Edition 2021 : demandez le programme !

Trans’en Danse – Festival Transversales, 11e édition – Du 19 au 27 novembre 2021

Il faut se réjouir de cette transe où l’individualité se perd, dépassée par une force surabondante. Car son effet n’est en rien moins que l’union à la totalité de la nature. La « transe en danse » est une forme de transcendance ou de transformation investissant le danseur d’une puissance insoupçonnée, surhumaine.

Julia Beauquel, Danser, une philosophie

Après avoir fêté son dixième anniversaire dans les circonstances engendrées par la crise sanitaire, où nous avons chanté à huis clos, séparé·es mais ensemble, le Festival Transversales revient pour sa onzième édition proposer un thème non moins festif : la danse. En effet, quelle forme d’art se fait meilleure expression de la joie que la danse, qui connote tout à la fois festivité et rigueur, maîtrise et dépassement de soi, dans le débordement induit par une forme d’oubli ou de pleine conscience, une forme de transcendance ?

Si la danse « déborde », si elle « transcende », si elle « transforme » enfin, elle peut être comprise dans un rapport transdisciplinaire et devenir un champ fertile pour l’investigation comparatiste. Quel drôle d’objet, qui semble pouvoir excéder ses acceptions en capturant le sens d’une œuvre littéraire pour la rendre lisible dans son langage propre, et qui, de l’Antiquité à nos jours, continue par son caractère ineffable, son impermanence, à fasciner les amateur·ices de littérature et les auteur·ices ! Théophile Gautier n’écrivait-il pas que le ballet était « l’œuvre la plus synthétique, la plus générale, la plus humainement compréhensible qu’on puisse entreprendre ; c’est la poésie mimée, le rêve visible, l’idéal rendu palpable, l’amour traduit en tableaux, la grâce rythmée, l’harmonie condensée en figures, la musique transposée du son à la vue » (Théophile Gautier, Écrits sur la danse) ?

C’est ainsi que nous nous proposons d’examiner de plus près cette « Trans’en Danse » et de vous faire danser, aussi bien dans l’enceinte de l’université qu’au sein de lieux culturels et emblématiques de la ville de Rennes, en compagnie de chercheurs et de chercheuses, de danseurs et de danseuses, d’auteurs et d’autrices, d’artistes, et de regarder ensemble sous toutes les coutures ce qui lie danse et littérature.

Malou Beziat (Master LGC, université Rennes 2. Co-présidente de l’association FTR2)


Bon à savoir

Le festival Transversales en temps de pandémie

Afin que cette 11e édition se déroule au mieux, plusieurs consignes s’appliquent pour le bien-être de notre public et de nos intervenant·es, que nous vous invitons à respecter tout au long du festival :

  • Le port du masque est obligatoire
  • Un passe sanitaire sera demandé pour tous les événements (à Rennes 2 comme dans les lieux partenaires)
  • Les événements qui se déroulent sur le campus de l’université Rennes 2 nécessitent une inscription préalable : chaque présentation d’événement ci-dessous renvoie à un lien d’inscription en ligne. L’entrée ne pourra être garantie sans inscription
  • Les établissements partenaires suivent des règles spécifiques, mais similaires

Si la situation sanitaire venait à s’aggraver, le festival sera maintenu mais adapté, sauf mesures exceptionnelles (suivez l’évolution de la situation sur notre site).

Atelier. Écrire danser – un laboratoire d’écriture

Atelier proposé par Juliette Thomas, Les Mots Dits

Écrire ce que c’est qu’écrire la danse.
Inventer des manières de faire.

Recenser nos pratiques, nous y soumettre pour mieux les affuter ou réfuter.
En fabriquer de nouvelles.
Chercher où positionner le corps dans l’écriture et la maïeutique du mouvement.
Chercher où positionner le corps dans l’archive et la trace du mouvement.
Redéfinir les mots dont nous avons besoin pour composer.
Demander : est-ce le danser qui fait l’écrire ou l’écrire qui fait le danser ?
Finalement, imaginer comment l’on danse en écrivant puis faire danser.

Ce laboratoire d’écriture aura lieu sur deux après-midis au Bois Perrin. Il est pensé comme un temps de recherche-création collectif autour de la journée « écrire la danse » et donnera lieu à des textes collectifs et individuels dont les genres seront à inventer ensemble. Il questionnera nos imaginaires de la danse, tentera de les traduire en textes.

Il est ouvert à tous·tes, danseur·euses ou non, écrivain·es ou non.

Infos pratiques
Gratuit
12 personnes, sur inscription : écrire à festivaltransversales[@]gmail[.]com
Lundi 22/11 à 13h30 (horaire à confirmer)
Vendredi 26/11 à 13h suivi d’une restitution publique à 18h (format à inventer durant l’atelier)
L’inscription vaut pour les deux séances, qui sont à suivre toutes les deux

Expositions

Deux expositions se déroulent, sur le campus Villejean de l’université Rennes 2, pendant le festival Transversales. Témoignant des gestes de la travailleuse, du travailleur, montrant les mouvements du corps laborieux, elles entrent en écho avec la soirée « À la ligne » présentée plus loin dans ce livret.

  • Exposition photographique « L’ombre d’un geste », Cédric Martigny – du 17 novembre au 17 décembre, Galerie Art & Essai, Rennes 2

Commissariat : Véronique Boucheron

Cette rétrospective réunit une sélection photographique issue de 10 années de productions relatives au monde du travail contemporain. Elles s’attachent aux gestes d’attention, aux rythmes séquentiels et répétitifs… avec pour fil directeur l’expression gestuelle et la centralité du corps dans le travail.

  • Exposition photographique « Envisagées », Olivia Gay – du 19 octobre au 10 décembre, La Chambre Claire, Rennes 2

Les dix-neuf photographies de cette exposition montrent des femmes dans l’intimité du poste de travail, à la tâche ou en pause. Les images sont extraites de différentes productions réalisées sur la durée, dans les usines, supermarché, entre 2005 et 2010. Une entreprise photographique pour tenter de redonner un visage, une humanité, à ces visages anonymes d’opératrices que l’on ne voit habituellement pas.

Surprises en ligne

  • Les étudiant·es préparant le festival sont invité·es, tout au long du semestre, à publier des articles sur le site du festival Transversales évoquant les invité·es, la thématique du festival et bien d’autres choses encore.
  • De la même façon, le podcast des Transversales est à écouter sans modération !

Et pendant le festival

  • Entretiens avec les danseurs et danseuses de l’Opéra national de Paris, réalisés par Malou Beziat et Marius Muller, en partenariat avec Adhoc.

Au cours du festival, des capsules audio d’entretiens réalisés avec des danseurs et danseuses du corps de ballet l’Opéra national de Paris seront mises en ligne sur notre site et consultables sur la plupart des plateformes de streaming. Nous écouterons Alice Cantonnet et Maxime Thomas évoquer leur discipline, leurs parcours personnel et professionnel, les spectacles et rencontres marquantes de leurs carrières mais aussi leur rapport intime et subjectif à cet art voire au texte et à la littérature en général.

À découvrir en ligne


Vendredi 19 novembre

  • 17h30 // Rencontre avec l’historienne Laurence Moulinier-Brogi autour des épidémies dansantes à la fin du Moyen Âge (sous réserves). Rencontre préparée par Malou Beziat, Célia Frankel et les étudiant·es du master LGC.

Dans le cadre des Rencontres d’histoire aux Champs Libres, des étudiant·es conversent avec l’historienne Laurence Moulinier-Brogi (Professeure d’histoire médiévale à l’université Lumière Lyon 2) au sujet des épidémies dansantes à la fin du Moyen Âge. En 1518 en Alsace débute le cas le plus documenté d’épidémie dansante en France : des centaines de personnes dansent pendant deux mois, jusqu’à en mourir. Une rencontre autour des enjeux littéraires, sociaux et politiques de la danse à la fin du Moyen Âge.

La rencontre a lieu au 5e étage de la bibliothèque des Champs Libres
Informations d’inscription

Mardi 23 novembre

  • 19h // « Le corps ne bouge pas », performance de Gilles Amalvi. Coorganisé avec l’association Adhoc dans le cadre de la Voix d’un texte.

Poète, créateur sonore et critique de danse, Gilles Amalvi s’essaie ici à un exercice acrobatique de mélange de ses différentes activités : s’agit-il d’un poème mis en musique ? D’une conférence dansante ? D’un concert théorique ? À la jonction de plusieurs pratiques, son corps, sa voix et ses doigts s’essaient à faire plusieurs choses en même temps : parler tout en jouant de la basse. Au fil de lignes de basse remuantes, « Le corps ne bouge pas » s’interroge sur la manière dont la danse réfléchit notre condition d’être en mouvement – tout en indiquant l’horizon d’une immobilité impossible à atteindre.

Après Ping-Pong, match de ping-pong en forme d’interview avec le chorégraphe Boris Charmatz, « Le corps ne bouge pas » est le deuxième test d’une série consacrée à la parole en mouvement.

La rencontre a lieu à l’espace de convivialité, au Triangle
Informations d’inscription

Mercredi 24 novembre

  • 14h // Rencontre avec Nathacha Appanah pour son roman Rien ne t’appartient. Rencontre préparée par Gaëlle Debeaux et les étudiant·es du département Lettres.

Dans le cadre du Prix du roman des étudiants France Culture Télérama, l’autrice Nathacha Appanah vient présenter son dernier roman, Rien ne t’appartient (Gallimard). Il n’y a pas que le chagrin et la solitude qui viennent tourmenter Tara depuis la mort de son mari. En elle, quelque chose se lève et gronde comme une vague. C’est la résurgence d’une histoire qu’elle croyait étouffée, c’est la réapparition de celle qu’elle avait été, avant. Une fille avec un autre prénom, qui aimait rire et danser, qui croyait en l’éternelle enfance jusqu’à ce qu’elle soit rattrapée par les démons de son pays.

La rencontre a lieu à l’espace rencontre de la Bibliothèque Centrale, Université Rennes 2 (horaire à confirmer, consulter le site internet du festival)
Informations d’inscription 

  • 18h // Soirée Ciné Tambour « C’est show ! ». Projections de films présentées par les étudiant·es du master LGC sous la responsabilité de Julie Maligorne, et par les étudiant·es de Ciné Tambour.

L’association Ciné Tambour, fidèle partenaire des Transversales, projette deux films où la danse se dévoile sous toutes ses facettes : à 18h, French Cancan de Jean Renoir, 1955 (108 min., 35mm), puis à 20h30, Showgirls de Paul Verhoeven, 1995 (131 min., DCP).

Entre les paillettes et les froufrous, les regards convergent sur les danseuses de cabaret incarnées par Françoise Arnoul dans French Cancan et Elizabeth Berkley dans Showgirls, vedettes sensuelles et charismatiques. Si ces figures féminines semblent tout d’abord opposées – Nini, interprétée par la première, évolue dans un Paris chantant, tandis que Nomi, jouée par la seconde, traverse un Las Vegas tumultueux –, toutes deux cherchent à réaliser leur rêve de danseuse et partagent la même ambition. Du traditionnel french cancan mis en scène par Jean Renoir aux mouvements charnels des chorégraphies contemporaines dans le film de Paul Verhoeven, la danse est ainsi à l’honneur dans ces deux longs-métrages. Et maintenant, ladies and gentlemen, place au show !

Auditorium Le Tambour, bâtiment O, université Rennes 2. Séances gratuites après adhésion à l’association : 5€ le demi-semestre (2 mois) /10€ le semestre /20€ l’année. Cartes d’adhésion vendues au guichet du Tambour avant chaque projection.

Jeudi 25 novembre

  • 10h-16h // Journée d’étude « Écriture de la danse, écriture des corps », organisée par Malou Beziat, Flavia Bujor, Gaëlle Debeaux, Marianne Di Benedetto et Juliette Thomas, avec le soutien du CELLAM.

Cette journée d’étude vise à mettre en lumière le vaste corpus littéraire récent (de langue française ou non) prenant la danse pour objet, pour sujet ou pour matrice. Par l’exploration d’œuvres résolument textuelles et imprimées dans lesquelles la danse et ses déclinaisons sémantiques occupent une place centrale, il s’agira d’interroger l’immixtion de la chorégraphie au sein de l’œuvre littéraire. Comment la danse module-t-elle l’écriture ? Quelle place se creuse-t-elle au sein de la parole écrite et imprimée ?

Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne (MSHB), salle 005
Informations d’inscription

  • 17h // Rencontre avec Marie de Quatrebarbes pour son livre Voguer. Rencontre préparée par Gaëlle Debeaux, Célia Frankel et les étudiant·es du master LGC.

« Comme la poésie est une danse parlée, de même la danse est une poésie muette (Simonide). Un corps parle lorsque l’autre se tait, l’un bouge lorsque l’autre reste immobile. Peut-être ne danse-t-on qu’à partir des fils qui nous retiennent et n’écrit-on que depuis les lambeaux d’une mémoire que l’on récite comme un perroquet » (Marie de Quatrebarbes, Voguer).

Voguer est une série de performances poétiques inspirées entre autres du film Paris is Burning de Jennie Livingston (1991) sur la vie des danseurs du « voguing », à la fin des années 1980. Jeunes, pauvres, homosexuels, noirs et latinos. Leur danse s’inspire des poses des mannequins des magazines féminins (notamment le magazine américain Vogue dans les années 1960, et les défilés de mode), qu’ils reprennent et prolongent à travers des enchaînements chorégraphiques codifiés.

Café des Champs Libres
Informations d’inscription

  • 20h // Soirée « À la ligne ». Feuillets d’usine de Joseph Ponthus, par Michel Cloup Duo et Pascal Bouaziz, précédé de la projection de Le Ballet mécanique de Lorraine Féline.

À la ligne est le premier et seul roman de Joseph Ponthus, disparu prématurément en février 2021. C’est l’histoire d’un ouvrier intérimaire qui embauche dans les conserveries de poissons et les abattoirs après un déménagement en Bretagne. Jour après jour, il inventorie avec une infinie précision les gestes du travail à la ligne, le bruit, la fatigue, les rêves. Par la magie d’une écriture tour à tour distanciée, coléreuse, drôle, fraternelle, la vie ouvrière devient une odyssée où Ulysse combat des carcasses de bœufs et des tonnes de bulots comme autant de cyclopes. L’adaptation scénique, à mi-chemin entre lecture et chanson, la musique orchestrant ce combat « humain contre homme-machine », sera naturellement Rock (au sens le plus large) ainsi qu’électronique.

(c) Guillaume Kerjean

En préambule, le court-métrage Le Ballet mécanique (2013, 22 minutes) sera projeté : il a été tourné à Londres au sein d’une usine fabriquant des pointes, chaussons pour les danseuses classiques. Lorraine Féline donne à voir la gestuelle à l’œuvre lors de ce temps de fabrication, les postures, les cadences, et le corps au travail, et en quoi ils font écho à celle de la danse, tandis que de la musique pop tourne en boucle à la radio.

Le Tambour. Gratuit pour les étudiant·es de l’université Rennes 2. Tarifs : 15€ / 5€ / 3€
Informations d’inscription

Vendredi 26 novembre

  • 13h-20h // Journée « Écritures de la danse », organisée par Maëlla Jacquinet et Juliette Thomas, en partenariat avec l’EUR CAPS.

Comment écrire la danse ? En mêlant étroitement recherche, création et arts, nous vous proposons de tenter de répondre à cette question à travers de multiples formes et rencontres. Le temps d’une journée nous ferons un état des lieux non-exhaustif des écritures de la danse, de la choréologie à la chorégraphie, en passant par l’architecture et la poésie.

13h // « Écrire danser » – un laboratoire d’écriture, avec les ateliers Mots Dits

Ce laboratoire d’écriture est pensé comme un temps de recherche-création collectif autour de la journée « Écritures la danse » et donnera lieu à des textes collectifs et individuels dont les genres seront à inventer ensemble. Peut-on générer du mouvement par le texte ? Comment positionner le corps dans la maïeutique et l’archive du geste ? Est-ce qu’un texte, ça danse ? Ce laboratoire questionnera nos imaginaires de la danse, tentera de les traduire en textes, inventera des manières de faire.

Atelier ouvert à tous·tes, danseur·euses ou non, écrivain·es ou non. Sur inscription.

17h // Restitution de l’atelier Environnement Chorégraphique au Bois Perrin, avec Léna Massiani et les étudiant·es de l’EUR CAPS

À partir d’une écriture performative, mêlant état de corps et état de présence dans l’architecture du Bois Perrin, les visiteurs sont invités à y déambuler pour y découvrir un nouvel environnement. Performance réalisée dans le cadre de l’atelier « Ambiances urbaines et chorégraphie in situ » que Léna Massiani mène auprès des étudiant·es  du module “A la rue !” (Rennes 2 /EUR CAPS).

17h30 // Ouverture au public de l’exposition « Mouvements, écritures, formes ». Exposition préparée et réalisée par Juliette Thomas et Maëlla Jacquinet, épaulées par les étudiant·es du master LGC et avec le soutien de Lou Forster, Eliane Mirzabekiantz, Gilles Amalvi, Katrin Wolf et Fabien Monrose.

Venez découvrir une collection d’œuvres et de documents qui font trace des écritures de la danse et de la notation du mouvement, entre partitions de danse et textes de création. Profitez également de la restitution de l’atelier « Écrire danser » avec les participant·es.

18h30 // Table-ronde « Écritures de la danse », organisée par Maëlla Jacquinet et Juliette Thomas, et des étudiant·es du master LGC. En présence de Gilles Amalvi, Lou Forster, Fabien Monrose et Katrin Wolf (sous réserves).

Cette rencontre interroge ce qu’écrire la danse peut vouloir dire, en compagnie d’un poète dramaturge, d’un historien de l’art spécialiste de danse et curateur, d’un choréologue du centre Benesh (association pour la diffusion de la notation du mouvement) et d’une circassienne et notatrice de mouvement.

Au Bois Perrin (EUR CAPS)
Informations d’inscription

  • 20h // Projection du film documentaire Le Passeur des lieux, réalisé par Gilles Delmas et Damien Jalet.

Le Passeur des lieux est un documentaire sur la place du rituel, de la transe, de la performance et du spectacle dans le monde, avec les créations de Damien Jalet, chorégraphe/performeur.

À travers le chemin de l’existence d’un homme-cerf interprété par Damien Jalet, nous construisons des parallèles entre le temps et les lieux reliés dans un espace filmique : à Bali, au Japon, en Ecosse, à Bruxelles, au Louvre, à l’opéra de Paris, à Créteil… Ce film est une divinisation de la vie et de la nature qui s’exprime dans un foisonnement de rites, de transes, et de sculptures. Où l’homme exploite la nature jusqu’à Fukushima.

Au Ciné-TNB. Tarifs habituels de la salle.
Informations d’inscription

Samedi 27 novembre

  • 18h-20h // Soirée de clôture, organisée par Noémie Agogué, Philippine Cochereau et Noa de Rycke.

Venez célébrer la fin du festival Transversales, 11e édition, avec l’équipe de l’association FTR2 ! Des surprises dansantes vous attendent.

Lieu mystère. Sur invitation.
Pour solliciter une invitation, écrire à festivaltransversales[@]gmail[.]com


Contacts

Programmation

Gaëlle Debeaux (enseignante-chercheuse au département des Lettres)
Marianne Di Benedetto (doctorante au département des Lettres)
Association Festival Transversales Rennes2 (FTR2) : festivaltransversales@gmail.com

Coordination

Mélanie Collot
Gaëlle Debeaux
Marianne Di Benedetto

Tous nos remerciements vont à l’ensemble des invité·es du festival, aux partenaires, bénévoles et membres de l’association FTR2 qui nous ont permis de mettre en place cette 11e édition, aux collègues des départements d’Arts plastique et de Cinéma, au laboratoire CELLAM, à l’association Adhoc des jeunes chercheur·ses du CELLAM, à l’EUR CAPS, à la Médiathèque et aux bibliothèques de l’université, aux personnels des différents services de l’université et en particulier au Service Culturel de l’université Rennes 2, à la direction de l’UFR ALC et au FSDIE. Nous remercions également très chaleureusement tous nos partenaires externes pour leur investissement à nos côtés et leur soutien renouvelé.

Partenaires

Les Champs Libres, le Ciné-TNB, le Triangle, la Maison de la Poésie de Rennes, le Café des Champs Libres, le Prix du Roman des Étudiants France Culture Télérama, la Maison des Écrivains et de la Littérature, le Centre National des Arts du Cirque, le CRÉA, Ciné Tambour, les bibliothèques de l’université.

Ce festival est organisé par l’association Festival Transversales Rennes 2, avec l’aide de l’UFR Arts, Lettres, Communication (université Rennes 2), du CELLAM (Centre d’étude des Langues et Littératures Anciennes et Modernes), de l’association Adhoc des jeunes chercheurs du CELLAM, et avec le soutien de l’EUR CAPS, du service culturel de l’université Rennes 2, du FSDIE et de la DRAC-Bretagne (ministère de la culture et de la communication).

L’EUR CAPS en quelques mots

La nouvelle École Universitaire de recherche pour les Approches créatives de l’espace public – EUR CAPS : Creative Approaches to Public Space – est conçue comme un incubateur pour la recherche en actes. Lieu d’expérimentation qui associe l’université́ Rennes 2, l’École Européenne Supérieure d’Art de Bretagne (EESAB) et l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne (ENSAB), l’EUR CAPS croise l’imagination créative, la pensée critique, la collaboration interdisciplinaire et l’action concertée.

En s’appuyant sur des partenariats internationaux et locaux, l’EUR CAPS ambitionne de produire des synergies nouvelles entre les publics internes et externes à l’université́ et se donne pour vocation de jouer un rôle actif dans l’espace public.

L’EUR CAPS bénéficie d’une aide de l’État gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du programme d’Investissements d’Avenir portant la référence ANR-18-EURE-0007.

L’association FTR2

Vous êtes étudiant·e et vous souhaitez vous impliquer dans l’organisation de la prochaine édition du festival Transversales, ou bien vous êtes simplement curieux·se et souhaitez être informé·e de la suite de nos aventures ? N’hésitez pas à adhérer à l’association Festival Transversales Rennes2 (FTR2). Toutes les informations utiles par ici.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search