Ecrire le corps en mouvement

Retour d’expérience sur un atelier d’écriture improvisé

Lita Cabellut From the series A Chronicle of the Infinite 2018

Le festival Transversales est organisé, chaque année, par une équipe composée d’étudiantes et d’étudiants ainsi que d’enseignantes ou enseignants ; un séminaire de niveau master 1, au sein du master Littérature Générale et Comparée de l’université Rennes 2, vise spécifiquement à présenter la thématique retenue et ses enjeux, et à en permettre l’appropriation par différents biais. Cette année, nous avons décidé de réaliser un atelier d’écriture spontané, dont voici le résultat.

La consigne était la suivante : écriture libre, format court, à partir du visionnage de deux courtes vidéos. Nous vous les donnons à voir ci-dessous.

Entrée du personnel

Avec l’accord des participantes et participants (étudiantes et étudiants comme enseignantes), nous reproduisons les textes réalisés ci-dessous. Certains sont inspirés de la première vidéo, d’autres de la second – et parfois des deux. Libre à vous de restituer les associations, d’être sensibles aux échos !


Le corps interface avec le monde. Du travail ou de l’art. Se confronter à soi, à l’autre, à l’objet, à la toile, à la machine. Prendre conscience de l’espace où l’on agit : de quels cercles un bras, une jambe tracent-ils le rayon ? Où m’on pense maîtriser son geste, quelle déprise parfois ! Le corps à l’ouvrage, le corps en scène ; le geste en ouvrage ; le corps à la scène. Calme et tension, concentration et folie, fierté et pudeur, maîtrise et débordement. Mouvement. [Un gran olé para el obrero] ¡ Olé ! Violence de la danse, douceur de la chaîne de production : la grâce en partage ; un ballet aux confins de l’humanité.

M.


Je suis la danse. Une danse : mécanique, fantomatique; C’est mon corps qui parle, moi je m’exécute. Je me détache, peu à peu, de mes mouvements. Mes actions deviennent similaires aux machines autour de moi. Je suis fatiguée, et j’ai froid. Mais je reste là. Ma présence physique remplace mes absences psychiques. Je ne pense même plus. Ces journées, chaque matin je les redoute mais chaque soir je m’en console. C’est fini. Je repense à ma première journée là-bas. Je m’étais promis de ne jamais y retourner. Et pourtant j’y suis, et pourtant j’y reste. Mais quand on n’a connu que ça ? Que le bruit des machines qui cognent, en rythme. Que le froid, pénétrant mes doigts, mes orteils et puis tout mon corps. Et surtout, ces tapis bleus qui tournent et qui tournent encore. Ces éléments deviennent rassurants, car je les connais bien maintenant. Et puis, je me dis qu’on a besoin de moi ici. Même si je ne suis qu’un pion. Un pion qu’on remplacerait aussi facilement que le boulon d’une machine.


Flamenco et sa plume de pan

Ecssstatic et larme

magnifique and charm

dialogue de voix, dialogue de corps

en symbiose parfois j’ose

me mouvoir à en luire dans le noir

everything is hot, everything is hard

going fast, going slow

alienation is key to follow

I only wanted to be a bard

my hands shake, life made me quake

wake up, eat, work, sleep, repeat,

now I’m only meat

somebody Is looking with my eyes

my livingbox moves but my spirit is quitting

I only wanted to be leaving

Julie Maligorne


Ils ne se plaisent pas ici. C’est mort. Le bruit des voitures insolentes. La course sinistre des nuages.  C’est pas eux qui ont décidé de venir ici. Sûrement une école de cinéma parisienne en manque d’exotisme populaire. Ce qu’ils veulent, les dominants, c’est restituer une violence, celle de la mécanique des corps. Et jubiler de ce spectacle grossier. Des corps vieillissants, abîmés, répétant avec implacabilité les gestes quotidiens. Ils se complaisent à regarder les ouvriers du troupeau agiter bêtement leurs bras. Tout est pitoyable. Autour de cette mise en scène, la vraie question qu’il faut se poser, c’est l’histoire du corps. De plusieurs corps. Ceux de ces hommes. L’histoire de leurs noms qui se sont succédés pour se détruire. A tout cela, il faudrait répondre à cette perpétuelle hypocrisie, inséparable de la grandeur. Mais je n’en ai pas le force. Au fond, je ne veux même pas accuser cette performance. Détourner mon regard, c’est ma seule négation.


Sursaut du corps et de l’effort,

J’ai mal et je suis fatiguée. Ca dure depuis des heures, avec seulement

je retombe dans la torpeur. Un quart d’instant seulement.

quelques périodes de répit. La fatigue grandit à la manière d’une succion de l’énergie, de la force. Mes membres lourds et mon âme

Puis elle ressurgit.

malmenée, je pleure. J’abandonne. Je suis vaincue.

Mais tout s’enchaîne.

La douleur brise la léthargie et presse la

Mon amie, ma compagne depuis tant d’années. Elle m’a parfois manquée pourtant.

chair de réflexes rebelles, tels des spasmes violents.

Elle suce mes os, mon sang et ma tête. Je me vide.

Apnée

Mes mains veulent déchirer.

Je suis la victime, je suis passive. Mon corps décide. J’ai mal.

Elles veulent dépecer, briser, vider.

Arrêter.

Bouger pour supporter.

Elle est belle, la douleur. Mon corps en est l’acteur, le danseur.

C’est un étau, des aiguilles, un marteau, un burin, des tazers.

C’est une boucherie dansante.

Niva


Le mouvement entraîne le changement. Une image fixe, représentation immuable de la femme telle qu’une société étrangère au changement la force à paraître… Voilà bien une image que seul le progrès peut déconstruire, que seul le mouvement peut changer. Ainsi cette image finit piétinée, abîmée, détruite par une autre femme qui, au rythme du tambour du progrès, vient imposer sa propre image : celle d’une femme libre, sourde aux injonctions de la vieille société qui n’est désormais plus en mesure de la forcer à retourner dans le cadre de la conformité.

Les paroles ne suffisent pas à refléter toute l’identité d’un individu. Mais sans parole, l’on en vient à dissimuler si ce n’est à perdre sa personnalité. Ainsi, de nombreux travailleurs, hommes et femmes, furent prisonniers de leurs mouvements, à défaut de pouvoir parler librement. On assiste ici à un retour dans le passé. Un passé dans lequel la parole n’a plus sa place, dans lequel seul le mouvement permet d’exister.


Ma tête, mon corps

Où est mon corps quand je travaille ? Je fronce un peu les sourcils pour lire ce texte décidément minuscule à l’écran : douleur, c’est mon corps sur mon front. Cela fait près d’une heure que je n’ai pas décroisé les jambes, immobiles et tordues : douleur, c’est mon corps dans mes genoux.

Où est mon corps

Quand je travaille

Avec ma tête ?

Ma tête : elle est mon corps, et elle n’est pas mon corps.

Mes mains : elles font le sale boulot. Tenir le stylo, et avancer, de gauche à droite ; le trajet est secoué par la formation des lettres. Clavioter frénétiquement (j’ai 5 minutes : ça fait 3 mails). Le tic-tic du stylo bille, le tactactac des touches, des ongles sur les touches.

Mes mains : en fait, un solo de ma main droite. La gauche est spectatrice.

Où est le reste de mon corps quand je travaille ?

G.


Mon geste fissure ta peinture

Mes talons dansent ton fiasco

Ma danse, ma déchirure.

Ta représentation, sans mots.

Et par le geste, j’ai volé ton égo.

Un corps

Et une machine

Le geste

c’est l’argent

Nos corps

Sans machine

Les contours

sont aliénants


Messieurs – Zone industrielle

Une fois qu’on a pris le geste, on est comme des machines

Comme en témoigne la bande herbeuse, qui semble délicieusement désuète entourée de tout cet asphalte, cela devait être un chouette endroit pour un pique-nique il y a quelques décennies.

Aujourd’hui, c’est une zone industrielle. C’est là que deviennent doublement intéressants les gestes effectués par ces messieurs. S’agit-il des gestes qu’ils effectuent au travail ? Peut-être passent-ils trente-cinq heures de leurs semaines à visser des tubes de dentifrice, à torsader des croissants, ou même à trier des poussins.

Comme quoi, si on part sur ce postulat, il suffit de sortir les choses de leur contexte (en l’occurrence un vaste bâtiment de tôle à l’haleine de charbon) pour qu’elles en deviennent belles.

En tout cas, c’est sûr que travailler est moins dur en chantant, je n’ai encore jamais essayé en dansant.

Dames & enfants – Plage

La plage a l’air bretonne et ce doit être octobre à en juger par l’accoutrement. Je ne sais pas qui sont ces dames, ni ces enfants. Les dames ont l’air légèrement fatiguées, peut-être que “désabusées” serait le mot exact.

A la deuxième lecture, j’ai pu entendre ce que disaient ces dames. Comme les messieurs qui arrivent après, elles travaillent en usine.

Les horaires qu’elles mentionnent correspondent à ceux du milieu.

Je pense, au vu du paysage, qu’elles doivent travailler dans une usine de conserverie “artisanale”, avec charlotte, gants de latex, tapis roulant d’acier, murs rutilants et tutti quanti.

Je sais que dans ce genre de métier, le temps est important. Pas au sens de la gestion du temps pour le contre-maître. Faire ne serait-ce que cinq minutes d’heures supplémentaires est un supplice, c’est ce qui nous différencie des machines.

Danseuse de flamenco

Je crois que c’est Pascal qui parlait d’insulter sa raison pour plus de vérité.

J’ai l’impression que cette dame, cette danseuse, en insultant sa grâce, a atteint une grâce supérieure.

Gabriel


Le silence se brise, l’air se fige.

Un premier coup de talon martèle le sol alors que les regards se croisent.

Le léger souffle glissant par la porte entrouverte du dojo caresse les perles humides des deux corps en tension.

Le silence se brise, l’air devient tempête.

Tout n’est que souplesse, puissance et précision. Tout n’est qu’instant.

Les respirations se font plus lourdes. Les rougeurs se font écho aux impacts, sans entraver une seule seconde le mouvement continu des membres. Ni le sourire rayonnant des opposant.

Les coups se calquent sur le rythme du vent, s’envolent pour mieux s’épanouir dans leur chorégraphie si naturelle et calculée.

Les cristaux liquides symbole des efforts de chacun se mêlent à la brise, dansant, chantant, devenant ouragan.

Une jambe tendue frôle un visage, un corps s’étire, s’arque, souffre. Un tranchant s’abat, pour ne trouver que la brise, qui toujours suit patiemment sa course, perdue au coeur d’une frénétique et éternelle pluie de coups.

Une pluie ?

Non.

Tout n’est que mouvements. Tout n’est que mouvement.

Un long mouvement, d’une seconde ou d’une heure, où chaque variation engendre la suivante, pour un ballet aux allures d’infini.

Les corps vivent et respirent, s’accommodent, souffrent et s’épanouissent, jamais ne s’arrêtent.

Etait-ce une minute, ou bien une journée entière ?

Glissant parmi les éléments, de l’air caressant les peaux aux feux brûlants dans les coeurs, tout n’est que vie et souplesse.

Un cri.

Le silence revient, l’air reprend sa course, calme et posé, plus violent dans sa torpeur qu’au coeur du plus grand des cataclysmes.

Ereiy


Vague danseuse

Partout autour de toi, la foule, marée informe d’yeux rivés sur elle.

Elle est encore loin, toi aussi tu la fixes. Tu distingues ses mouvements secs, presque violents, messagers de la tempête. Les murs se gonflent et se dégonflent comme une voile de bateau au rythme de ses poumons. A l’horizon, elle prend son élan, se jette, s’arrondit, tourbillonne, tout son corps se prolonge jusqu’à ce que ses doigts fendent l’air avec précision. Elle semble toucher les nuages, déjà si bas, pour leur ordonner d’abattre la pluie sur toi. Pendant une seconde vide à la moiteur étouffante, elle paraît flotter en l’air, composée d’une multitude de gouttes d’eau en apesanteur. Tu retiens ton souffle. Tu sais qu’elle est dangereuse, pourtant tu brûles d’envie d’y plonger – de t’y noyer.

Elle est tellement puissante, et pourtant tu sais qu’elle va se briser. Tu t’imagines courir au bord de la proue et lui hurler à travers les vents de continuer à prendre de l’ampleur et de grandir et de ne jamais s’arrêter. Mais la marée te bloque et tu es cramponnée au pont, happée par la force qu’elle dégage, fascinée par cette danse que plus rien ne peut retenir.

Et soudain elle s’écrase. Tout son corps se courbe et toute l’énergie déployée vient se fracasser sur le sol. C’est un bruit sourd composé de claquements de mains, de doigts et de talons, c’est un bruit qui comble l’espace et qui fait bourdonner les oreilles. Aux alentours tout est trempé, mélange de sueur et de sel, laissant l’équipage entier abasourdi et désorienté. Tu sens le mal de mer refaire surface en plus des reflets du soleil sur l’eau qui te brûlent pendant que tu la cherches du regard. La marée d’yeux se détourne : tu sais que c’est fini.

Là-bas, au loin, elle reprend le large, faisant tournoyer autour d’elle sa robe d’écume.

                                                                                                                                  Noémie Agogué


On est comme des machines.

Le bal des ouvriers, cygnes aux ailes lourdes, engluées dans une marée noire d’un nouveau genre. Un autre art, rigide, ordonné, mais gracieux dans ses imperfections ; un art qui apparaît quand l’automate devient vivant et se laisse entraîner par le lent rythme du souci, quand les mouvements s’harmonisent et que l’objet devient superflu. La musique elle-même est inutile quand on connaît la chanson. Mais la machine est enrayée de vie et elle s’emballe, elle s’élance et traverse les mondes. Elle respire ; elle s’étend ; elle s’oublie. Et le bras s’allonge un peu plus, le dos se cambre et les talons se soulèvent. L’automate n’existe plus : les corps ont doucement repris le dessus.

Célia


Un doigt

Un doigt qui court, qui fuit. Il se tord, il se sert et repart. Des doigts qui se frôlent, qui respirent, qui s’expriment, se retirent. Puis une main, douce. Douce et forte. Elle frotte, caresse, transperce, fend l’air comme une épée. Main guerrière mais pas esseulée. Une autre la rejoint. Elles se rencontrent, se reconnaissent. Et conjointement s’étirent, s’étirent vers le ciel, vers le sol. D’un mouvement léger mais puissant, tombent, ralentissent, s’élèvent en rythme. Accélèrent. Elles volent, deux avions de chair, dans le temps. Claquement de doigts. Elles se brisent sur une côte, une hanche, une cuisse. Résonance. Mais elles redécollent toujours et encore. Elles tournent, elles chutent, se font oiseaux de papier luisant. Et soudainement se prolongent… Un coude, une épaule, une nuque, un cou, des cheveux noirs et épais, un regard, un souffle. En élan. Un mouvement qui bondit, qui se fige, agonise et renaît. Il s’aventure. Un mouvement de douleur, d’apaisement. Et ces doigts qui se crispent pour mieux relâcher. Expulser toute la puissance qu’un geste a à vous déclarer.

Emilie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search