Boby Lapointe, le chanteur sous-titré

Article écrit par Zoé Thibault, étudiante en M1 Littérature Générale et Comparée

Ahhhh Boby Lapointe, chanteur qui me rappelle mon enfance, ses sonorités entraînantes et entêtantes. Je me souviens chanter ses chansons à tue tête dans l’appartement de mes parents, les connaissant par coeur sans même les comprendre. C’était un sacré bonhomme, avec sa marinière et sa barbe; une icône pour une enfant de 4 ans. Je l’avais presque oublié jusqu’à il y a peu, mais je l’ai écouté récemment et là, le choc ! Au delà des sonorités que je reconnais facilement, je découvre un texte incroyablement construit, avec des figures de style à en faire rêver n’importe quel.le prof de français.

Pour ceux qui ne connaissent pas, Robert, dit Boby, Lapointe est un auteur, compositeur et interprète français né en 1922 près de Montpellier et mort en 72, à seulement 50 ans. Il est un parfait représentant d’une chanson française pleine de fantaisie, celle des années 50 à 70. Il n’aura eu que 16 ans de vie musicale, une vie courte mais bien remplie, avec un nombre important de productions, de multiples 45 et 33 tours ainsi qu’une grande présence dans les cabarets parisiens (il lui arrivait d’en faire quatre par soir) et les émissions télévisées. Il connait également une petite carrière d’acteur notamment dans des rôles secondaires. Sa profession de musicien est tardive, peu stable et peu rentable, il exercera beaucoup de petits boulots pour gagner sa vie, il dit lui-même que dans sa vie, il aura eu des hauts et des bas : « dans le bas, j’étais scaphandrier, dans le haut, j’installais des antennes de télévision », parlant ainsi de la situation avec un jeu de mot qui lui ressemble bien. Sa popularité est peu comparable à celle des artistes de son époque avec lesquels il a collaboré, allant de Joe Dassin à Brassens et Aznavour, en passant par Johnny Hallyday et bien d’autres encore même les Rolling Stones !).

« Dans le bas, j’étais scaphandrier, dans le haut, j’installais des antennes de télévision »

Boby Lapointe

Boby, on l’aime surtout pour ses calembours, ses allitérations et son rythme effréné. Ces textes sont à la portée de tous, mais encore faut-il les comprendre. Il vous suffit d’écouter « Ta Katie t’a quitté » pour vous en rendre compte. Ici les mots sont difficilement dissociables les uns des autres. Et pour cause, leurs prononciations sont proches, ils se ressemblent sans pour autant être les mêmes (on parlera, en termes techniques, de paronomase).

A la première écoute, on ne comprend que peu de choses, on est même parfois incapable de trouver les mots et les séparer ; tout cela dû à la présence constante des sons « t » et « k », de même que les voyelles « a » et « i ».

Tic-tac tic-tac
Ta Katie t’a quitté
Tic-tac tic-tac
Ta Katie t’a quitté
Tic-tac tic-tac
T’es cocu, qu’attends-tu?
Cuite-toi, t’es cocu
T’as qu’à, t’as qu’à t’ cuiter
Et quitter ton quartier
Ta Katie t’a quitté

Pour illustrer cet similitude, répétez les deux vers « Ta Katie t’a quitté » et « T’as qu’à, t’as qu’à t’cuiter » — difficile non ?

Ce style si particulier, Boby le fait briller jusque sur nos écrans de cinéma. Lorsqu’il chante pour le film Tirez sur le pianiste en 1960, le réalisateur, François Truffaut, va jusqu’à rajouter les paroles à l’écran mots pour mots pour le confort du spectateur. Boby devient le premier et sans doute le seul chanteur français sous-titré dans sa propre langue. Cette caractéristique, deviendra d’ailleurs son surnom.

Cependant, Boby Lapointe n’était pas destiné à la chanson, ou du moins, il ne se destinait pas à chanter lui-même les textes qu’il écrivait; il cherchait des interprètes, souvent féminines, pour interpréter ses productions. Son objectif de carrière le prédestinait davantage au métier de parolier. C’est ainsi qu’il publie sous le pseudo B.Bumbo Les Chants d’un imbécile heureux. Treize textes à chanter qui deviendront pour certains de véritables tubes.

Face à la densité de ses textes, la rapidité de sa musique, l’originalité de ses thématiques, personne ne voulait s’y risquer. Il fît de nombreuses démarches pour convaincre des artistes, et dût produire lui-même des démo où il interprétait ses productions. Ses propositions se soldèrent presque toujours par un refus.

Ce n’est qu’en 1959, à 37 ans, qu’il se résigne finalement à chanter. Et c’est à ce même moment qu’il commence enfin à entrevoir le succès…

Il n’avait rien d’un chanteur, mais personne ne pouvait faire ce dont lui seul était capable ; personne ne peut chanter du Boby Lapointe aussi bien que Boby lui-même. Pour autant, cela ne fit pas moins de lui un chanteur « différent ».

Lorsqu’on regarde ses performances musicales, on a en effet plus l’impression de voir un enfant réciter une poésie qu’un réel chanteur. Bien loin des artistes qu’on a l’habitude de voir, à l’aise sur scène, droit dans leur texte et en communion avec leur public, sa timidité est flagrante. Boby est gauche, comme incommodé par l’attention qu’on lui porte. Ses chansons sont peu mélodieuses, une hybridation étrange coincée entre parole et chant. Difficile de parler de musiques à part entière. On dirait davantage une récitation musicale. Boby parle plus qu’il ne chante.

Cet effet est accentué par sa diction ; il chante toujours le plus vite possible, chose difficile lorsqu’il faut enregistrer en compagnie de musiciens. L’ingénieur du son Roland Guillotel témoignera lors d’une séance d’enregistrement en 1969 « Le petit défaut de Boby, c’est qu’il allait plus vite que la musique ! ». Et il n’est pas le seul à constater que Boby Lapointe n’arrivait pas à ressentir le rythme ! Il avait le sien et ça lui collait à la peau. Ça se ressent dans ses chansons : elles semblent se couper à des endroits différents que les vers écrits dans le parolier, il s’arrête en plein milieu d’une séquence, en enchaine d’autres tellement vite qu’on ne peut les séparer à l’oreille. Il place ses respirations à des endroits où on ne s’y attend pas. Tout ça donne à son texte un aspect encore plus anarchique qu’il ne l’est déjà.

« Le petit défaut de Boby, c’est qu’il allait plus vite que la musique ! »

Roland Guillotel

Mais plus qu’un simple formaliste, Boby accorde également de l’importance au sens. A son époque, il est ce qu’on appelle un « original ». Ses chansons sont complètement absurdes et incongrues. Les thèmes abordés sont loufoques, comme «La Maman des poisson » ou « Le Saucisson de cheval » (un de ses plus gros succès). Rien n’est sérieux dans les productions de Boby Lapointe, tout y est jeu et joie, même lorsqu’il traite de sujets tristes, il n’y arrive que par l’humour. Il est capable de placer côte à côte des choses sans aucun rapport, annoncer des chutes inattendues ou des constatations brutales ; et souvent ça se tient ; et ça nous fait toujours rire !

Pour réussir cet exploit, il lui faut travailler ses textes. De ce fait aucun mot n’est exclu, tous sont choisis avec soin pour rentrer dans un registre précis. Ses chansons enchaînent les calembours, et forment une unité thématique qui transforme la chanson en une longe plaisanterie ou émerge l’auto-dérision de Boby.

« Le Tube de toilette » en est l’exemple le plus parlant. Tout y est pensé pour mettre en parallèle le monde de la musique et son fonctionnement avec le domaine de la toilette.

Ce travail se fait grâce à un jeu d’homophonies récurrentes ; ces mêmes sons produits dans le même enchaînement, lui donnent la possibilité de tourner en dérision le marché musical dans un jeu de mots et d’échos. Toute la subtilité tient à la résonance du chant avec une seconde voix, brouillée comme si elle venait d’un combiné de téléphone, qui répète les derniers mots de chaque vers de Boby, en se « trompant » pour décrire un registre autre que celui évoqué par le chanteur. Le tout donne l’impression d’un énorme et hilarant quiproquo.

Sur ce piano les touches t’y aident
(Les douches tièdes)
Ton air est bon, mais mon chant point
(Mets mon shampooing)
Il s’ra peut-êt’ pas sal’ demain
(Salle de bains)
Il m’aura en tout cas miné
(Ou cabinet)

Cette salade, on verra dans
(Un verre à dents)
Un instant si c’est le bide, et
(C’est le bidet)
Est-ce à répéter ou à taire
(T’es au water)

Boby Lapointe se cache derrière sa musique ; il cache sa grande timidité par ses calembours, timidité mise à rude épreuve par cette célébrité. Mais il cache aussi un engagement important, celui du poète qu’il considère être « par nature », du chanteur, qui peut « donner des claques » avec la musique, des claques musicales. Boby est donc un artiste engagé, un chanteur qui « choisit la musique pour se moquer du monde » comme le dira le présentateur du journal de 20h sur F2 le 16 décembre 1994 lors d’une rétrospective sur sa vie. Un travail complet sur ses œuvres le permet, lorsque ce n’est pas par ses boutades textuelles qui rendent ses chansons vivantes, c’est par la composition musicale, comme « Bobo Léon ». Ici, peu de calembours, surtout une rythmique entraînante pour parler d’un mourant qui, justement, à la fin meurt violemment. Sa chute coupe le public dans son attente et laisse finalement une image plutôt négative.

Ainsi, pour reprendre « Le Tube de toilette », il s’engage en comparant la productivité musicale demandée aux artistes à des tubes « de toilette ». Il tourne en dérision la qualité musicale, ainsi que l’industrie de la chanson qui demande à produire toujours plus et toujours mieux. Il se joint également à cette dérision, en se critiquant lui-même. Ses textes et ses calembours font passer des messages engagés : ceux, peut-être, de sa difficulté à avoir un succès complet et à être jugé comme un artiste rentable comparé aux personnalités musicales dont il s’était entouré.

Pour faire un tube de toilette
En chantant sur cet air bête
Avec des jeux de mots laids
Il faut pondre des couplets
(Permets que je te réponde
C’est sûr, faut que tu les pondes)
Bon, mais que dois-je pondre

Boby Lapointe était un chanteur unique, à la fois prédestiné à la musique mais pas fait pour celle-ci. « C’était plutôt un homme de mots, plus qu’un véritable musicien » témoignera un ingénieur du son lors d’un enregistrement. Mais c’est peut-être de cette contradiction même qu’a découlé ce style si novateur dans le domaine musical français, et qui ne pouvait pas être accompli par une autre personne qui lui. Malgré son succès relatif, il reste un inspirateur pour certains artistes. Et il mériterait de se faire mieux connaître, car il demeure un artiste « hors normes et hors mode » (propos tenus par son premier directeur artistique Philippe Weil).

Si vous souhaitez en découvrir plus sur Boby, je vous invite à vous rendre sur la page internet qui lui est dédié, à lui ainsi qu’au musée qui lui est consacré et à l’association « hé ! dis Boby ».

Zoé Thibault


Bibliographie indicative

SITES INTERNET
VIDEOS ET IMAGES D’ARCHIVE

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search