La chanson engagée en France

Article écrit par Clara Hamza, étudiante en M1 Littérature Générale et Comparée

Monsieur le Président
Je ne veux pas la faire
Je ne suis pas sur terre
Pour tuer des pauvres gens
C’est pas pour vous fâcher
Il faut que je vous dise
Ma décision est prise
Je m’en vais déserter

Boris Vian – Le déserteur (1954)

Cet extrait du Déserteur montre le désaccord qu’avait ce cher Boris Vian envers René Coty (président de la République) concernant la guerre d’Algérie. Quand cette chanson est apparue dans le paysage français, le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle a lancé un pavé dans la mare. En effet, quand elle est sortie avec ses paroles définitives en 1955, elle a tout de suite été interdite de diffusion par la radio pour son antimilitarisme et son antipatriotisme.  Je commence cet article avec une petite allusion à cette chanson car elle reste une des plus grande chanson engagée et contestataire du siècle passé. De plus à chaque conflit armé lui succédant, il y a souvent eu des artistes pour en faire des reprises comme par exemple Renaud ou encore Maxime Le  Forestier. Ce que l’on peut dire, c’est qu’aujourd’hui elle est devenue plus un hymne pacifiste qu’un titre contre l’armée.

Des chansons engagées, on en connaît toutes et tous mais il n’est pourtant pas très simple de définir ce qu’elle recouvre. On entend en effet plusieurs termes employés qui s’y apparentent comme chanson contestataire ou chanson politique. Cependant, une définition simple serait de dire qu’une chanson engagée dénonce, critique ou défend une cause. Cela veut dire qu’une chanson engagée peut être contestataire et/ou politique mais pas forcément. Elle peut prendre plusieurs formes comme un « coup de gueule », une satire sociale ou politique mais il n’y a pas d’obligation au côté provocateur.  Il est aussi important de faire la distinction entre chanteurs et chanteuses engagés et chanson engagée. Un artiste engagé va plus loin que l’écriture de titres musicaux mais va aussi parler ouvertement de ses opinions dans les médias (je vous renvoie au débat houleux entre François Mitterrand et Daniel Balavoine) et va militer pour ses idées. Mais une chanson engagée va pouvoir être écrite par des artistes dont le fonds de commerce ne va pas être principalement l’engagement.

Peut-on retracer l’histoire de la chanson engagée en France ? Oui, mais il faut revenir à des temps bien anciens. Il ne faut pas croire que les Français ont attendu le XXème siècle pour chanter leurs désaccords et leurs colères. Tout d’abord comment ne pas citer notre hymne national La Marseillaise ? Écrit par Rouget de Lisle en avril 1792 après la déclaration de guerre du roi d’Autriche, ce chant fut entonné lors de l’insurrection des Tuileries en août de la même année et fut si populaire qu’il a été déclaré chant national en 1795. Il a ensuite été interdit plusieurs fois notamment sous l’Empire et la Restauration. C’est enfin sous la IIIème République en 1879 qu’il devient officiellement l’hymne national.  Il y eut d’autres chansons lors de la révolution comme Ah ça ira (1790) qui est considéré comme l’hymne des sans-culottes.

Lors de la Commune en 1871, quand le peuple se soulève contre l’Assemblée nationale, le Temps des Cerises, écrite par Jean Baptiste Clément va refléter cette période même s’il est important de préciser qu’elle a été écrite cinq ans avant les événements. L’assimilation de cette chanson à cette « semaine sanglante » vient du fait que Clément était lui-même un communard et que le texte évoque certains termes comme « plaie ouverte » ou encore de « cerise d’amour […] tombant […] en gouttes de sang ».

Faisons un saut dans le temps pour en arriver au moment de la Seconde Guerre mondiale, période où le Chant des Partisans devient l’hymne de cette Résistance pendant l’occupation par l’Allemagne nazie. L’air a été composé par Anna Marly et les paroles ont été écrites par Joseph Kessel et Maurice Druon, tous membres des Forces françaises libres.

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines,
Ami, entends-tu ces cris sourds du pays qu’on enchaîne,
Ohé ! partisans, ouvriers et paysans, c’est l’alarme !
Ce soir l’ennemi connaîtra le prix du sang et des larmes. 

Premier couplet du Chant des Partisans

Après ce petit bond dans l’histoire, j’aimerais vous présenter deux chanteurs qui ont fait beaucoup pour la chanson engagée mais aussi qui me touchent personnellement car j’ai grandi avec leurs voix. Voici donc deux petits portraits de l’engagement en chanson de Léo Ferré et Renaud.

Léo Ferré en 1973

Léo Ferré est un chanteur né en 1916 et mort en 1993. Il a une carrière de plus de quarante ans et a donc une discographie plus qu’imposante mais ici je voudrais vous faire part de quelques uns de ses titres les plus engagés. Il s’est en effet très vite associé au courant de pensée de l’anarchisme et cela se ressent dans son œuvre.

Ni Dieu ni maître est un de ses titres les plus emblématiques. La chanson est sortie sur 45 tours en 1965 et elle décrit une exécution capitale dans le but de dénoncer la peine de mort encore en vigueur en France à cette époque (elle fut abolie en 1981). Son titre reprend l’une des devises les plus connues de l’anarchisme. Le texte est tout en métaphore et critique une société qui met au rebut ceux qui n’ont « Ni Dieu ni maître », c’est-à-dire ceux qui n’obéissent pas aux règles de cette société (représenté par la haute administration gouvernementale). Léo Ferré va même jusqu’à encourager, dans le dernier couplet, les auditeurs à s’affranchir de ces règles.

Une autre de ses chansons dont je voudrais vous parler est Thank you Satan (1961) qui est à la fois un hymne anarchique, libertin et libertaire en plus d’être hautement littéraire par ses références textuelles. Léo Ferré crie pour la liberté amoureuse et sensuelle avec « Pour la flamme que tu allumes / Au creux d’un lit pauvr’ ou rupin » mais aussi pour la liberté de ceux qu’on emprisonne avec « Pour la prise de la Bastille / Même si ça ne sert à rien ». Il y référence aussi les poètes Baudelaire et Rimbaud dans un seul même vers « Des fleurs du mal à dix-sept ans ». Tout ce pour quoi Ferré s’est engagé est retranscrit dans ce texte sous l’image d’un remerciement à Satan.

Renaud en 2017

Comment ne pas mentionner Renaud, le chanteur qui pouvait nous faire chanter des paroles faisant écarquiller les yeux de nos parents lorsque l’on était encore que des enfants ? Il est né en 1952 et est un auteur-compositeur-interprète français qui a publié 26 albums. Il est considéré comme l’un des chanteurs les plus populaires en France et est connu pour ses chansons variant de l’humour, à l’émotion en passant bien évidemment par la colère dans ses nombreuses chansons coup de poings.

Parlons tout d’abord de l’un de ses premiers succès, Hexagone, sorti en 1975. C’est une chanson virulente concernant le mode de vie des Français, décrivant une année de leur vie, mois par mois en mettant en parallèle certaines actualités de l’époque. Le ton des paroles peut être considéré comme sarcastique et même injurieux envers les Français comme lorsqu’il dit « Être né sous le signe de l’Hexagone / C’est vraiment pas une sinécure / Et le roi des cons sur son trône / Il est français, ça j’en suis sûr ». Cette chanson a aussi connu une certaine censure, puisqu’elle a notamment été interdite de diffusion sur France Inter lors de sa sortie. 

Miss Maggie est une autre de ses chansons qui a fait beaucoup parler quand elle est sortie en 1985. Son texte critique la violence qui serait propre aux hommes tout en faisant l’éloge des femmes qui en seraient incapables. Ceci dit il s’agit aussi d’un pied de nez à Margaret Thatcher qui était Premier Ministre du Royaume-Uni à cette époque. Il y a aussi donc une critique de la politique libérale et conservatrice de la Dame de Fer ( surnom donné à Margaret Thatcher ). Elle liste donc tous les pires actes et violences que l’humanité a faite en les considérant purement masculin à l’exception de Madame Thatcher : 

Dans cette putain d’humanité

Les assassins sont tous des frères

Pas une femme pour rivaliser

A part peut-être Madame Thatcher

Il y aurait bien sûr d’autres artistes à mentionner comme Jean Ferrat, Hubert-Félix Thiéfaine ou encore des groupes comme Noir Désir ou les Béruriers Noirs et pour cela j’ai incorporé une petite playlist à la fin de cet article. Il est important de constater le rôle que jouent ces chansons dans la société et dans l’histoire. Il est en effet intéressant de savoir si ces chansons ont un impact sur l’évolution des mentalités et des mœurs de notre société. Certaines chansons dites contestataire ont choqué à leur époque et pourtant quand on les entend aujourd’hui, elles ne nous font plus sourciller. Une chanson engagée est donc forcément ancrée dans son époque et dans son contexte. Reprenons l’exemple du Déserteur qui a été censuré lors de sa publication et qui est maintenant un texte qu’on apprend dans les écoles, tout comme le chant partisan italien Bella Ciao. Si les chansons ne peuvent pas tout pour changer les choses, elles y contribuent, en donnant un point de vue au plus grand nombre puisque la chanson est un des arts les plus accessibles. La censure est beaucoup moins importante aujourd’hui qu’elle ne le fut dans les années 50 mais cela n’empêche pas qu’encore aujourd’hui certains chanteurs se retrouvent devant les tribunaux pour leurs textes (il y a l’exemple d’Orelsan qui a eu un procès pour son texte Sale Pute considéré comme sexiste). De manière générale, la chanson a été un vecteur de différentes opinions et a servi à défendre de nombreuses causes comme la tolérance que ce soit contre le racisme, le sexisme, l’homophobie ou autres.

Cependant il est intéressant de constater que depuis les années 90 la chanson « traditionnelle » n’est plus celle qui tient les rênes de la contestation. Bien évidemment il reste des chanteurs qui s’engagent pour certaines causes comme Angèle avec Balance ton quoi contre le sexisme ou encore Eddy de Pretto avec Kid sur la virilité toxique et l’homophobie. Mais une autre forme de chanson est désormais sous les feux de la rampe en matière de contestation et de dénonciation : il s’agit du rap, qui dès les années 90 avec des groupes comme NTM, IAM ou encore Assassin ont mis le doigt et même le poing sur le sujet du racisme et des banlieues. Le rap est maintenant le genre qui fait le plus vendre en France et continue d’aborder ses sujets mais bien d’autres encore.

Je vous laisse maintenant découvrir une playlist de chansons engagées faite par mes soins en espérant que cet article vous aura plu :

Clara Hamza


Bibliographie indicative :


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Christiane Delacourte dit :

    Article intéressant, que je viens seulement de découvrir, de même que le site entier. Juste un étonnement : rien sur Anne Sylvestre dont de nombreuses chansons sont engagées : Pas difficile, Non tu n’as pas de nom, Juste une femme, et plus récemment Le déluge, par exemple…. On pourrait citer aussi certaines chansons de Corbier qui n’était pas qu’un amuseur, Allain Leprest (SDF), etc.. Et dans la jeune génération Govrache, Gauvain Sers, Valentin Vander, Pierre-Paul Danzin et tant d’autres…..

    • Festival Transversales dit :

      Bonjour, merci beaucoup pour votre commentaire et votre passage sur le site du festival Transversales ! Cet article en effet n’est pas exhaustif : il reflète les affinités particulières de Clara Hamza, son autrice 🙂 On a eu la chance d’entendre une mise en voie de la magnifique chanson Juste une femme d’Anne Sylvestre mercredi lors de la conférence chantée #1 du Hall de la Chanson sur les violences faites aux femmes dans la chanson. Nous diffuserons tout bientôt le replay !
      Merci pour toutes les pistes que vous évoquez, on espère que nos lecteurs et lectrices iront (re)découvrir tous ces chanteurs engagés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search