidémie a eu lieu dernièrement,
Et s’est répandue dans Strasbourg
De telle sorte que, dans leur folie,
Beaucoup se mirent à danser
Et ne cessèrent jour et nuit, pendant deux mois
Sans interruption, 
Jusqu’à tomber inconscients.
Beaucoup sont morts. »

Chronique alsacienne, 1519

Afin de comprendre l’intrigue de ce roman, il faut que nous restituions le contexte. L’épidémie dansante de Strasbourg de 1518 n’est pas la seule ayant existé, mais c’est la plus documentée. En revanche, ni les scientifiques d’hier ni ceux d’aujourd’hui n’ont réussi à expliquer ce qui a pu entraîner une telle frénésie. Conjonction astrale, malédiction, punition divine, empoisonnement par le seigle, les avis divergent.

Sur un fond de vérité historique, Jean Teulé tente d’élucider l’inexplicable. Le premier chapitre est le seul nommé. Y figurent une date et un lieu – « Strasbourg – 12 juillet 1518 » – exposant ainsi le contexte. Nous suivons une jeune femme blonde, Enneline, l’instigatrice de cette danse. Puis un bruit, « tap tap tap » : le bruit de ses ongles marquant un rythme inconnu contre la machine à imprimée. Teulé décrit le départ de sa danse, des extrémités de la jeune femme jusqu’à prendre tout son corps. Elle danse seule dans la Rue du Jeu-des-Enfants. 

« En sabots, Enneline étend une jambe derrière elle comme chaussée d’une ballerine et renverse son visage vers le ciel. La blonde pirouette et creuse ses reins, se penche très en avant en soulevant haut ses mains dont elle écarte les doigts. Elle fait un pas de côté puis de l’autre. Ses semelles en bois entrechoquent des immondices. Elle se lance dans un demi tour, écartant les bras qu’elle étend avec grâce puis remue en un battement d’ailes de libellule. »2

Dans cet extrait, Jean Teulé s’amuse à décrire une jeune fille pauvre, en guenille comme une danseuse étoile. La comparaison au ballet Le Lac des cygnes (1877) est certes anachronique mais plutôt pertinente. D’un point de vue historique, ce ballet a une très grande dimension psychologique, son auteur Tchaïkovski tente d’échapper à sa nature profonde. Et tout comme le chorégraphe, Jean Teulé applique une dimension psychologique derrière chaque personnage qui entre dans la danse. Chacun a une part d’interdit, de caché qui l’invite à rentrer dans la ronde. La description des mouvements d’Enneline dans cet extrait pourrait s’apparenter aux mouvements des danseuses de ce célèbre ballet tout en légèreté et très aérien. C’est uniquement lorsqu’Enneline danse que la chorégraphie semble belle, gracieuse, agréable. 

Jean Teulé nous invite à entrer dans la ronde, dans la danse, comme le titre de son roman. Tout comme sa couverture : nous y voyons deux squelettes, se tenant les mains, et semblant nous inviter à les rejoindre.


L’écriture comme la danse des personnages est rythmée, parfois saccadée et désordonnée. Nous manquons de souffle, nous nous épuisons à suivre ces danseurs fous, ces damnés. Les phrases sont longues, pauvres en ponctuation. Mais c’était sans compter l’ironie constante de l’auteur, nous nous prêtons à rire de la tragédie des personnages. Dans une interview de l’auteur par France Info, il est écrit : « Selon Jean Teulé, plus les situations sont tragiques, plus il faut en rire ». Et en effet, nous rions de leur malheur. 

« Peu à peu leur mal empire et finalement aucun membre n’obéit plus à la volonté de ces contaminés qui se laissent aller, rejoignant le grand courant pour en augmenter le terrible chœur. L’autre connasse arrogante qui tout à l’heure dédaignait tout le monde fait moins sa maligne dorénavant en tortillant ses miches comme une dingue et montrant son cul à tous. »3

De plus, le charme de l’écriture de Jean Teulé se résume par le choix des mots contemporains dans une description de faits anciens. Et pour cause, on y voit figurer “Technoparade” ou “rave party“. Grâce à ces éléments, nous pouvons transposer cet événement à notre époque. En tant que lecteurs et lectrices, on pense bien évidemment aux Free Party, où des amateurs de musique électronique se rejoignent nombreux afin de danser. Et au vu du nombre de participants, cela peut s’apparenter à un véritable désordre. En revanche, l’auteur va encore plus loin, dans la capsule vidéo de l’interview de France Info il dit : 

« […] Je fais semblant de raconter des histoires anciennes, mais en fait, je parle d’aujourd’hui. Par exemple, là, en ce moment, il y a […] tellement de gens qui sont des situations de malheurs total sur terre […] que moi ça ne m’étonnerait pas que ça reparte et que je ne sais où […] que les gens se mettent à danser. » 

Il y a tellement d’autres péripéties que nous pourrions évoquer dans le roman, comme la peur de l’envahissement turc, le basculement du clergé, la médecine, la description des corps, qu’il ne vous reste qu’une chose à faire : lire cette histoire. Finalement, nous pourrions citer Stromae, dans sa chanson Alors on danse résumant parfaitement l’intrigue d’Entrez dans la danse

« […] Et là tu te dis que c’est fini car pire que ça ce serait la mort
Quand tu crois enfin que tu t’en sors, quand y en a plus et ben y en a encore
Est-ce la zik ou les problèmes?
Les problèmes ou bien la musique
Ça te prend les tripes, ça te prend la tête
Et puis tu pries pour que ça s’arrête
Mais c’est ton corps, c’est pas le ciel […] »

Si vous voulez en apprendre davantage sur les épidémies dansantes à la fin du Moyen-Âge, nous nous retrouvons le vendredi 19 novembre, aux Champs Libres, pour une conférence avec l’historienne Laurence Moulinier-Brogi

Yuna Kerino


Pour aller plus loin : 

JONATHAN, Nicolas « Chorémanie ou « transe en danse » : le corps dansant et son rapport au Pouvoir », Topique, 2019/2 (n° 146), p. 153-166.

Bibliographie :

TEULÉ, Jean, Entrez dans la danse, février 2018, édité par Julliard, Paris, Robert Laffont.

LEMARIGNIER, Nicolas,Interview : Jean Teulé : “Entrez dans la danse”, une réalité plus folle que la fiction“, France Télévision, Rédaction Culture, mars 2018.

STROMAE, Alors on danse, Cheese, 2009, édité par Because Éditions, Kilomaître Productions, Mosaert, label B1 Recordings, Island, Mercury France, Universal, Vertigo.

  1. Jean Teulé, Entrez dans la danse, p.19 []
  2. Jean Teulé, Entrez dans la danse, Chapitre 1 : Strasbourg-12 Juillet 1518, pages 9-10 []
  3. Jean Teulé, Entrez dans la danse, Chapitre 5, page 25 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.