Fabienne Guyon : « La comédie musicale, un espace de bonheur »

Article écrit par Philippine Cochereau, étudiante en M1 LGC

Une Chambre en ville, Peter Pan, La Petite boutique des horreurs, Les Misérables, l’adaptation scénique des Parapluies de Cherbourg… Au fil de sa carrière, elle a travaillé avec les plus grands : Jacques Demy, Michel Legrand, Robert Hossein, Alain Marcel… Discussion avec la comédienne et chanteuse Fabienne Guyon autour de la comédie musicale, des souvenirs de tournage à l’avenir du genre, en passant par l’importance des mots, des textes.

Les coulisses, sur scène ou sur un plateau

La fabrication d’un film musical est inévitablement complexe : les nombreux passages musicaux, la mise en scène, rendent forcément les tournages plus uniques. Fabienne Guyon en témoigne ; avec une équipe de tournage assez conséquente, où les rapports entre comédiens sont parfois limités : « C’est beaucoup de temps de préparation pour les plans, la lumière en intérieur ou en extérieur, parfois pour un plan de quelques secondes. C’est aussi malheureusement parfois la présence de comédiens que nous verrons peu si nous ne partageons pas les mêmes scènes ».

En 1982, dans Une chambre en ville de Jacques Demy, le film aborde les amours de plusieurs protagonistes au cœur de la ville de Nantes, en proie aux grèves syndicales de 1955. Dans le rôle de Violette Pelletier, aux côtés de Danielle Darrieux, Michel Piccoli et Jean-François Stévenin, Fabienne le confirme : « Lorsque nous avons tourné « Une chambre en ville », j’ai demandé à assister aux différentes scènes tournées par Michel Piccoli. Ce fut un bonheur de le voir jouer, mais ce sont les seuls contacts que j’ai eus avec lui ». D’ailleurs, le tournage était très réglementé : « C’est d’abord très méthodique : les musiciens ont enregistré les musiques à la suite de quoi nous avons enregistré les voix en studio, puis chacun a retravaillé sur les enregistrements, de façon à pouvoir chanter en synchronisant parfaitement l’audio et le visuel. Le tournage a eu lieu avec la diffusion des chansons en simultané : il faut se concentrer sur l’enregistrement tout en l’oubliant pour mieux servir l’interprétation ».

Fabienne Guyon dans le rôle de Violette (film Une Chambre en ville, Jacques Demy, 1982)

Pour ce qui est des coulisses d’une comédie musicale (sur scène), un sentiment de grande famille s’installe : « Les coulisses réunissent toute l’équipe : les artistes, les musiciens, les techniciens : nous répétons généralement dans un ordre chronologique, nous travaillons environ deux mois avant de nous retrouver pendant des semaines ou des mois devant le public ». Les répétitions justement, sont primordiales pour Fabienne : « Elles ont toujours été capitales, j’ai toujours pris énormément de plaisir à construire le spectacle avec la troupe. Pendant les répétitions des Misérables avec Robert Hossein, nous étions au théâtre de huit heures du matin jusqu’à minuit bien souvent. Il y avait beaucoup d’essayages de costumes, des chorégraphies ». Un vrai travail d’équipe, finalement : « On travaillait beaucoup, nous avons construit tous ensemble ce merveilleux spectacle ».

La comédie musicale ou la rencontre entre littérature et musique

Pour Fabienne Guyon, le lien entre les mots et la musique est très étroit, très fort : « La musique fait partie de ma vie depuis 40 ans, et il est vrai que les mots sans musique sont parfois pour moi incomplets ». La musique se mélange aux mots, et cela se fait aussi grâce à des collaborations qui fonctionnent, comme elle a pu l’observer dans son spectacle musical autour des textes de Boris Vian Et Vian, à nous 3 : « Vian savait s’entourer de très bons compositeurs, tout comme Michel Legrand savait s’entourer de paroliers talentueux. La rencontre entre un compositeur et un auteur est capitale. Demy-Legrand, Alan Menken-Howard Ashman… C’est un travail à deux ou en solo, mais trouver un équipier demande du temps, de l’écoute, de la confiance et de l’admiration mutuelle ». D’ailleurs, sur scène, quand Fabienne chante, c’est encore et toujours le texte qui importe : « Si je n’ai rien à raconter, si le texte n’est pas construit comme un petit scénario ou si je ne suis pas transportée par la musique, alors je passe à autre chose ».

L’importance du texte témoigne de l’effet fédérateur, vecteur d’émotions de la musique, que l’on retrouve aussi dans la comédie musicale : « Si je ne suis pas convaincue que je peux défendre une œuvre musicale alors je ne pourrai pas sincèrement transmettre une émotion, une pensée. Je n’hésite pas à travailler également de façon chorégraphique, à mettre en scène le concert. Je n’isole jamais le public, car lorsque nous répétons, c’est avant tout à lui que je pense, et ce qui pourra le toucher, l’émouvoir, l’amuser ».

Fabienne Guyon, dans le rôle de Peter Pan (spectacle Peter Pan, Alain Marcel, 1991)

La préparation d’un concert, comme celle d’une comédie musicale, est un long travail. Dans Peter Pan (où Fabienne joue Peter Pan), ou dans Les Misérables (où elle joue Cosette), l’appropriation de tels mythes littéraires est forcément minutieuse : « On s’enrichit des œuvres au préalable bien sûr. On essaie de se rapprocher au mieux de l’univers du personnage, afin de construire sa future interprétation. Tout ce qui peut aider à se l’approprier est essentiel. On fait aussi confiance à son metteur en scène, qui saura nous guider, nous donner les moyens de trouver le jeu juste ». C’est un travail de grande ampleur, mais plaisant : « Mais pour chaque personnage, c’est un travail que j’adore approcher. Trouver sa démarche, son ton, son énergie, son état d’esprit, ses valeurs ».

Fabienne Guyon dans le rôle de Cosette (spectacle Les Misérables, Robert Hossein, 1980)

Retour sur un genre qui a traversé les époques

La comédie musicale, sur scène ou au cinéma, n’est pas un genre nouveau. Son histoire est grande et a donné lieu à beaucoup d’analyses, interprétations. Le genre a évolué au fil des décennies mais suscite toujours beaucoup d’intérêt. « Pour moi, une comédie musicale est une certaine approche du théâtre, du chant et de la danse. C’est donc un art assez complet sur le plan de l’interprétation. C’est la possibilité de faire passer des émotions, un message, à la fois par la voix, le texte et le corps », comme le définit ainsi Fabienne. « La comédie musicale est un genre à part entière, qui ne supporte pas l’à peu près. Il faut vraiment savoir chanter, danser et jouer ».

Fédérateur et transmetteur d’émotions, conteur d’histoires, le genre a traversé les époques mais l’actrice et chanteuse est optimiste quant à l’avenir de la comédie musicale, notamment avec La La Land et la nouvelle génération : « J’adore La La Land, il y a une fraîcheur et un travail extraordinaires. Les jeunes artistes sont de plus en plus complets ». En effet, le succès de la comédie musicale semble toujours présent : « La nouvelle génération est très friande du genre. Lorsque je fais répéter des jeunes artistes, je constate avec bonheur comme ils ont envie de s’exprimer avec leur voix, leur corps. Je pense que le film musical et la scène musicale continueront de nous enchanter ». Car la comédie musicale, c’est d’abord un moyen de s’évader : « Je pense que tout est réuni pour y parvenir. Je le vois aussi avec mes élèves. C’est un espace de bonheur, de liberté, de respiration. La possibilité de s’exprimer est grande et bénéfique ».

La comédie musicale est un genre encore très présent. D’ailleurs, Netflix a mis en ligne sur sa plateforme l’année dernière plusieurs comédies musicales comme Les Parapluies de Cherbourg, Une Chambre en ville ou Les Demoiselles de Rochefort. Un moyen de remettre en avant une période du film musical devenue classique mais aussi de témoigner de l’influence de Jacques Demy ? « Son œuvre restera, je l’espère, encore longtemps « classique ». D’ailleurs, La La Land lui rend hommage par des petits clins d’œil. Je suis heureuse de croire qu’il ait pu influencer certains metteurs en scène ».

Cela témoigne aussi d’une époque où la comédie musicale était appréhendée différemment : « Grâce à ces diffusions, la nouvelle génération découvre l’œuvre de Jacques Demy dont les premiers films ont maintenant un demi-siècle. À l’époque, l’engouement n’était pas du tout le même, les conditions de diffusion non plus. Il fallait défendre son œuvre avec ardeur ».

Philippine Cochereau


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search