Quand la chanson se fait lovecraftienne

Article écrit par Laurianne Perrin, étudiante en M1 Littérature Générale et Comparée

© Danilo Neira

Howard Phillips Lovecraft n’a pas connu un réel succès de son vivant et c’est par l’initiative de ses amis, qui constituent son cercle épistolaire, qu’il finit par avoir une reconnaissance posthume. Aujourd’hui il est même considéré comme un maître de la science-fiction horrifique ; et de grands auteurs, artistes et réalisateurs comme Stephen King, Hans Ruedi Giger ou Guillermo del Toro déclarent s’inspirer de celui-ci dans leurs créations.

La pop culture s’est également emparée d’une des créatures mythiques inventées par ce dernier : le monstrueux Cthulhu. Aujourd’hui de nombreux produits dérivés sont inspirés par la littérature lovecraftienne : jeux de société (Horreur à Arkham, Le Signe des Anciens, Pandemic Cthulhu…), jeux de rôle (L’Appel de Cthulhu, Cathulhu…), jeux vidéo (The Call of Cthulhu, Stygian Reign of the Old Ones, Sinking City, Darkest Dungeon…), films (L’Antre de la folie, The Lighthouse, Underwater…), séries (Lovecraft Country, une adaptation du livre éponyme de Matt Ruff), livres (Celle qui n’avait pas peur de Cthulhu, Le Songe d’une nuit d’octobre, Le Voyageur Onirique…), manga (les nouvelles de H.P. Lovecraft adaptées par Gou Tanabe), bande-dessinées (Une Année sans Cthulhu, Neonomicon, Providence…) jouets, décorations (figurines Funko Pop…), vêtements, et la chanson ne fait pas exception, mais nous y reviendrons.

Howard Phillips Lovecraft

H.P. Lovecraft en 1934 (source Wikipédia, « Howard Phillips Lovecraft »)

Commençons par une petite présentation de Howard Phillips Lovecraft (1890-1937). Auteur de science-fiction prolifique, il est particulièrement connu pour les nombreuses nouvelles qu’il a écrites ainsi qu’un court roman et quelques poèmes. Par ailleurs, il a entretenu de nombreuses et riches correspondances tout au long de sa vie (estimée à près de 100 000 lettres) avec des auteurs (comme Robert Bloch l’auteur de Psycho (1959) ou Robert E. Howard le créateur du personnage Conan le Barbare).

Au cours de sa vie il n’a pas acquis de reconnaissance éditoriale pour son travail et son œuvre a été diffusée par l’intermédiaire des pulps[1] de l’époque tel que Weird Tales. Néanmoins, un petit cercle d’auteurs s’est formé autour de sa personne, The Lovecraftian Circle. C’est ce cercle d’auteurs qui contribuera au succès posthume de H.P. Lovecraft, notamment en créant une cosmogonie à partir de l’œuvre de ce dernier, que August Derleth nommera Le Mythe de Cthulhu.

Les thèmes abordés par Lovecraft dans ses récits sont de l’ordre de la science-fiction horrifique. Il fait référence à des sortes de divinités venues d’autres planètes et dont la vision ferait perdre la raison. Le langage humain serait bien trop limité pour pouvoir expliquer et décrire ces êtres impensables. Le pouvoir des mots et leur interprétation est une notion importante chez H.P. Lovecraft, si ceux-ci sont mal employés ils peuvent faire sombrer l’esprit le plus sain dans une démence sans pareille.

La chanson elle-même est un moyen de communication très fort, elle peut déclencher des sentiments divers (de la joie, de la tristesse…), elle peut être associée à des souvenirs bons comme mauvais, et elle peut même être fédératrice (à l’image du Gospel, des karaokés ou des comédies musicales).

Le lexique de H.P. Lovecraft est très riche et son écriture provoque de nombreuses émotions (dégoût, angoisse, étonnement…) c’est pourquoi les chanteurs ont su tirer du « maître de Providence » une source d’inspiration considérable pour leurs créations.

C’est donc à travers les chants gutturaux du métal et les textes hallucinés du rap que j’espère avec cet article vous faire découvrir un de mes auteurs favoris par le prisme de la musique.

Lovecraft et la musique

The Music of Erich Zann, illustration d’Andrew Brosnatch, Weird Tales, mai 1925 (source Wikipédia, « La Musique d’Erich Zann »)

Avant de vous présenter les différents titres que j’ai sélectionnés pour illustrer cet article, il me semblait important de vous donner une petite idée du rapport qu’entretenait Lovecraft avec la musique. Tout d’abord il est intéressant de noter que bien que Lovecraft ait pu prendre dans sa jeunesse des cours de violon il n’appréciait pas particulièrement la musique. En 1930, dans une correspondance avec Auguste Derleth il écrit :

In matters of music, I would exasperate you – since I am absolutely without the first rudiments of taste. It is simply a blind spot with me, and I candidly recognize the fact. My aesthetic emotions seem to be wholly unreachable except through visual channels. Whenever I seem to appreciate a strain of music, it is purely through association – never intrinsically.[2]

Malgré ce désintérêt pour la musique, l’œuvre de Lovecraft y fait parfois référence.

Tout d’abord il nous faut évoquer le célèbre Necronomicon, ouvrage fictif inventé par Lovecraft, qui aurait été écrit par l’arabe fou Abdul Al-Hazred en 730 à Damas et qui rendrait dément quiconque le lirait. Si aujourd’hui nous lui connaissons ce nom, dans ses textes à propos du manuscrit fictif, Lovecraft écrit que le titre original du Necronomicon est Kitab al Azif ce qui signifie littéralement « Livre du musicien[3] ». Le terme de Al Azif fait référence en arabe aux bruits que font les insectes pendant la nuit et qui sont associés aux cris des djinns (créatures surnaturelles malfaisantes). Lovecraft a puisé cette idée dans le roman gothique Vathek (1786) de William Thomas Beckford[4].

Par ailleurs, l’une des nouvelles de Lovecraft se nomme La Musique d’Erich Zann (1921). Celle-ci met en scène un vieil homme muet allemand qui joue de la viole tous les soirs au dernier étage d’un vieil immeuble, en-dessous duquel vit le narrateur qui entend les étranges mélodies.

Il est donc surprenant qu’un homme qui accorde si peu de considération à la musique s’y réfère parfois dans sa création, et surtout lorsque l’on sait que celui-ci qualifiait sa nouvelle La Musique d’Erich Zann comme l’une de ses favorites[5].

La cacophonie antédiluvienne de Liche

Pour commencer notre voyage musical inspiré par Lovecraft, nous parlerons d’un titre interprété par le groupe Liche : Oceanus. Il est difficile de trouver des informations sur ce groupe francophone. C’est un groupe de Black Metal qui s’est formé en 2017 et qui n’a sorti qu’un seul album à ce jour : La Mort en son Jardin. Cet album est constitué de cinq morceaux dont trois titres sont de près ou de loin en lien avec l’univers littéraire de H.P. Lovecraft (Je viens d’ailleurs et Oceanus) ou des auteurs qui ont influencés ce dernier comme Ambrose Bierce (Carcosa[6]).

Pochette de l’album La Mort en son Jardin (2017) de Liche

« Oceanus » est un poème écrit par H.P. Lovecraft en 1918, issu d’un cycle de poème (A Cycle of Verse) constitué de trois poèmes : « Oceanus », « Clouds » et « Mother Earth ». Ce poème de 16 vers a été traduit et publié en français en 1987 dans le recueil Fungi de Yuggoth et autres poèmes fantastiques. La version originale du poème est en octosyllabes structurés en distiques, mais la version française est en prose et garde seulement la structure en vers. 

Liche s’approprie cette traduction française du poème de Lovecraft pour en faire une chanson. Le morceau s’ouvre sur une première partie instrumentale qui dure 1 minute 35, après laquelle on entend le chanteur réciter les dix premiers vers du poème. Et puis le ton de la chanson change complètement, d’une mélodie calme et langoureuse on passe à un passage témoignant d’une véritable violence : le chanteur prend une voix gutturale et répète six fois les vers suivants « Ô vents chargés de sel qui parcourez tristement Ô larmes courroucées et blafardes qui rappelez Le chaos que la Terre a laissé derrière elle ; », puis il répète deux fois l’avant-dernier vers avant de chanter une fois le dernier vers du poème. Il laisse ensuite place au calme après la tempête avec des sons de pluie et de vents.

Je trouve intéressant que le groupe ait fait le choix de reprendre ce poème de Lovecraft pour leur chanson. En effet, ce dernier n’est pas connu pour les quelques poèmes qu’il a pu écrire, pourtant il gagnerait à l’être. De plus le poème est repris dans son intégralité à l’exception d’un vers : « Les régions abyssales et nues », il serait intéressant de savoir pourquoi le groupe a décidé de retirer ce vers en particulier.

Enfin la progression de la chanson est assez surprenante mais elle reste cohérente avec les thématiques abordées par Lovecraft dans son œuvre. L’introduction instrumentale est douce et répétitive, puis le récital du chanteur calme et lent se transforme d’un coup en un cri qui répète en boucle les mêmes paroles, tel des cris de douleur et de souffrance. À travers ce soudain changement de tonalité et de mélodie, nous pouvons imaginer que le personnage tombe dans une sorte de folie incontrôlable, et tente dans une dernière prière, marquée par une litanie accentuée par les « Ô », de prévenir l’humanité d’une menace indescriptible ; ce qui n’est pas sans rappeler les récits de Lovecraft dont la routine monotone des personnages se trouve perturbée par un événement qui les fera sombrer dans une violente démence.

Les rituels impies de The Great Old Ones

Toujours dans le milieu du Black Metal francophone, il nous faut citer The Great Old Ones, groupe emblématique de la scène française. L’inspiration lovecraftienne du groupe est affirmée, leur nom faisant référence aux Grands Anciens, créatures cosmiques issues de la mythologie de leur créateur. Le groupe se forme fin 2010 et sort un premier album (Al Azif) en 2012. Depuis le groupe compte quatre albums et est toujours actif. Tous les titres composés par The Great Old Ones sont ouvertement inspirés de l’œuvre de H.P. Lovecraft.

Pochette de l’album Tekeli-li (2014) de The Great Old Ones

Nous allons nous attarder sur Je ne suis pas fou de l’album Tekeli-li (2014) qui est le premier titre de cet album. Si Tekeli-li était une œuvre littéraire alors nous pourrions qualifier ce titre d’incipit. En effet, sur une mélodie à la fois douce et oppressante, on entend un homme rapporter l’état de stupeur dans lequel il se trouve après avoir été confronté à des choses indicibles :

Je ne suis pas fou. Je souhaite juste aujourd’hui prévenir le monde des horreurs indicibles qu’une nouvelle expédition dans ce désert blanc pourrait libérer. Non je ne suis pas fou. Je les ai vues ces entités rampantes, plus anciennes que les hommes, ces immondices cachées dans leur cité de pierre noire. Je les ai vues, plus grandes que tous les édifices, plus effrayantes que la mort elle-même. Je les ai vues, ces montagnes hallucinées.

Le ton est donné : non seulement le groupe cherche directement son inspiration dans la nouvelle At the Mountains of Madness (1936) mais en plus, il nous promet une descente vers la folie tout au long de l’album. Le groupe nous annonce des révélations à travers la progression de l’album, des révélations qui risquent de nous faire perdre notre santé mentale mais des révélations nécessaires pour le salut de l’humanité.

Parmi tous les titres de The Great Old Ones, j’ai choisi de présenter celui-ci car c’est le seul que le groupe a interprété en français. De plus je trouve particulièrement captivant cet effet d’incipit pour un album qui s’inspire intégralement d’une nouvelle.

VII, celui qui chantait dans les ténèbres

Si, comme nous avons pu le voir précédemment, Lovecraft a particulièrement inspiré les artistes issus de la scène metal, on peut retrouver la présence de ce dernier dans d’autres genres musicaux, comme en atteste le morceau de rap H.P. Lovecraft Théorie du chanteur VII, paru sur son album Inferno 3 (Mémoires d’Outre-Tombe) (2013). Dans ce dernier, VII propose d’autres chansons en référence à Lovecraft comme Des Rats dans les murs inspiré par la nouvelle The Rats in the Walls (1924), mais aussi à d’autres écrivains comme Kafka avec son titre La Métamorphose en featuring avec 1984 ou à Robert Bloch avec le titre Psychose.

Pochette de l’album Inferno 3 (Mémoire d’Outre Tombe) (2013) de VII

Dans H.P. Lovecraft Théorie, VII ne reprend pas directement une œuvre de H.P. Lovecraft mais il s’inspire de l’ensemble de ses écrits dont il tire les thématiques et le vocabulaire. Les références sont multiples, il cite des protagonistes lovecraftiens (Charles Dexter Ward, Joseph Curwen), des lieux imaginaires issus de l’œuvre (Arkham, Innsmouth, l’université Miskatonic), des lieux réels (comme Providence la ville natale de Lovecraft ou Salem tristement et historiquement connue pour ses histoires de chasse aux sorcières), des créatures cosmiques (Cthulhu, Yog-Sothoth, Yog-Soggoth, Dagon) et le célèbre Necronomicon. En outre il utilise directement une citation célèbre de Lovecraft : « Sachez que n’est pas mort ce qui à jamais dort » qui donne dans sa version originale « That is not dead which can eternal lie, And with strange aeons even death may die[7] » La chanson se structure de manière tout à fait classique avec une alternance couplet – refrain et comporte des rimes. VII s’adresse directement à son auditeur en employant la deuxième personne du singulier et comme pour Je ne suis pas fou de The Great Old Ones, nous sommes encore pris à partie face à une menace. En revanche cette fois-ci les hommes jouent un rôle et s’organisent pour provoquer le réveil des Grands Anciens : « Culte blasphématoire dans des marais immondes ; […] Les prophéties malsaines de ces cartomanciennes ; Me saisissent et m’entraînent avec leurs griffes obscènes ; Des prêtres lubriques dans des cloîtres italiens ; […] Sorcières et magiciens serviront Yog-Sothoth » et pauvres humains que nous sommes nous ne pouvons rien faire face à ces indicibles créatures : « Sous l’œil de Cthulhu tu ne pèseras pas lourd ; À la tombée du jour leurs dieux te rendront fou ».

Bien que l’influence lovecraftienne soit présente dans d’autres genres que le metal, les exemples ne sont pas légion, c’est pourquoi j’affectionne particulièrement ce morceau de rap. Non seulement VII s’inspire d’un auteur que j’apprécie beaucoup mais je trouve également que son texte est bien écrit et bien construit. Les références sont bien exploitées et on sent que l’artiste a une certaine connaissance de l’œuvre. Le texte est imagé et romancé ce qui fait que ce morceau s’écoute comme on lit un livre. Enfin je trouve la mélodie obsédante, et la voix ainsi que la diction de VII envoûtantes. 

Une mélodie non euclidienne

Enfin si dans cet article j’ai fait le choix de ne citer que des artistes francophones, la scène anglophone n’est pas en reste loin de là. Je vous propose donc un petit tour d’horizon non exhaustif, pour vous faire découvrir des artistes étrangers qui mêlent également littérature lovecraftienne et musique.

  • Nyarlathotep de Azeroth (Melodic Power Metal, Argentine)
  • The Call of Cthulhu de Nanowar of Steel (Comedy Rock, Italie)
  • Cthulhu de Grailknights (Melodic Death Metal / Power Metal, Allemagne)
  • Behind the Wall of Sleep de Black Sabbath (Heavy Metal / Hard Rock, États-Unis)
  • Call of Dagon de Therion (Metal Symphonic / Death Metal, Suède)
  • Testimony de Vader (Death Metal, Pologne)
  • Legions of the Deep de Arkham Witch (Heavy Metal / Doom Metal, Angleterre)

Et parce que H.P. Lovecraft a aussi été la source d’une parodie de Hakuna Matata (suivie d’une petite surprise) par The FuMP (The Funny Music Project), et que c’est une bonne manière de faire écho à la thématique des comédies musicales du Festival Transversales, je vous quitterai sur ce dernier morceau :

Laurianne Perrin


Pour aller plus loin

Sur Lovecraft
  • JOSHI S.T. Lovecraft : Je suis Providence. Chambéry : ActuSF, 2019
  • VINCENT Jérôme, DEL SOCORRO Jean-Laurent, sous la direction de / (dir.), Lovecraft, Au cœur du cauchemar, Chambéry : ActuSF, 2017.
  • THILL, Christophe. Le Guide Lovecraft. Chambéry : ActuSF, 2018. Les Trois Souhaits.
  • MARCEL, Patrick. Cthulhu ! Bordeaux : Les moutons électriques, 2017. La Bibliothèques des miroirs.
  • PUYSSEGUR, Alain T. Cthulhu, Survie en terres lovecraftiennes. Paris : Bragelonne, 2020.
  • NIKOLAVITCH Alex, GERVASIO Marco, AON Carlos, LEE Lara. Howard P. Lovecraft, Celui qui écrivait dans les ténèbres. Paris : 21g, 2018. Rêveurs de mondes.
Sur le rapport entre Howard P. Lovecraft et la musique
  • HILL, Gary, The Strange Sound of Cthulhu, Music inspired by the writing of H.P. Lovecraft. États-Unis : Lulu.com.
  • BAERT, Sébastien. Cthulhu Metal, L’influence du Mythe. Paris : Bragelonne, 2019.

[1]Publications peu coûteuses et très populaires aux États-Unis au cours du XXème siècle – Source : Wikipédia, « Pulp (magazine) https://fr.wikipedia.org/wiki/Pulp_(magazine), consulté le 17/11/20

[2]BAERT, Sébastien. Cthulhu Metal, L’influence du Mythe. 1re éd. Paris : Bragelonne, 2019. Introduction, H.P. Lovecraft et la musique, p.16 : « En matière de musique, je t’exaspérerais, car je n’ai vraiment pas le moindre goût pour cet art. Je n’y connais absolument rien, et je l’admets avec franchise. On dirait, en ce qui concerne l’esthétisme, que je me trouve hors de portée de toute émotion quand il s’exprime autrement que par des canaux visuels. Chaque fois que je me surprends à apprécier de la musique, c’est purement par association, et jamais de manière intrinsèque. »

[3]Wikipédia, « Necronomicon » https://fr.wikipedia.org/wiki/Necronomicon#cite_ref-15, consulté le 17/11/20

[4]David Harms, chap.1 « H.P. Lovecraft and the Necronomicon », dans David Harms et John Wisdom Gonce III, The Necronomicon Files, Boston / York Beach (Maine), Weiser Books, 2003 (1re éd. 1998), XXVI-342 p. (ISBN 1-57863-269-2), p.3-28 [Wikipédia, « Necronomicon » https://fr.wikipedia.org/wiki/Necronomicon#cite_ref-15, consulté le 17/11/20]

[5]JOSHI S.T. Lovecraft : Je suis Providence. Chambéry : ActuSF, 2019. Chapitre 13 : La marée haute de ma vie (1921-1922), p.473

[6]Carcosa est une cité imaginaire qui apparaît dans la nouvelle de A. Bierce Un habitant de Carcosa (1886). Carcosa est également mentionnée de nombreuses fois par Robert W. Chambers dans son recueil de nouvelles Le Roi en Jaune (1895) qui a beaucoup influencé H.P. Lovecraft.

[7]LOVECRAFT, Howard Phillips. The Call of Cthulhu, parution en février 1928 dans Weird Tales.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search