Xamûma fane lay dëm – Je ne sais pas où je vais

Article rédigé par Hayat Belaribi, étudiante en M1 LGC

Dans le cadre du festival Concordan(s)e, le service culturel de l’université Paris XIII a accueilli en 2019 Jean-François Munnier, initiateur et directeur du projet mené depuis treize ans, qui allie la danse au texte par la rencontre de deux artistes.

Les étudiant.es ont pu assister à une des représentations du festival, l’une des créations qui naît par la rencontre de deux artistes venus d’horizons différents. Il s’agit de l’écrivain et comédien Denis Lachaud, auteur de Ah ! ça ira (2015 éd. Actes sud) et du chorégraphe et directeur d’une troupe de danseurs Amala Dianor. Ils nous présentent dès lors leur œuvre intitulée Xamûma fane lay dëm, Je ne sais pas où je vais.

A gauche Amala Dianor, à droite Denis Lachaud ; crédit photo : Concordan(s)e

Deux inconnus en concordance

Les deux protagonistes de cette création ont pu mêler à la danse leurs histoires personnelles notamment l’enfance, dans un dialogue en canon où ils se répondent et se complètent. Le thème principal a été pour ces deux auteurs le langage. En effet, cette démarche met en exergue les caractéristiques similaires qu’entretiennent la danse et l’écriture, elles sont langage. Elles sont toutes deux expressions du corps, l’écrivain à sa table, le danseur dans sa salle qui se rencontrent et créent ensemble un nouveau langage.

« Je parle, j’observe, j’écoute, je grandis, je ne sais pas où je vais »

Les pas sont réalisés dans un silence quasi-total puis ponctués par leurs souffles, des répliques en français et en wolof, un texte et une musique du sud-Afrique dans cette petite salle où le public est installé aux quatre coins de la scène. Une première pour ces deux danseurs, une disposition tri-frontale où ils sont en quelque sorte cernés, lovés et entourés de leur public. Un moment d’intimité et de légèreté comme en témoigne leur scénographie des plus épurées. Leur présence, mouvements et figures se substituent à la scénographie. Ils sont ainsi le décor et l’âme de cette création. Leur rencontre demeure l’élément essentiel à leur prestation. De plus, le caractère nomade de ce festival apporte une énième contrainte au projet. Les danseurs doivent s’adapter à chaque lieu. La chaufferie de l’université Paris XIII, à titre d’exemple, offre un espace réduit aux deux danseurs. Cependant, d’autres contraintes régissent leur création : ils mènent à bien cette entreprise dans un délai d’un mois pour un format de trente minutes. Leur chorégraphie est structurée et non-improvisée.

La rencontre de deux univers

Ces deux sujets mettent en relation la danse et l’écriture. Ainsi Denis Lachaud rédige le texte à partir du rythme des mouvements réalisés par le chorégraphe Amala Dianor. Ils décident ensemble de réunir la danse et l’écriture sous l’égide de leurs parcours de vie dans un texte émis en canon mettant en parallèle deux trajectoires. Le corps précède l’écriture et est nourri par l’influence des arts martiaux, du hip-hop et de la danse contemporaine. Le rythme est le maître mot de leur œuvre, ils s’attachent aux mouvements et à l’énergie qu’ils produisent pour leur texte. La danse est ainsi support de langage et le texte la complète.

Hayat Belaribi


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search