Les Chansons dans les films d’animations Disney

Article écrit par Agathe Lerognon, étudiante en M1 Littérature Générale et Comparée

Vidéo podcast réalisée par Agathe Lerognon

Retrouvez la version écrite de cette vidéo ci-dessous

Les films d’animation Disney ont eu une immense influence sur notre culture, que ce soit avec les personnages, les histoires, les ambiances féériques que ces derniers ont pu donner. Les films d’animation Disney sont également mémorables par des chansons. Des paroles parfois cultes, parfois un peu moins mémorables, mais elles ont bercé plusieurs générations, au point que mettre une chanson Disney lors d’une soirée incitera la majorité des convives à en chanter les paroles, comme le font les Gremlins dans le premier film, lorsqu’ils regardent Blanche-Neige au cinéma.

Cette reprise est certes chaotique, mais l’intention y est

Toutefois, ces chansons sont loin d’être anodines car elles possèdent un rôle. Ce rôle peut être très simple comme il peut être plus complexe.

Les chansons des personnages

On commence notre petite exploration au pays d’Aladdin, où nous n’allons pas parler de la chanson Prince Ali, malheureusement, mais d’une autre chanson, « One Jump Ahead » (ou « Je vole » en français)

Cette première chanson présente le protagoniste de l’histoire, Aladdin.

One jump ahead of the breadline

One swing ahead of the sword

I steal only what I can’t afford

La répétition de « One Ahead » démontre qu’Aladdin est rusé, beaucoup plus rusé que les ravisseurs qui tentent de le coincer encore et encore par la force, mais échouant constamment, comme les cartoons Tom et Jerry ou Bip-Bip et le Vil Coyote. Cette ruse lui permet de chaparder de la nourriture car il ne peut pas s’en procurer avec de l’argent. Par ailleurs on en apprend plus sur notre personnage quand il atterrit, littéralement, dans une maison avec des ravissantes courtisanes. Surtout quand il tombe nez à nez avec une femme beaucoup plus âgée, très certainement la gérante de l’endroit.

I’d blame parents except he hasn’t got ’em

Ce vers prononcé démontre les conditions de vie de notre héros, et surtout, son passé. On nous apprend qu’il est orphelin. L’intervention des gardes et des habitants d’Agrabah est intéressante dans cette chanson, voire nécessaire, car elle détermine la relation que notre jeune voleur entretient avec ces derniers.

Dans ce cas de figure, la chanson permet de présenter en quelques minutes le personnage principal, sa personnalité ainsi que sa relation avec des personnages secondaires ou tertiaires. L’usage de la chanson permet donc de faire avancer l’histoire en nous donnant un bref résumé du héros et pour permettre également au spectateur de mieux s’attacher à ce protagoniste. Il est à noter que ce cas de figure se retrouve aussi dans la chanson « Belle » dans La Belle et la Bête.

Les protagonistes ont des chansons dans lesquelles ils se décrivent en musique. Mais il existe également des chansons pour les antagonistes : pour ce cas de figure, nous partons à la Nouvelle-Orléans des années 20, dans le monde de La Princesse et la Grenouille, à la rencontre du Docteur Facilier, et de sa chanson « Friends on the Other Side »

C’est un exemple très intéressant car, habituellement, les chansons des antagonistes présentent en général leurs objectifs et la raison pour laquelle ils sont des ennemis. On peut notamment penser à la chanson « Be Prepared » de Scar dans Le Roi Lion. La chanson du Docteur Facilier n’échappe pas à la règle. Toutefois, elle est tournée de manière différente. La mise en scène qui se passe dans le cabinet du Docteur, où il fait tirer les cartes au Prince Naveen et à Lawrence, le servant du Prince, est très importante. Les paroles racontent plus les histoires des deux autres personnages que du Docteur en lui-même, même si on apprend que c’est un pratiquant du vaudou,  mais ces paroles cachent la fourberie de Facilier. Cela est prouvé quand il lit les futurs de Naveen et Lawrence et qu’avec cette lecture de cartes, il met son plan à exécution en trouvant à la fois un témoin et une victime.

It’s the green, it’s the green, it’s the green you need
And when I looked into your future, it’s the green that I see!

La couleur verte que Facilier voit dans le futur du Prince possède un double sens et, notamment, le devenir de Naveen durant le reste de ce film. En outre, quand il montre la carte du futur du Prince, on peut voir brièvement un nénuphar, rappelant l’étang, là où vivent les grenouilles. La mise en scène renforce le côté vicieux du Docteur : l’ombre qui bouge indépendamment du personnage ainsi que la brève transformation en serpent en est la preuve.

Chansons d’introduction

Dans les Disney, il y a des génériques, des chansons qui présentent très vite le film avant d’entrer au cœur de l’histoire. La majeure partie du temps ce sont des chansons extradiégétiques. C’est-à-dire que ce sont des chansons interprétées par des personnes tierces qui ne sont pas dans le cadre de l’action, comme un chœur ou un narrateur omniscient. C’est juste un fond musical comme par exemple la chanson « Two Worlds » qui introduit le film de Tarzan, et qui est interprétée par Phill Collins.

Mais il arrive que certaines chansons soient chantées par des personnages : pour cet exemple, nous allons partir en Grèce antique avec le Film Hercule, une adaptation  très édulcorée de la mythologie grecque et du héros avec « The Gospel Truth ».

La chanson fait office de prologue car elle instaure l’histoire qui s’est passée avant la naissance de notre Héros, la présence des Titans dans ce passage, et leur emprisonnement par Zeus, ce qui aboutira aux plans d’Hadès de prendre le contrôle de l’Olympe en utilisant ces créatures.

Cette chanson n’est pas chantée par n’importe qui. Elle est interprétée par les Muses, qui sont au nombre de cinq au lieu des neufs habituelles. Le fait que la narration soit réalisée par les Muses n’est pas anodin. La chanson était déjà présente dans les pièces de théâtre grec et qui possédaient des passages chantés avec la présence d’un chœur. De plus ces pièces racontaient les exploits des héros grecs. L’intervention de ces Déesses pour la narration de ce Disney est légitime car elles sont les plus aptes à narrer l’histoire d’Hercule (qui s’appelle en réalité Heraclès en grec), comme si le film n’était qu’une gigantesque pièce de théâtre.

Les cinq Muses du film représentent un aspect du théâtre. Thalie, la muse de la Comédie, Mélpomène, Muse de la Tragédie (les deux grands « genres » du théâtre antique), Calliope, Muse de la poésie épique et des héros (d’où son rôle de meneuse du groupe) Clio, Muse de l’Histoire, « celle qui dit la gloire » (celle d’Hercule) et enfin Terpsichore, la Muse de la Danse, car le théâtre était également dansé, notamment à partir du Ve siècle avant notre ère. Toutefois, nous pouvons noter l’absence des quatre autres Muses, à savoir Erato, muse de la poésie lyrique et érotique, Euterpe, muse de la musique, Polymnie, muse de l’éloquence et Uranie, muse de l’astronomie. Leur absence est certainement due au fait que l’art qu’elles défendent chacune ne correspond probablement pas à l’histoire qui sera racontée dans le film.

Le style et le titre de la chanson ne sont pas anodins non plus. Nous avons affaire ici à du Gospel, dont nous retrouvons parfois le terme dans la chanson.

And that’s the Gospel truth

Le Gospel est un genre très spécifique de musique religieuse, surtout chrétienne, qui est apparu aux Etats-Unis au XVIIIe siècle mais qui a connu son essor de popularité au XXe siècle. C’est un genre musical qui provient de la culture afro-américaine et qui se rapproche beaucoup du jazz et surtout du blues. De plus, la religion de la Grèce antique était une religion polythéiste avec plusieurs dieux pour un domaine en particulier. Les pièces de théâtre grecques étaient par ailleurs jouées en l’honneur de Dionysos, dieu du vin, des fêtes et des arts. En ce sens nous pouvons constater que ce dessin-animé utilise une forme de syncrétisme, c’est-à-dire qu’avec cette chanson, il fait une référence à quelque chose d’inconnu, le théâtre antique, ses chœurs et le rôle qu’ils apportent, avec un autre qui est beaucoup plus connue, le gospel, en particulier pour le public américain.

On pourrait prolonger la réflexion du côté des chansons d’introduction en allant voir « The Bells of Notre-Dame » provenant du film Le Bossu de Notre-Dame.

Chansons extradiégétiques

Les trois chansons que je vous ai proposées pour cet article sont des chansons diégétiques, c’est-à-dire qu’elles se trouvent au cœur de l’action. Les personnages chantent ou essayent de reproduire une musique entraînante (comme « Everybody wants to be a Cat » dans Les Aristochats). Mais les chansons extradiégétiques existent.

Comme on a pu le voir avec la chanson « Two Worlds » dans Tarzan, certaines chansons dans les films d’animations Disney sont des chansons extradiégétiques, des chansons qui sont en dehors de l’action et qui sont interprétées par des chœurs ou une simple personne et qui ne sont là que pour donner une ambiance à une scène spécifique ou montrer une évolution des personnages dans un très court laps de temps. Un bon exemple peut être « Strangers Like me » dans Tarzan où, durant cette scène, nous voyons Tarzan qui apprend à connaître la civilisation des hommes, faisant évoluer sa relation entre lui et les trois humains qui sont venus en Afrique, c’est-à-dire Jane, son père et Clayton. En quelques minutes nous voyons cette évolution qui normalement aurait du se réaliser pendant plusieurs jours, voire semaines : la chanson nous aide à mieux comprendre cette évolution qui sera nécessaire pour l’histoire.

Un autre exemple, un peu différent, de chanson extradiégétique est la chanson « Little April Shower » dans Bambi.

Cet exemple est différent dans le sens où il ne montre pas l’évolution d’un personnage, mais donne plutôt une atmosphère musicale à une scène qui serait presque banale, lui conférant un brin de poésie.

Dans cette jolie chanson de la pluie la prouesse vient surtout de l’instrumental qui imite à sa manière le bruit des gouttes de pluies qui tombent ainsi que les cymballes qui résonent pour imiter le tonnerre qui gronde durant cette averse. Le rythme des paroles est très rapide, comme les gouttes de pluie qui tombent précipitamment, donnant à cette scène une touche de poésie.

On termine avec une dernière chanson, provenant du film Disney Bedknobs and Broomsticks, ou L’Apprentie sorcière en français, un film dans le même style que Mary Poppins avec cette scène qui se passe à Portobello Road, où nous avons à la fois la musique, la danse et le chant qui sont là pour égayer la scène, l’avancée dans l’histoire, avec Mrs Price (incarnée par Angela Lansbury) qui recherche la deuxième partie de son livre et le développement de personnages avec le Professeur Browne qui montre un certain attachement aux trois enfants qui les accompagnent.

Si vous êtes attentifs, vous aurez reconnu David Tomlinson, incarnant le rôle du Professeur Browne, qui a également joué dans Mary Poppins dans le rôle de George Banks, le père des deux enfants

En conclusion les chansons dans les films Disney, surtout les films d’animation, possèdent un rôle, parfois anecdotique, parfois plus important. Et vous, quelle est votre chanson Disney préférée ?

Agathe Lerognon


Sources et bibliographie (article et vidéo)

Images et vidéos

  • John Musker et Ron Clements, Aladdin,  Burbank, Walt Disney Pictures, 1992, 87 minutes
  • John Musker et Ron Clements, The Princess and the Frog, Burbank, Walt Disney Pictures, 2009, 97 minutes
  • John Musker et Ron Clements, Hercules, Burbank, Walt Disney Pictures, 1997, 89 minutes
  • David D.Hand, Bambi, Burbank, Walt Disney Pictures, 1942, 68 minutes
  • Kevin Lima et Chris Buck, Tarzan, Burbank, Walt Disney Pictures, 1999, 88 minutes
  • Roger Allers et Rob Minkoff, The Lion King, Burbank, Walt Disney Pictures, 1994, 89 minutes
  • Wolfgang Reitherman, The Aristocats, Burbank, Walt Disney Pictures, 1970, 78 minutes
  • Robert Stevenson, Bedknobs and Broomsticks, Burbank, Walt Disney Pictures, 1971, 113 minutes
  • Gary Trousdale et Kirk Wise, The Beauty and the Beast, Burbank, Walt Disney Pictures, 1991, 84 minutes
  • Gary Trousdale et Kirk Wise, The Hunchback of Notre-Dame, Burbank, Walt Disney Pictures, 1996, 87 minutes
  • Mike Gabriel et Eric Goldberg, Pocahontas, Burbank, Walt Disney Pictures, 1995, 81 minutes
  • Joe Dante, Gremlins, Burbank et Los-Angeles, Warner Bros. et Amblin Entertainement, 1984, 106 minutes

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search