“Chanson, rap, slam” : portrait de George Ka. Un rap qui raconte

Article écrit par Noémie Agogué, Adrien Brault, Clara Languille,  Madelyn Lines, Eve Mandicourt, Armance Périot, étudiant.es en M1 Littérature Générale et Comparée

Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s’affaissent au cachet du désespoir

Cette phrase d’Aimé Césaire est citée par Camille, alias George Ka, qui en fait, lors d’une vidéo Instagram avec Levi’s datant de l’automne dernier, sinon le cœur de son projet d’écriture, le moteur de sa prise de parole à la fois rappée et chantée, travaillée et improvisée, poétique et musicale. Après avoir débuté par du doublage de vidéos, puis parcouru les scènes ouvertes parisiennes, la rappeuse franco-vietnamienne entremêle aujourd’hui dans ses textes des réflexions sur le métissage – comme dans Saïgon, son premier single dont le clip a été tourné au Vietnam – sur le genre – dont le titre Garçon manqué, fille manquante est très évocateur – ou encore sur la jeunesse et la fête – en particulier dans Jolies Personnes, son dernier single.

Entre histoires en musique et héroïnes d’enfance

George Ka nous partage donc son univers inspiré par sa vie, ses origines mais aussi d’autres artistes français que nous connaissons comme Oxmo Puccino et surtout Gaël Faye. Elle déclare d’ailleurs au sujet de l’album de ce dernier « Pili Pili sur un croissant au beurre » qu’il a particulièrement inspiré son art et sa manière de le pratiquer. Il n’est donc pas étonnant qu’à l’image de ce dernier, George Ka nous raconte des histoires à travers ses raps.

Quand je serai grande, je veux être Mononoké

“C’est la première fois où, en tant que petite fille, j’ai eu envie d’être un personnage de fiction.” Dans une interview accordée à Radio Nova, intitulée “Influences”, George Ka aborde le sujet de l’identification à une princesse en tant que petite fille asiatique: “T’as Mulan et t’as Mononoké, globalement.” Sorti en 1997, Princesse Mononoké est un film d’animation du studio Ghibli, réalisé par Hayao Miyazaki. La princesse Mononoké a tout d’une princesse rebelle et moderne, qui n’a peur de rien, et encore moins de se battre pour son royaume, quitte à en perdre la vie.

Affiche du film Princesse Mononoké

Indépendante de la figure masculine, forte mais aussi sensible, la princesse-héroïne transmet non seulement un message écologique, mais aussi un fort message féministe. C’est ce qui a fait rêver la petite Camille. “Elle est bornée, elle est impulsive, elle est violente […], c’est une nana qui se bat au poignard, et qui court, qui a des bleus et qui saigne.” Peut-être que la princesse du studio Ghibli a inspiré l’écriture de Garçon manqué, fille manquante, où George Ka exprime ce qu’elle ressent par rapport à la dualité imposée fille-garçon: “courir, taper, grimper, ramper, casser, salir, c’est garçon”, renversant les stéréotypes de genre. 

Les multiples facettes d’une musique au service des mots

George Ka écrit et décrit, entretient un rapport fort avec l’écriture depuis presque toujours semble-t-il. Ses influences sont nombreuses, tout comme ses intentions à travers son art. Elle mélange différents styles à travers son écriture (rap, slam, chanson française) et à travers sa musique (accompagnement au piano, instrumentales hip-hop, funk, pop). C’est une artiste multiple qu’on ne peut définir d’une manière unique. Ses textes sont abondants, riches et poétiques; on suit le fil conducteur d’une histoire, comme dans Saïgon, Jolies personnes ou Garçon manqué, fille manquante. Pourtant ils ne sont pas réalisés de la même manière. Garçon manqué, fille manquante a un côté slam assez flagrant. Elle n’utilise pas forcément de rimes et crée son propre rythme, que suit le pianiste qui l’accompagne. Le texte est central, extrêmement important dans chaque morceau. Elle y ajoute de la chanson, dans Saïgon par exemple, où le refrain est chanté.

Question souvent posée lorsqu’on parle de rap: quelles différences y’a t-il entre rap et chanson? Les deux semblent être plutôt complémentaires dans son travail. Ses engagements et la grande attention qu’elle porte à ses textes se reflètent dans son élocution claire et un rythme qui permet à l’auditeur de tout saisir. On a toujours l’impression que c’est elle qui mène le rythme et non la musique. On suit sa voix, son histoire et les instruments nous absorbent là où elle nous emmène. L’influence de Paris et son bouillonnement, son métissage, touche directement son travail. Elle en raconte le quotidien, “ce qui se passe dans la tête d’une fille dans la rue à Paris à 4h du matin” avec Jolies personnes par exemple. Un engagement auquel beaucoup de monde peut s’identifier, la jeunesse en particulier. Elle s’engage à travers ses morceaux, alerte sur des sujets qui nous représentent. On peut penser à d’autres artistes actuels, comme Aloïse Sauvage, qui évoque le genre, l’amour, la liberté, les sentiments qui nous traversent aujourd’hui, avec une écriture poétique, très travaillée et des touches musicales singulières. George Ka la site lors d’une interview accordée à La Grande Party.

Elle explore par ailleurs des formats plus courts, de freestyle (pour 1min2Rap par exemple). Elle travaille son flow différemment à travers les trois MEMO qu’elle a publiés sur YouTube. Les attentes sont différentes, c’est rapper, kicker sur un thème avec un rythme plus rapide. Elle reste toujours assez engagée et nous montre par là à quel point c’est une artiste polyvalente, qui s’adapte à différentes manières de rapper. Elle en explore les différentes facettes et la multitude d’influences.

De jolies images pour des récits qui voyagent 

A l’image de son écriture personnelle, les clips de George Ka nous entraînent avec elle. Les deux vidéos qui sont disponibles sur sa chaîne YouTube, Saïgon et Jolies personnes, offrent à la fois de très belles images et l’impression de la connaître au rythme de ses voyages, de ses histoires.

Dans Saïgon, réalisé par elle-même et Hain-Anh, on suit la rappeuse dans la ville au rythme de ses mots. Chaque image illustre parfaitement le texte : George Ka nous raconte Saïgon. Saïgon le jour dans la première partie, avec les commerces, les va-et-viens dans les rues bondées, et ce refrain illustré par la danse d’une femme âgée sur une grande place. 

Les couleurs sont mises en valeur, entre la ville aux tons dorés, les sous-titres en jaune et le débardeur de George Ka : l’ambiance est plutôt aux couleurs chaudes, chaleureuses. La rappeuse nous parle de métissage comme d’un entre-deux et le clip l’illustre par les images qui laissent la place à la ville et ses habitant.es. Encadrant la visite virtuelle des rues, le clip s’ouvre et se ferme par un décor dans un premier temps vide, qui n’accueille que George Ka : on va voyager dans sa réalité. On retrouve ce même décor à la fin, comblé de femmes et d’hommes entourant la rappeuse et faisant écho à la construction d’un monde métis, dans lequel la jeune femme n’est plus seule.

Saïgon est présentée comme une ville en mouvement, festive et nocturne. Le motif de la nuit revient dans plusieurs autres clips de la rappeuse, comme Jolies Personnes ou Mémo #1, avec les jeux d’éclairage des enseignes, des lampadaires, des fenêtres… On le voit bien dans Jolies Personnes, réalisé par Maxime Baudin : George Ka raconte l’histoire de trois copines qui vont en boîte, du temps où ça existait encore (si vous êtes fêtard.e, attention nostalgie…) Toute l’esthétique du clip est résumée dans une mesure du refrain, « elles sont vues sans nous voir » : on suit ces copines dans leur voyage vers la fête, dans le métro et sa lumière blanchâtre où elles finissent leur before en dansant sur les barres, toisées par les autres passagers qui ne sont définitivement pas dans la même ambiance ; sur le pont où elles explorent leur liberté, et enfin dans cette boîte de nuit. 

Le montage et les images donnent vraiment l’impression d’être avec ces copines qui bougent, prennent des shooters accoudées au bar, font une pause sur les banquettes et retournent se fondre dans la foule fêtarde. Elles profitent de leur soirée ensemble, même si comme dans le métro les regards extérieurs ne sont jamais loin : sur l’image tirée du clip  ci-dessous, on voit que certains visages sont dans l’obscurité à l’exception de leurs yeux. Des yeux qui ne se détachent pas de ces femmes qui font la fête la nuit, mais qu’elles affrontent ensemble. La caméra montre à quel point la fête est aussi un lieu de rencontre des corps, et du corps féminin, où les mains se posent n’importe où et n’importe comment. Elles sont fortes, ces images de femmes libres qui profitent de la nuit, « toutes ensemble contre le reste du monde ». 

Et puis la fête prend fin alors qu’on aurait voulu qu’elle dure encore et la lumière du petit matin est presque éblouissante. Même pour les spectatrices et spectateurs.

George Ka nous raconte des histoires, ses histoires, et les images rendent hommage à ses mots. Après Saïgon, on a une idée d’à quoi ressemble cette ville vivante le jour comme la nuit, et de ce que c’est que d’être métisse dans chacun des pays. Après Jolies Personnes, on a l’impression de rentrer de soirée, les oreilles bourdonnantes et les yeux qui se ferment… Avec certainement un peu mal à la tête.

Retrouvez George Ka sur les réseaux sociaux : 

Article écrit à plusieurs mains,

à l’occasion de la 10ème édition du Festival Transversales (2020)

« Chanson, chansons”.

 Noémie Agogué, Adrien Brault, Clara Languille,  

Madelyn Lines, Eve Mandicourt, Armance Périot.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search