Le rap game, un jeu d’enfant ?

Article écrit par Noémie Agogué, étudiante en M1 LGC

« C’est quoi ta chanson préférée ? » qu’on soit petit.e ou grand.e, cette question est souvent abordée pour faire la connaissance de quelqu’un. Même dans les cours de récré. Les enfants consomment de la musique par la radio, à l’école, par la grande sœur, le grand frère, les parents. Faire de la musique ou chanter, c’est quelque chose d’assez instinctif pour eux, qui jouent souvent en fredonnant une quelconque mélodie.

Et puis en grandissant on affirme sa personnalité en découvrant le style de musique qui nous plaît vraiment, et on trouve une vraie réponse à la question de la chanson préférée. En 2019 l’Irma (Centre national de la musique) publie un sondage sur un échantillon de 8 599 collégien.nes et lycéen.nes qui révèle que le genre le plus écouté par ces derniers est le hip-hop : 75,2% en écoutent contre 46,2 pour la chanson pop et 28,4 pour l’électro. Le hip-hop[1] est donc majoritaire chez les jeunes pour différentes raisons que l’on ne peut pas résumer en quelques lignes.

Nous pouvons tout de même dire que le rap est un espace d’expression que ses protagonistes ne connaissent pas ailleurs. La voie libre à des voix fortes. Des voix qui incarnent une réalité qui est laissée de côté et qui offre une possibilité d’identification à une jeunesse sous-représentée, mettant la lumière sur cette dernière pour ne plus la laisser à l’écart. Les rappeurs et rappeuses jouent de leur expérience et de leurs vécus pour s’adresser à leurs « petits frères et petites sœurs » – plus ou moins consciemment – en contant leurs déboires et leurs histoires à ces oreilles attentives.

Justement, ces contes qui passent par la musique et le maniement des mots s’inscrivent dans le « rap game » : un jeu géant d’interprétations, de textes, de battles, d’instrumentales et de punchlines.     Attention, malgré tout, le rap n’est pas un jeu d’enfant !

En jouant avec les mots et les samples, les rappeurs et rappeuses parlent de leur enfance ou s’adressent à des enfants. Des enfants parfois sans repères, qui ont besoin de s’identifier à     quelqu’un comme un grand frère. C’est ce que fait le groupe IAM avec Petit frère en 1998 : ils s’adressent à un petit frère universel, un petit frère incarné par tous les enfants qui ont besoin d’entendre ce qu’ils disent, comme dans le refrain :

Petit frère a déserté les terrains de jeux
Il marche à peine et veut des bottes de sept lieues
Petit frère veut grandir trop vite
Mais il a oublié que rien ne sert de courir, petit frère.

On constate l’encadrement des mesures par une antépiphore qui ouvre et qui clôture le refrain. Par la répétition de « petit frère », qui insiste sur la jeunesse de ce dernier, Akhenaton montre bien que ce jeune est entouré d’influences néfastes, de la part des médias par exemple comme l’induisent les premières mesures « Devenir adulte avec les infos comme mentor », ou au troisième couplet « Mais en parler au journal tous les soirs ça devient banal / Ça s’imprime dans la rétine comme situation normale ». Par ailleurs le refrain reprend le motif enfantin du conte, avec la référence aux bottes de sept lieues de l’ogre du Petit Poucet. Petit frère comme Petit Poucet veut aller trop vite, et revêt l’emblème du monde adulte dans les contes de Perrault : les bottes, contre les pieds nus des enfants.

Les contes servent de rappel à l’enfance et IAM ne sont pas les seuls à replonger dans cet imaginaire merveilleux. Ces liens conte/rap sont par ailleurs très intéressants quand on songe que ce sont tous deux des modes d’expression purement orale. A l’origine les contes se transmettaient uniquement par la voix, et aujourd’hui encore avec la célèbre « histoire avant de dormir » : l’orateur ou l’oratrice s’efforce de mettre le ton, d’imiter les voix des enfants ou des ogres, de faire peur ou de faire rire quand les fées se trompent de sort. C’est un peu la même chose avec le rap : les mots sont mis en forme oralement (en étant passés par l’étape du texte écrit ou non) et musicalement, et donc interprétés d’une certaine manière. Et d’ailleurs, Oxmo Puccino, dont on parlera dans la suite de cet article, a consacré un album en collaboration avec le trompettiste Ibrahim Maalouf à mettre en musique le conte de Lewis Caroll, Alice au pays des Merveilles, intitulé Au pays d’Alice…

Dans le même esprit merveilleux, Diam’s reprend l’enfant turbulent du conte Peter Pan dans un refrain entêtant :

Moi j’veux pas être grande,
Nan nan, nan naaaan
Car faudrait tout comprendre
Nan nan, nan naaaan
Moi j’veux pas être grande,
Nan nan, nan naaaan
Car j’comprends rien pour l’instant !

Diam’s s’exprime comme une petite fille, avec l’ellipse rhétorique « car faudrait tout comprendre » et joue de la musicalité enfantine de ce refrain lancé comme une comptine moqueuse, combiné avec la voix d’un enfant qui crie « La la laaaaa ! Gamine ! ». L’instrumentale renforce cette  atmosphère avec une boucle de piano qui donne l’impression qu’un enfant s’est emparé du clavier et a appuyé sur toutes les touches en même temps.

La rappeuse joue de cet espace de liberté qu’offre la façon de parler d’un enfant, avec des punchlines simples et efficaces comme celles d’une cour de récré « Car le monde est moche comme le brushing de Marine », « Car l’Etat veut que je paye mes impôts et mes PV, j’les payerais bien en billes » et « Chez moi y’a plus de Haribo, Papa dit que c’est la faute à Sarko! ». Elle reprend des motifs enfantins comme l’insulte « moche », les billes et les Haribo et les associe à des réflexions politiques, ce qui crée un décalage efficace, presque antithétique.

Tout comme IAM, Diam’s multiplie les références à l’univers des contes, concentrées dans le deuxième couplet avec Barbie, les sept nains, Peau d’âne et le père Noël. La rappeuse joue de l’ironie, du quasi cynisme avec lesquels cette petite fille si innocente balance des punchlines dignes des meilleurs rap contenders[2](on vous l’avait dit, le rap n’est qu’un vaste jeu !), avec cette mesure du dernier couplet « et la Belle au bois dormant, qui n’dort plus qu’sous Lexomil », triste transposition moderne du sommeil de cent ans, uniquement atteignable par ce fort somnifère

Justement, l’enfance ce n’est pas toujours drôle, décalé, haut en couleurs comme le clip de Diam’s. Parfois c’est sombre et gris comme dans celui qui accompagne le morceau L’enfant seul d’Oxmo Puccino. Le rappeur joue avec les mots et les césures enjambantes pour signifier ce qu’on a du mal à dire tant c’est dur : un enfant seul, triste, qui « pense qu’en guise d’ami / son ombre suffit ».

Cet enfant là est partout, tout le monde et personne à la fois, Oxmo le scande « nous savons tous qu’on ne guérit jamais de son enfance ». Le rappeur montre qu’il comprend et qu’il est conscient que tout le monde ne le peut pas. Et que ça ne sert à rien de lui cacher parce qu’il le sait, comme il le montre dans le refrain :

T’es l’enfant seul (je sais que c’est toi)
Viens-tu des bas-fonds
Ou des quartiers neufs?
Bref, au fond tous la même souffrance.

Les parenthèses et l’adresse directe à l’auditeur.ice montre que tout le monde est concerné, quelque que soit même le niveau social. La souffrance ne se mesure pas avec l’argent. Les parenthèses accentuent le côté confidence seul à seul avec Oxmo : entourés par les parenthèses, isolés du reste du refrain et du monde, l’enfant et le rappeur se comprennent.

Oxmo Puccino est avant tout maître dans le jeu des mots, et on retrouve de nombreuses allitérations dont voici deux exemples parlants, l’une au deuxième couplet et l’autre au dernier.

Maîtrise lancinante, sentiments en ciment sinon
Dans six ans on me retrouve ciseaux dans le crâne
Dans le sang gisant

Grandir sans père c’est dur
Même si la mère persévère
Ça sert mais pas à trouver ses repères c’est sûr!
Perdre sa mère c’est pire! Demande à Pit [Baccardi] je t’assure

Dans le même registre, on trouve le véritable hymne à la liberté des enfants placés en foyer, le titre J’me barre de la rappeuse Keny Arkana. Elle aussi chantonne le refrain d’un air qui reste dans toutes les têtes, notamment les têtes des concerné.es. Elle raconte la réalité de celles et ceux qui grandissent avec l’Aide sociale à l’enfance et qui n’en peuvent plus, pour qui la fuite est une façon de grandir autrement, de faire vivre d’autre rêves. Le motif du songe revient d’ailleurs à plusieurs reprises, comme ici dans le deuxième couplet :

J’ai rien à craindre, bercée par le chant de la Lune
La chance dans les mains, libre enfant de la rue
Loin du monde des adultes, illogique et rigide.

Voici donc quelques extraits qui rappellent quelques bouts d’enfance qu’on avait peut-être oublié. De la madeleine de Proust aux Haribo de Diam’s, l’enfance ne cesse d’être explorée par celles et ceux qui jouent des mots. La musique est universelle, et avec Chanson, chansons, on a voulu s’interroger autour de ce qu’est la chanson. Arriver à une définition à peu près exhaustive. Mais c’est tellement universel que c’est difficile d’y mettre des barrières. On devrait sans doute poser la question aux enfants, qui sont toujours en train de fredonner un air entendu ici ou là. Peut-être qu’ils parviendraient à une définition claire, avec leurs mots simples ? Parce que comme le dirait Diam’s…

Pas envie de mentir on est mieux chez les mômes, ouais !

À force de vieillir on fini par être chiant !

Alors j’veux rajeunir : bienvenue chez Peter Pan !

Noémie Agogué


Sources :

[1]Le hip-hop est un mouvement culturel et artistique qui regroupe quatre modes d’expression : le rap, le deejaying, la danse et le graffiti. (définition Wikipédia).

[2]  Rap contenders : ligue française de battle de rap créée par Dony S et Stunner en 2010


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search