Clara Ysé, l’émotion dans la voix

Article écrit par Alexandre Le Bihan, étudiant en M1 Littérature Générale et Comparée

Ce matin il est arrivé une chose bien étrange

Le monde s’est dédoublé

Je ne connaissais pas du tout Clara Ysé avant de découvrir « Le Monde s’est dédoublé », et, pourtant, il m’a fallu moins d’une semaine pour connaître les paroles par cœur ; avec cette voix puissante, ces notes entraînantes, et cette poésie lancinante, qui provoquent mille frissons. Clara Ysé a été une révélation pour moi. Il y avait longtemps que je n’avais pas ressenti autant d’émotions en écoutant de la musique. Rares sont les chansons qui me touchent profondément au point de me donner de tels frissons. C’est pourquoi je souhaite présenter cette œuvre si riche.

Vous ne connaissez peut-être pas (encore) cette artiste. Clara Ysé est une autrice, compositrice et interprète de 27 ans. Elle commence le violon à 4 ans et se lance dans le chant à l’âge de 8 ans, ce qui lui permet de forger sa voix à la fois puissante et douce, que l’on identifie souvent à celle de Catherine Ringer des Rita Mitsouko. Pourtant, Clara Ysé chante et s’exprime à travers une singularité qui lui est propre, à la fois en français, en anglais, mais aussi en espagnol. Elle crée son propre langage, composé de musique, de plusieurs langues, mais aussi de ses émotions.

À travers cet EP, Clara Ysé s’exprime, se libère et se soigne de la douleur de la perte d’un être cher : sa maman, Anne Dufourmantelle, décédée en juillet 2017 en sauvant un enfant de la noyade. Depuis ce jour, le monde s’est écroulé, il s’est « dédoublé » chante-t-elle.

Je ne percevais plus les choses comme des choses réelles

L’autrice, compositrice et interprète se sert de ses émotions, de son histoire et de la musique pour extérioriser et mettre en forme cette souffrance, mais aussi pour se rapprocher de sa maman disparue. Pour elle, ses chansons, cet EP sonnent comme une libération, lui permettant d’avancer, de résister, ce qui lui a permis de vivre, dit-elle.

Or, l’effet du travail de Clara Ysé agit non seulement sur elle-même, mais aussi sur les auditeurs de cet EP. En effet, « Le monde s’est dédoublé » est une chanson très forte en matière de réception. L’histoire de la chanteuse nous touche, nous émeut, nous parle également. Cela nous ramène à notre propre histoire, chacun.e peut se réapproprier les paroles, car nous vivons tous.tes des moments difficiles, chaque individu a sa propre histoire, mais nous vivons dans le même monde, nous vivons des souffrances similaires. L’auditeur peut alors s’identifier à travers les paroles qui ont finalement une portée universelle. Outre l’identification, la chanteuse s’adresse à ses auditeurs :

Je te dis prends patience

Mon ami prends patience

Clara Ysé cherche le « ciel bleu azur », et nous invite également à le chercher pour nous même. Ses paroles sont stimulantes autant pour elle-même que pour celui ou celle qui écoute cette chanson, malgré les nuages, nous devons tous nous battre, résister, car « […] la joie est toujours à deux pas ». Clara Ysé se placerait à la manière d’un ange gardien. Doublé par cette forme musicalement très élevée, avec cette puissante voix lyrique accompagnée de la contre-voix de Yulian Malaj, qui renforce le dédoublement décrit dans la chanson, mais aussi les instruments avec la force des percussions de Naghib Shanbehzadeh, et l’intense solo du clarinettiste Seddy Novruz, et le synthé de Camille El bacha, donnent à cette chanson un univers spirituel et une dimension onirique. 

Mais n’oublions pas le vidéo-clip, réalisé par Clara Ysé elle-même, qui illustre parfaitement cette chanson. L’autrice, compositrice et interprète nous apparaît allongée sur un lit de fleurs, à la manière de Blanche-Neige qui ressemble étrangement à un cercueil, mais se révèle être une barque, et présente donc un imaginaire de conte. Plus tard, Clara Ysé plonge dans l’eau que l’on peut associer à la chute d’Alice dans le terrier du lapin, ou bien sa traversée du miroir dans la suite des Aventures d’Alice au Pays des Merveilles de Lewis Caroll, qui la mène dans un monde des rêves. Il y a un basculement de la réalité vers une dimension chimérique, qui est donc illustrée dans le clip par le franchissement de l’eau. L’eau se présente à la manière d’un miroir avec ses reflets et ses ondulations, qui déforment la réalité, et renvoie au monde de Clara Ysé qui perd sa densité et se dédouble. De plus, ce plongeon amène la chanteuse à rejoindre un homme, qui peut être le ciel azur, la lumière après l’obscurité. La chanteuse s’éloigne de l’obscurité de l’eau, elle nage vers l’avant, la vie continue.

Soudain, les figurants, qui effectuaient des tâches machinalement sur les autres barques, plongent dans l’eau, guidés par la chanteuse, que l’on peut encore une fois associer à un ange gardien ; et tous se mettent à danser, s’exaltant de la joie, du bonheur de la vie, et, alors, les nuages semblent derrière eux. Puis, tous regardent en l’air, en hors champs, donnant une dimension céleste. Ne dit-on pas, dans l’imaginaire judéo-chrétien, que les morts montent au ciel ?

Clara Ysé nous livre ici une œuvre très riche avec les thèmes de la vie et de la mort, du deuil, de la déréalisation, du dédoublement, de la schizophrénie, de l’anxiété, de l’amour, qui en fait une œuvre très philosophie, à l’image de sa mère qui était philosophe ; mais aussi riche de dans un sens pluri-artistique, par la musique, le texte poétique de ses chansons, l’interprétation vocale et musicale, mais également la réalisation du clip.

Clara Ysé possède en elle un talent immense qui ne demande qu’à s’étendre, à être partagé et écouté sans retenue. L’artiste-poète mérite amplement d’être entendue. J’espère que ses émotions et ses rythmes diversifiés de pop, de folk Latine-Américaine, à la fois doux et intenses vous emmèneront dans son voyage équinoxial et sauront vous toucher.

Si vous ne connaissez pas encore cette artiste, vous pouvez partir à la recherche de son travail, et pourquoi pas la découvrir elle-même en concert au théâtre L’Aire Libre à Rennes le mercredi 17 mars 2021 (sous réserves).

Alexandre Le Bihan


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search