La chanson dans l’univers de Tolkien

Article écrit par Oriane Pinaud, étudiante en M1 Littérature Générale et Comparée

L’édition 2020 du festival Transversales a – en partie – pour but d’interroger les limites et la définition de la chanson en tant qu’objet artistique : qu’est-ce qui la différencie du chant ? Comment ces deux éléments trouvent-ils leur place dans une œuvre littéraire ? En effet, les personnages chantent beaucoup dans les romans de Tolkien (1892 – 1973).

Cet auteur britannique, incontournable de la fantasy, est principalement connu pour sa trilogie du Seigneur des Anneaux (1954 – 1955). Mais son univers est bien plus vaste, et la chanson et le chant y tiennent une place de choix. De l’hymne religieux à la chanson à boire, de la comptine grinçante de Gollum aux récits épiques des exploits de héros du Premier Âge, ils émaillent et enrichissent toute l’œuvre de Tolkien.

La Musique des Ainur

Le chant tient une place de choix dans l’univers de Tolkien, en premier lieu parce qu’il est au centre de son mythe cosmogonique. Ainsi, Le Silmarillion (publié à titre posthume en 1977) raconte qu’avant le début des temps, le Dieu fondateur Eru Ilúvatar créa les Ainur, une assemblée de dieux et d’anges, à qui il inspira de magnifiques mélodies.

Ainulindalë, par Anna Kulisz

Il y eut Eru, le Premier, qu’en Arda on appelle Ilúvatar ; il créa d’abord les Ainur, les Bénis, qu’il engendra de sa pensée, et ceux-là furent avec lui avant que nulle chose ne fût créée. Et il leur parla, leur proposa des thèmes musicaux, ils chantèrent devant lui et il en fut heureux.

Le Silmarillion, ‘’Ainulindalë‘’ (Traduction par Pierre Alien)

Ces thèmes, soufflés par Eru et chantés par les Ainur, renfermaient un grand pouvoir de création. Et c’est ce chant divin, ce canon de thèmes démiurgiques, qui créa Ëa (l’Univers) et Arda (la Terre). Ce mythe fondateur développe aussi une métaphore du tissage :

Le son des mélodies qui se fondaient sans fin l’une dans l’autre s’éleva pour tisser une harmonie qui dépassa les limites de l’ouïe en hauteur comme en profondeur

Le Silmarillion, ‘’Ainulindalë‘’ (Traduction par Pierre Alien)

Chacun des Ainur joue sa propre partie, et c’est seulement en reconstituant l’ensemble que la création peut avoir lieu. Il s’agit d’une parole performative, la prononcer a effectivement valeur d’action. Cela rappelle La Genèse, et la célèbre phrase « Dieu dit : ‘’Que la Lumière soit‘’, et la Lumière fut », ce qui fait d’autant plus sens que la foi chrétienne de Tolkien a profondément inspiré son œuvre. Le début du Silmarillion introduit ainsi un thème important de l’auteur : celui du pouvoir des mots, qu’ils soient parlés ou chantés.

Le pouvoir des mots

Chez Tolkien, la parole est une arme puissante, et on trouve dans ses œuvres toute une galerie de personnages qui savent la manier à la perfection. Que les mots soient parlés ou chantés, ils renferment un grand pouvoir, et permettent d’accomplir des prodiges. Dans Le Silmarillion, Fëanor, roi au tempérament de feu, est réputé pour la verve de ses discours :

Fëanor était maître en l’art de parler ; sa voix, quand il voulait, pouvait remuer les cœurs et, cette nuit-là, il fit aux Noldor un discours qu’ils n’oublièrent jamais. Les mots tombaient, durs et violents, remplis d’orgueil et de fureur, et faisaient lever chez les Noldor une folle rage.

Le Silmarillion, chapitre 9, ‘’La fuite des Noldor‘’ (traduction par Pierre Alien)

Mais il ne s’agit pas là d’un simple talent d’orateur : les mots de Fëanor recèlent une vraie puissance magique, ce qui lui permet de rallier tout son peuple derrière lui, et de faire prêter à ses fils un serment inviolable, presque doté d’une vie propre, et que rien ne peut briser.

Dans Le Seigneur des Anneaux, on trouve un autre exemple du pouvoir des mots chez le magicien Saruman, un ange passé du côté des ténèbres, dont la voix est ainsi décrite :

Soudain, une autre voix parla, basse et mélodieuse, dont le son même était un enchantement. Ceux qui écoutaient sans méfiance cette voix pouvaient rarement répéter les paroles entendues, et quand ils le faisaient, ils étaient tout étonnés, car il ne leur restait que peu de force. […] Mais nul n’y était insensible, personne ne rejetait ses appels et ses ordres sans un grand effort de l’esprit et de la volonté, tandis que son maître la dirigeait.

Les Deux Tours, chapitre 10, ‘’La voix de Saruman‘’ (traduction par Francis Ledoux)

D’autres personnages s’illustrent dans le domaine de la parole chantée : Maglor, l’un des fils de Fëanor, était un barde réputé pour sa voix sublime. Son cousin, Finrod, était aussi un musicien hors pair, qui a un jour défié Sauron, le lieutenant du Mal, à un duel de chant.

Mais les épisodes qui démontrent sans doute le mieux le pouvoir du chant chez Tolkien sont les exploits de Lúthien, une princesse mi-elfe mi-ange, qui tomba amoureuse de Beren, un mortel. Afin de récupérer un joyau d’une grande valeur, ils défièrent ensemble Morgoth, le dieu du Mal, que Lúthien parvint à vaincre grâce à sa voix merveilleuse :

Il s’éleva de l’ombre un chant d’une telle beauté et d’un pouvoir si grand [que Morgoth] fut forcé de l’écouter, devenu comme aveugle alors que ses yeux la cherchaient de droite et de gauche. […] Lúthien reprit sa robe ailée, s’éleva du sol et sa voix vint tomber comme la pluie dans un lac sombre et profond. Elle jeta son manteau sur les yeux de Morgoth et le plongea dans un rêve aussi noir que le Vide Extérieur où il errait jadis, solitaire.

Le Silmarillion, chapitre 19, ‘’Beren et Lúthien‘’ (traduction par Pierre Alien)

Mais leur triomphe fut de courte durée : Beren, mortellement blessé, finit par perdre la vie quelques temps plus tard. Lúthien, ne voulant pas rester éternellement sans lui, décida alors d’aller le chercher dans les halls de Mandos, le dieu (ou Vala, en elfique) des Morts.

Elle chanta devant Mandos le plus beau chant que des mots aient jamais tissé, le plus triste que le monde entendra jamais. […] À genoux devant Mandos, ses larmes coulaient sur les pieds du Vala comme la pluie sur des pierres, et lui qui jamais n’avait connu la pitié ni depuis ne l’a connue fut ému par son chant

Le Silmarillion, chapitre 19, ‘’Beren et Lúthien‘’ (traduction par Pierre Alien)

Mandos accepta de ramener Beren, mais il avertit Lúthien que lorsque son amant mourrait inévitablement de nouveau, elle serait condamnée à passer l’éternité sans lui. L’Elfe choisit alors de renoncer à son immortalité, et elle vécut le reste de ses jours avec Beren. Ce conte ressemble beaucoup à celui d’Orphée et Eurydice, mais connaît une fin bien plus heureuse. Cela nous permet aussi d’esquisser une définition du chant : c’est l’usage de la voix humaine pour produire des mélodies étudiées, mais sans nécessairement ajouter de paroles définies. La chanson serait donc un type particulier de chant, où l’on met en voix un texte particulier.

Chanter en écho à un passé grandiose

Chez Tolkien, le chant est aussi un support de mémoire. Il est très important dans la culture des Elfes, en premier lieu car il est un moyen de consigner leur histoire millénaire. Les Elfes ont beau ne pas connaître la vieillesse, ils peuvent être tués, et la plupart des Elfes du Troisième Âge n’ont pas connu le Premier. Les grands événements de leur Histoire sont transmis sous forme chantée, et on peut trouver dans Le Silmarillion des références à la postérité musicale de tel ou tel épisode (à l’exception du duel de Morgoth contre Fingolfin, que « les Elfes [n’ont] pas mis dans leurs chants, car leur tristesse est trop profonde »).

Pendant leur voyage, les protagonistes du Seigneur des Anneaux se chantent parfois des poèmes épiques sur les héros des temps anciens. Aragorn, qui a grandi parmi les Elfes, partage avec ses compagnons quelques vers du Lai de Lúthien (appelée aussi Tinúviel) :

« The leaves were long, the grass was green, The hemlock-umbels tall and fair, And in the glade a light was seen Of stars in shadow shimmering. Tinúviel was dancing there To music of a pipe unseen, And light of stars was in her hair, And in her raiment glimmering.There Beren came from mountains cold, And lost he wandered under leaves, And where the Elven-river rolled He walked alone and sorrowing. He peered between the hemlock-leaves And saw in wonder flowers of gold Upon her mantle and her sleeves, And her hair like shadow following. »

The Fellowship of the Ring, chapter 11, ‘’A Knife in the Dark‘’

Quelques temps plus tôt, dans le même chapitre, Sam avait chanté un passage d’une épopée sur Gil-galad, le dernier Grand Roi des Elfes, vaincu par Sauron à la fin du Deuxième Âge :

« Gil-galad was an Elven-king. Of him the harpers sadly sing: The last whose realm was fair and free Between the Mountains and the Sea.[…] But long ago he rode away, And where he dwelleth none can say; For into darkness fell his star In Mordor where the shadows are. »
The Fellowship of the Ring, chapter 11, ‘’A Knife in the Dark‘’

Ces deux chansons, bien qu’interprétées ici par un Humain et un Hobbit, ont été composées par des Elfes. Mais ceux-ci ne sont pas les seuls à écrire sur des figures historiques : avant le Conseil d’Elrond, le Hobbit Bilbo interprète sa propre composition sur Eärendil le demi-Elfe.

La chanson n’est pas importante seulement dans la culture des Elfes : au chapitre 14, lorsque la Compagnie découvre les splendeurs de la Moria, ancien grand royaume des Nains, Gimli interprète une chanson qui retrace l’un des mythes fondateurs de son peuple :

« The world was young, the mountains green, No stain yet on the Moon was seen, No words were laid on stream or stone When Durin woke and walked alone. He named the nameless hills and dells;He drank from yet untasted wells; He stooped and looked in Mirrormere, And saw a crown of stars appear, As gems upon a silver thread, Above the shadow of his head”
The Fellowship of the Ring, chapter 16, ‘’A Journey in the Dark‘’

Les royaumes humains du Gondor et du Rohan ont eux aussi leurs chants culturels.

Des chansons pour toutes les occasions !

Cependant, les peuples d’Arda ne réservent pas la chanson à la seule transmission de leur culture et de leur histoire. Au contraire, ils ne perdent pas une occasion pour chanter ! Ainsi, on trouve plus de quarante textes de chansons dans la seule trilogie du Seigneur des Anneaux, qui viennent émailler et enrichir le récit de Tolkien. Ces textes peuvent compter de 6 vers (pour la comptine à boire des Hobbits) à 124 vers (pour le Lai d’Eärendil composé par Bilbo). Ils sont aussi de natures très diverses : refrain pour se donner du courage au moment de partir à l’aventure, hymne religieux des Elfes en l’honneur de la déesse Varda, comptine de baignade, chansonnette pour animer une soirée à l’auberge, récit de légende populaire, lamentation funèbre, refrain guerrier, ritournelle grinçante de Gollum, chant de guérison … Il y en a pour tous les goûts, et pour toutes les occasions ! Loin de briser la progression de la narration, ces insertions musicales permettent de donner plus de profondeur aux peuples de la Terre du Milieu. Chaque peuple a sa propre culture, et si Tolkien ne donne pas tous les détails dans son roman, c’est pour donner au lecteur l’envie de découvrir la partie immergée de l’iceberg. Ce monde est beaucoup plus ancien, vaste et riche que ce qu’on peut voir dans Le Seigneur des Anneaux, et les romans le laissent clairement percevoir. Le récit est truffé de références à un passé mythifié, et de petits indices qui incitent le lecteur à imaginer toute la richesse culturelle de cet univers. Tout n’est pas grandiose, car Tolkien accordait une grande importance au petit, au détail en apparence insignifiant, et la victoire des faibles sur les forts est d’ailleurs l’un des grands thèmes de sa célèbre trilogie. C’est sans doute pour cela qu’il laisse une si grande place aux chansons dans son récit : même si elles ne font pas avancer l’intrigue, même si elles sont souvent frivoles, elles sont autant de petits détails qui mettent en valeur la richesse de son univers.

Et celui qui incarne le mieux l’importance de l’insignifiant, la grandeur du minuscule, c’est probablement Tom Bombadil. Ce personnage mystérieux vient en aide à Frodo, Sam, Merry et Pippin au tout début de leur aventure. Il leur sauve la vie à deux reprises, et invite les quatre Hobbits à venir se reposer dans sa maison (chapitres 6, 7 et 8 de La Communauté de l’Anneau). Il est perpétuellement de bonne humeur, et se plaît à chantonner :

Hey dol! merry dol! ring a dong dillo! Ring a dong! hop along! fal lal the willow! Tom Bom, jolly Tom, Tom Bombadillo!

The Fellowship of the Ring, chapter 6, ‘’In the Old Forest‘’

Malgré son apparence inoffensive et ses comptines abracadabrantes, Tom Bombadil est un personnage très puissant, totalement immunisé contre l’influence maléfique de l’Anneau. Son origine et sa nature sont incertaines, ce qui a donné lieu à bien des théories : certains fans voient en lui un ange, un dieu, Eru Ilúvatar, voire une incarnation de Tolkien lui-même. Et pourtant, malgré tout son pouvoir, Tom est pleinement satisfait de rester parmi les petits.

Et dans les films, alors ?

Néanmoins, même si les romans de Tolkien sont parsemés de textes de chansons, et que les verbes indiquent bien que les personnages chantent, cela ne reste que des mots sur du papier. Sans accompagnement musical et interprétation vocale, peut-on considérer qu’il s’agit de chansons ? Ne devrait-on pas y voir de la simple poésie ? Pourtant, Tolkien précise bien que ces textes sont censés être chantés ! Le passage à un support audiovisuel, avec les films du Seigneur des Anneaux réalisés par Peter Jackson en 2001, 2002 et 2003, aurait pu permettre d’offrir à ces textes de chansons une véritable interprétation musicale.

Malheureusement, on ne retrouve presqu’aucune de ces ‘’chansons écrites‘’ dans les films de Jackson. Les apparitions de Tom Bombadil ont été supprimées, car elles ne faisaient pas avancer l’intrigue. La chanson des Hobbits à l’auberge de Bree a été remplacée par une comptine plus courte. Dans la version longue du premier volet, Aragorn fredonne en elfique le Lai de Lúthien, et cite le nom de la princesse à Frodo, mais il n’en chante pas un passage aux Hobbits comme dans le roman. Lors des funérailles hâtives de Boromir, Aragorn récite quelques phrases qui, dans le roman des Deux Tours, ouvraient une lamentation chantée. Quelques chansons sont récitées comme de la poésie, d’autres sont fredonnées en fond … Phénomène inverse, les chants en elfique ont été étendus dans les films, mais sont surtout utilisés comme arrière-plan sonore. Cas particulier, la chanson que Pippin interprète pour Denethor dans Le Retour du Roi, alors que Faramir mène un assaut suicidaire sur Osgiliath, est une innovation du film. Elle se base sur un passage du chapitre 4 du roman, où Denethor demande à Pippin de chanter, mais où celui-ci n’a pas l’occasion de s’exécuter, et reprend à peu près la 3ème strophe d’un texte du chapitre 3 du premier roman. Voici la version du film :

« Home is behind, the world ahead, And there are many paths to tread Through shadows to the edge of night,Until the stars are all alight. Mist and shadow, cloud and shade, All shall fade! All shall fade… »  

Dans la trilogie du Hobbit, réalisée par Jackson en 2012, 2013 et 2014, la plupart des “chansons écrites” ont aussi été supprimées. Cela peut peut-être s’expliquer par le fait que, comme le petit roman de Tolkien s’adressait surtout aux enfants, les textes étaient parsemés d’onomatopées et d’interjections, ce qui aurait été en décalage avec le ton plus sombre que Jackson a voulu donner à ses films. On peut toutefois noter que le chant des Nains a fait l’objet d’une belle interprétation dans le premier volet, quoique dans une version écourtée.

Conclusion

Finalement, tous ces moments chantés chez Tolkien permettent de s’interroger sur les limites, difficiles à définir, du chant et de la chanson. Pour prolonger le propos, il faut aussi évoquer le collectif Clamavi de Profundis, qui a mis en musique et interprété un grand nombre des chansons écrites par Tolkien. Leurs superbes compositions musicales invitent à un plaisant détour en Terre du Milieu, avant de continuer sur le chemin des Transversales !

Oriane Pinaud


Traduction des citations :     (par Francis Ledoux)

« Les feuilles étaient longues, l’herbe était verte, Les ombelles de ciguë hautes et belles Et dans la clairière se voyait une lumière D’étoiles dans l’ombre scintillant. Là, dansait Tinúviel Sur la musique d’un pipeau invisible Et la lumière des étoiles était dans ses cheveux Et dans ses vêtements miroitants.Là, vint Beren des montagnes froides Et, perdu, il erra sous les feuilles, Et où roulait la Rivière des Elfes Il marchait seul et affligé. II regarda au travers des feuilles de ciguë Et vit, étonné, des fleurs d’or Sur la mante et les manches de la vierge, Et ses cheveux comme une ombre suivant. »
« Gil-galad était un roi des Elfes, De lui, les ménestrels chantent tristement: Le dernier dont le royaume fut beau et libre Des montagnes à la mer.Mais il y a bien longtemps, il s’en fut à cheval. Et où il demeure, nul ne le sait, Car dans les ténèbres tomba son étoile, En Mordor, où s’étendent les ombres. »
« Le monde était jeune et les montagnes vertes. Aucune tache encore sur la Lune ne se voyait, Aucun mot n’était apposé sur les rivières ou les pierres, Quand Durin s’éveilla et marcha solitaire. Il nomma les collines et les combes sans nom,Il but l’eau des puits jusqu’alors non goûtée, Il se baissa et regarda dans le Lac du Miroir Et vit apparaître une couronne d’étoiles, Comme des joyaux sur un fil d’argent Au-dessus de l’ombre de sa tête. »


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Célia F. dit :

    Merci, tout d’abord, pour ce petit détour en Terre du Milieu (et même au-delà) !

    Je me permets de laisser ce commentaire car la métaphore du tissage relevée dans cet article (à partir de la citation du Silmarillion) a retenu mon attention. En effet, si cette métaphore renvoie ici à la création du monde par le chant, elle est aussi très liée il me semble à la création poétique, ou plus largement littéraire, dans la mesure où l’étymologie du mot “texte” est dérivée du latin “texere”, qui signie “tisser”. Cela m’a conduit à m’interroger sur le rapport que pouvait entretenir Tolkien à l’écriture poétique et à la chanson, puisqu’en plus de donner une grande place aux chants dans son oeuvre comme vous l’avez très bien souligné, il me semble que cet auteur a également composé certaines de ces oeuvres comme des chants – chants mémoriels, chants épiques -, à l’image de son ‘Lai de Leithian’ (contant les amours de Beren et Luthien), ou de son recueil ‘Les aventures de Tom Bombadil’.
    Cela a-t-il seulement à voir avec fascination pour les chants épiques nordiques par exemple ? Ou cela ne serait-il être le signe d’un rapport plus étroit à la chanson comme moyen d’expression privilégié ou en tout cas particulier (rythme propre, images…) ?

    En tout cas, cet article a fait naître chez moi de nouvelles questions qui me donnent envie d’aller creuser un peu ce rapport qu’entretennait Tolkien à la chanson ou à la poésie ! Merci encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search